Accueil du site > Comptes-rendus des CAPD > Stop à la maltraitance institutionnelle ! Déclaration liminaire du SNUipp-FSU Paris au Comité technique académique du 4 juin

Au sommaire




Stop à la maltraitance institutionnelle ! Déclaration liminaire du SNUipp-FSU Paris au Comité technique académique du 4 juin

publié le 4 juin 2020

g

Stop à la maltraitance institutionnelle !

La mise en place d’une réouverture prématurée des écoles parisiennes, alors que la circulation du virus en Île-de-France est encore intense et les services hospitaliers sous tension, a contraint l’ensemble des personnels à travailler dans l’incertitude, la précipitation et l’angoisse pour organiser cet accueil. La multiplication des ordres et contre-ordres et des demandes impossibles auprès des directeur-trices et des équipes enseignantes a mis sous tension l’ensemble des personnels dont l’état de fatigue était déjà exacerbé par 8 semaines de confinement et de travail à distance.

S’il faut souligner que l’expertise reconnue aux équipes pour concevoir les modalités d’accueil les plus pertinentes, a permis une adaptation aux plus près des besoins et contraintes de chaque école, il faut aussi reconnaitre que ces arbitrages quotidiens font peser sur les équipes et les personnels de direction une pression, une responsabilité et une charge de travail organisationnelle très lourdes. L’intervention des organisations syndicales a permis de restreindre l’accueil des élèves à de petits effectifs, garantie essentielle du respect du protocole sanitaire et de la protection de tous et toutes. Il n’en reste pas moins que le travail réel dans les classes aujourd’hui est source de souffrances, d’épuisement et de découragement pour une grande majorité des enseignant-es parisien-nes. 

En effet, le protocole sanitaire dénature profondément les relations pédagogiques au sein de la classe. Ce protocole, inapplicable sur un certain nombre de points, notamment sur la distanciation sociale en maternelle, met les équipes en défaut et les oblige à des arbitrages impossibles entre respect des gestes barrières et respect des besoins des élèves. Le travail en équipe est dégradé par l’ampleur de la charge organisationnelle qui pèse sur les écoles. L’articulation entre le travail distanciel et présentiel est très compliqué au sein des équipes comme au sein de chaque classe. Le nombre d’élèves accueilli-es en REP s’avère moins important que dans les écoles hors REP, soulevant la question de la pertinence pédagogique de cette réouverture. C’est le sens du métier d’enseignant-e qui s’étiole de jour en jour dans cette École qui n’en a plus que le nom…

Les enseignant-es sont aujourd’hui en train de faire le deuil de leur classe, de leurs élèves et de leur métier. Ces amers renoncements, déjà insupportables, ne sauraient s’achever par celui de conditions de travail dignes !

Pour terminer ce tableau inquiétant, le Premier ministre, jeudi 28 mai a déclaré que les élèves seraient accueilli-es de façon systématique avant les vacances. Cette annonce est parvenue aux écoles avant que les modalités sur la situation administrative des agent-es ne soit connue. On apprend aujourd’hui que des enseignant-es sont sommé-es de retourner sur leur lieu de travail la veille pour le lendemain.

Le SNUipp-FSU Paris tire la sonnette d’alarme sur les risques psycho-sociaux qui menacent les personnels de l’Éducation nationale.

La gestion de cette crise à l’échelle gouvernementale, ministérielle comme académique, s’apparente de plus en plus à de la maltraitance institutionnelle. Les enseignant-es parisien-nes ne pourront pas continuer à endosser l’entière responsabilité de cette organisation du travail déraisonnable et absurde. Une École qui malmène ses enfants et ses enseignant-es est une École violentée. Il est hors de question que les personnels, déjà malmenés par un ministre autoritaire et une dégradation continue des conditions d’exercice de leur métier, payent au prix de leur santé ces choix politiques déplorables !

En seulement deux jours, plus de cent directrices et directeurs parisien-nes ont déjà signé une lettre ouverte que nous allons vous lire :
Lire la lettre dans cet article.

Rentrée prochaine

Enfin, cela devient malheureusement la norme, nous entendons par les médias ou ici et là des informations sur la rentrée de septembre. Quelles sont aujourd’hui les projections pour la rentrée ? Nous vous demandons d’être associé-es aux réflexions afin de pouvoir porter la voix des collègues que nous représentons.

De même, concernant les 2S2C, nous avons découvert l’existence de discussions sérieuses la semaine dernière entre la Ville et l’Académie. En CAPD, il nous a été indiqué qu’il ne s’agissait que de discussions. Comment est-ce possible alors, qu’une note académique ait déjà été écrite ? Nous vous demandons donc de bien vouloir nous transmettre les informations nécessaires sur ce sujet et souhaitons que les enseignant-es et leurs représentant-es soient consulté-es sur cette question.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0