Accueil du site > Nos dossiers > Formation > PEMF : compte rendu GT 22 mars 

Au sommaire




PEMF : compte rendu GT 22 mars

publié le 27 mars 2023

g

Un groupe de travail réunissant l’Académie et l’INSPE a eu lieu mercredi 22 mars. Le SNUipp-FSU et les PEMF et DEA présent-es ont pu remonter les dysfonctionnements et problèmes rencontrés cette année au sujet de la formation initiale, mais aussi les point positifs suite aux changements obtenus l’an passé.
L’Académie était représentée par Madame Mary, DASEN-Adjointe, Madame Hennequin, IEN chargée du dossier de la formation initiale (présence de sa possible remplaçante, Madame Briot, IEN de la 14A), Madame Lamiaux, CPC, chargée de mission auprès de Madame Mary. Monsieur Bouvier, Directeur adjoint de l’INSPE pour le 1er degré.


Points positifs de cette année

- La continuité des APP en M1, toujours très formateurs.
- Les progrès observés chez les M2 SOPA après un long stage régulier, en 1ère vague.
- Les missions en circonscription mieux réparties entre les PEMF que l’an passé (mais de nombreux problèmes persistent).
- Le temps d’observation du-de la M2 alternant-e, un peu augmenté en septembre, et la possibilité d’observation d’une semaine en janvier : cela a été très utile et formateur. La formation des M2 alternant-es a été en partie assurée tout au long de l’année par le-la même PEMF : efficacité et qualité de cette formation.
- Les accompagnements de quelques PEMF, en circonscription pour la formation au CAFIPEMF.
- Les séances de tutorat de groupes de M1.
- Les co-interventions à l’INSPE (en tutorat PES, en cours...).
- L’augmentation du temps de décharge a donné une souplesse pour les visites aux PES (ou contracteul-les).
- Le stage PEMF "an 1".

Constats des PEMF de ce qui est à changer ou améliorer

Tout a été évoqué. Mmes Hennequin et Mary ainsi que Monsieur Bouvier étaient à l’écoute.
- Les quantités et la permanence d’étudiant-es présent-es dans nos classes sur nos 3 jours de classe, provoquant une surcharge mentale et de travail pour les PEMF, nous obligeant à tout faire dans l’urgence.
- La sur-sollicitation des PEMF en maternelle, car ils et elles ne sont que 15 sur les 80.
- Le temps non-compté, donné à la formation de notre M2 alternant-e (de sa nomination à février surtout) et qui est à institutionnaliser dans les missions des PEMF. Nous faisons aussi le constat que le-la M2 est quand même un-e étudiant-e et la responsabilité de classe à 1/3 temps est difficile.
- Notre regret de perdre du temps d’enseignement et les impacts sur nos élèves dus à cette présence d’adultes ou de multiples prises en charge de séances pas toujours faciles à mener, notre programme prend du retard.
- Les PES à 100% laissé-es sans accompagnement de formation.
- Les missions demandées en circonscription, certes améliorées pour beaucoup d’entre nous, mais disparates et imposées parfois dans certaines circonscriptions. Cela a été l’occasion de rappeler que pour nous, seul-es les volontaires devaient participer à la formation continue.
- La volonté dans le cas où les PEMF seraient amené-es à mener de la formation continue, d’avoir accès aux formations de formateur-rices dont bénéficient les CPC.
- Les calendriers très compliqués de par leur multiplicité et de certaines missions qui se chevauchent et se cumulent (M1, M2 SOPA, OPA des M2 alternant-es, PES, APP, PES en contrat renforcé ou adapté). Les missions données à courte échéance demandent une anticipation au dernier moment et une adaptation continuelle provoquant des périodes extrêmement denses.
- Les 2 vagues de M2 SOPA très mal réparties dans le calendrier ainsi que le manque d’implication des étudiant-es en cette 2ème période (de concours, master, fatigue...). Il n’y a pas d’émulation de groupe.
- Notre adaptation continuelle d’année en année aux nouveaux formats
- Le stage "an 2" des PEMF peu bénéfique (on a donné nos propositions de préparation des co-interventions avec les professeur-es de l’INSPE ainsi que les CPC, et des temps d’harmonisation entre PEMF). Pour l’an prochain, le(s) stage(s) demeure(nt) à construire : modalités et contenus.
- La non-reconnaissance de notre temps donné, correspondant à l’ISAE (nous faisons les missions pour l’ISAE à 100% ET sur 3 jours) alors qu’on a perdu encore en pourcentage. Nous la demandons à 100%.

