Accueil du site > Nos dossiers > Direction d’école - Loi Rilhac > Direction d’école : arrêtez de tirer sur la corde ! Communiqué du SNUipp-FSU Paris du 19 mars 2021

Au sommaire




Direction d’école : arrêtez de tirer sur la corde ! Communiqué du SNUipp-FSU Paris du 19 mars 2021

publié le 19 mars 2021

g

Chaque jour, de nouvelles tâches sont imposées aux directeur-trices d’école, dans l’urgence, sans tenir compte de la situation des écoles et des équipes épuisées par le manque de remplaçant-es.

La mise en place concrète des tests salivaires en est un triste exemple. Si le Ministère a reculé sur sa volonté d’imposer aux enseignant-es de faire passer les tests aux élèves, la charge que l’organisation de la campagne fait peser sur les directeur-trices d’école est lourde et le nombre de médiateur-trices pour assumer la partie administrative, largement insuffisant. Les collègues n’en peuvent plus !

Gestion de la crise sanitaire : qui peut encore croire à une réelle volonté de gestion efficace et pertinente ?

Depuis un an, les directeur-trices d’école tentent de mettre en œuvre des consignes sanitaires changeantes au gré des annonces médiatiques ministérielles diverses et parfois contradictoires, toujours après le dernier moment.
Les changements de protocole incessants, les difficultés de remplacement et les atermoiements de l’institution à fermer des classes ou une école quand les cas contacts ou confirmés se multiplient dégradent toujours davantage les conditions de travail de ceux et celles qui assurent au quotidien sur le terrain. Cela pèse sur leur santé.

Les directeur-trices sont en première ligne pour alerter sur la survenue de cas- attendant parfois jusqu’à 24h les directives officielles avant de pouvoir communiquer avec les familles- assurer toute la partie administrative et gérer les conséquences pour les temps scolaires et périscolaires : la charge repose exclusivement sur leurs épaules et les éloigne de leurs missions principales. Ne pas s’inquiéter de leurs conditions d’exercice actuelles est irresponsable et fait partie intégrante de la maltraitance institutionnelle de l’Éducation nationale que le SNUipp-FSU Paris ne cesse de dénoncer.

Le DUERP : prendre le temps de le réfléchir en instance paritaire !

Le DUERP est un document réglementaire d’évaluation des risques pouvant être rencontrés sur un lieu de travail. Il doit lister et hiérarchiser les risques pour la sécurité de tout-e salarié-e. Ce document est obligatoire dans toutes les entreprises, administrations ou associations ayant au moins un-e salarié-e. Il ne semblait pas être présent dans chaque circonscription.

Ce document indispensable du point de vue de la protection des salarié-es et des usager-es impose une rédaction très complexe qui ne peut incomber aux directeur-trices d’école ! Outre l’énormité de la tâche, ils-elles n’ont pas les connaissances et les compétences pour rédiger un tel document. La rédaction du DUERP fait en réalité partie des compétences de l’IEN. Demander aux directeur-trices d’école de la prendre en charge relève déjà de la délégation de compétences. Le SNUipp-FSU a demandé la réunion urgente d’un CHSCT sur ce point. Si le DUERP est imposé et non réfléchi, il perd tout son sens et ne sera pas un véritable outil de protection des personnels.

Notre syndicat exigera aussi de l’Académie que les directeur-trices ne soient pas seul-es en charge de ce travail, que leur responsabilité se limite au recueil des avis des personnels et qu’ils et elles soient accompagné-es efficacement par les conseillers de prévention.

Le point sur la vérification des vaccins pour l’admission des enfants : comment ?

Mardi 16 mars, les directeur-trices parisien-nes ont reçu un mail du Bureau de la Prévision Scolaire leur demandant de vérifier la validité des vaccins obligatoires lors de l’admission des élèves. À Paris, comme dans de nombreuses autres villes, cette tâche était habituellement prise en charge par les agent-es des bureaux des écoles au moment de l’inscription scolaire des enfants. Même si cette tâche relève bien des fonctions de direction, pour le SNUipp-FSU Paris, c’est encore du travail supplémentaire et chronophage pour les directeur-trices d’école, notamment l’année où le nombre de vaccins obligatoires passe de 3 à 11…
La lecture de ces carnets de santé étant souvent bien laborieuse, l’Académie doit exiger que la Mairie donne les moyens aux directeur-trices de réaliser cette vérification ainsi qu’une directive claire à appliquer en cas de vaccination non à jour.

Une nouvelle fois, les directeur-trices sont le dernier maillon de la chaîne, comme souvent ils-elles se voient de plus en plus fréquemment chargé-es du travail qui ne peut plus être effectué par des services qui manquent de personnels (médecine scolaire, services administratifs municipaux ou du rectorat).

L’Académie ne prend pas en compte les demandes d’allègement et de simplification faites par les élu-es du personnel dans les différents groupes de travail. Elle parait plus intéressée à préparer le terrain pour la mise en place d’une délégation de compétences des IEN vers les directeur-trices, pour la gestion des 108h et la rédaction d’une charte de confiance entre les directeur-trices et les IEN.
Comment parler de confiance avec une autorité académique qui agit continuellement en contradiction de ses engagements ?

L’an passé, le SNUipp-FSU avait proposé une lettre ouverte aux collègues décrivant la dégradation de leurs conditions de travail, exigeant l’arrêt des multiples demandes, et dénonçant la maltraitance institutionnelle. Ce courrier avait été signé par plus de 200 directeur-trices. En réponse, l’Académie avait indiqué qu’elle avait bien conscience de la difficile réalité vécue par les collègues… mais elle n’y a pas remédié depuis.
Les engagements ne sont pas tenus. Pire, ils sont contredits chaque jour davantage.
Le SNUipp-FSU continuera d’intervenir dans les GADE, mais au regard de la gravité de la situation, notre syndicat va s’adresser solennellement au Dasen pour être reçu en audience.

En attendant, n’hésitez pas à nous faire remonter les difficultés ou les problèmes que vous rencontrez.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0