Réponses et propositions de l’Académie et de l’INSPE

- L’Académie a évoqué de nous enlever les M2 alternant-es de nos berceaux de classe, si vraiment c’était trop lourd ! Ce serait une erreur car c’est une formation plébiscitée et reconnue dans nos points positifs. Mais elle ne sait pas comment trouver des accueils aussi formateurs ! L’Académie et l’INSPE reconnaissent notre grande implication auprès des M2 alternant-es et le bénéfice sur leur formation ; on nous en remercie ; l’Académie sait qu’on accompagne étroitement les M2 alternant-es malgré l’absence d’une mission dédiée et institutionnalisée.
- Calendrier des SOPA à revoir avec des propositions de M. Bouvier, mais on ne peut pas réduire le temps de stage des SOPA (1/3 obligatoire comme les alternant-es). M. Bouvier en avait préparés 2 ; soit des vagues plus resserrées, mais plus denses sur 3 jours, régulièrement (toujours 2 étudiant-es et sur les 2 vagues) ; soit 4 étudiant-es à la 1ère vague ou bien 4 à la vague 2, en faisant en sorte que ce soit moins morcelé que cette année, mais le calendrier s’y prêtera davantage avec les vacances scolaires en 1ère zone. L’INSPE va effectuer un sondage sur ce point comme l’an passé, et peut-être qu’après expérience, le choix va changer.
- Les IEN avaient eu pour consignes de ne pas demander aux PEMF d’assurer des formations en constellations, ni des visites aux contractuel-les (ce que plusieurs d’entre nous avons eu quand même). L’Académie va réajuster, mais a insisté sur l’implication indispensable des PEMF au sein de la formation continue. La formation continue en atelier, va se développer avec l’amplification des prises en compte des besoins des écoles. Cette année étant la 1ère de l’EAFC, ce fut long à organiser. Par contre, l’Académie n’a pas de retour précis de ses circonscriptions, sur les missions demandées, donc elle ne sait pas ce qui s’y passe. Mme Mary a été très surprise de ce qu’on lui a évoqué. Il est prévu pour l’an prochain une constellation spéciale maternelle, en circo et pour les T1 (à assurer par des PEMF).
- L’Académie et l’INSPE reconnaissent qu’il y a besoin d’un travail de collaboration entre les PEMF, les professeur-es de l’INSPE et les CPC, peut-être par un stage qu’on a proposé. Mais qui nous remplacerait ? Ça n’est pas encore prévu. Une ou 2 semaines ?
- La prise en charge du tutorat des M1 par des PEMF : l’INSPE s’en réjouit, ça s’est mieux organisé cette année, mais il reste des progrès à faire, selon l’INSPE. C’est à amplifier.
- L’Académie et INSPE reconnaissent que la projection de l’année est difficile, mais ils n’y peuvent rien (dates pas toujours fixées, concours, contraintes des temps de stages, etc) ; il faut tenir compte de pas mal de facteurs.

En toute fin de séance, voici ce qu’a cherché à expliquer, l’Académie comme pistes de réflexion ou de propositions, mais c’était assez vague et pas très explicite.
- Pour prendre en compter les heures faites auprès de nos M2 alternant-es, l’Académie a évoqué que la comptage officiel des heures pourrait être effectué sur le temps dû à la circonscription. Les missions à effectuer pourraient être composées de visites formatives (quantité à définir en correspondance avec les visites des CPC volontaires et titulaires du CAFIPEMF qui en ont fait cette année) auprès de notre M2, puis une visite évaluative en fin d’année au-à la nôtre ou celui/celle d’un-e autre PEMF : à définir/choisir. Le suivi de leur mémoire est également une des tâches possibles à effectuer. Nous avons trouvé indélicat de retirer cette mission aux CPC pour revenir aux PEMF. Nous ne voulons pas nous opposer aux CPC. L’octroi d’une prime de 800€ brut a aussi été évoqué, mais sans grande précision.

Nous allons demander que les propositions de l’Académie et de l’INSPE soient clarifiées sur deux points :
- Vagues des M2 SOPA.
- Répartition et horaire global auprès de l’INSPE (ou dans les missions circonscription), avec le détail des nouvelles missions de formation des M2 alternant-es et si la prime est officielle.

Un prochain groupe de travail aura lieu le mercredi 12 avril. Nous ferons le point sur les propositions effectuées par l’INSPE et l’Académie.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0