Accueil du site > Comptes-rendus des CAPD > Groupe de travail Remplacement Du 8 décembre 2016

Groupe de travail Remplacement Du 8 décembre 2016

publié le 16 décembre 2016

g

Le groupe de travail académique faisait suite à la communication ministérielle du mois passé sur les remplacements et à une demande du SNUipp-FSU.
La Ministre avait notamment indiqué qu’il ne devait plus y avoir qu’une seule brigade de remplacement incluant les remplacements de courte et longue durée. Le SNUipp-FSU avait alors réaffirmé que l’État se devait d’assurer la continuité du service public et qu’améliorer le remplacement dans le premier degré était avant tout une question de moyens. Si ces dernières années, au niveau national, le nombre de postes de remplacement a été augmenté, seuls 2 000 sur 3 500 sont effectivement consacrés au remplacement pour maladie ou pour la formation. Les autres moyens ont été attribués à l’allègement en REP+ ou aux décharges de direction pour les petites écoles. Actuellement, il y a en moyenne un remplaçant disponible pour 21 classes, ce qui ne peut pas permettre de faire face à la fois aux absences et aux nécessités de formation.
L’école n’a pas besoin d’annonces en trompe l’œil mais d’un investissement durable et conséquent pour l’école pour qu’elle réponde à l’enjeu de la réussite de tous. Au début du groupe de travail, l’académie a indiqué que les brigades ASH, REP + et formation continue ne sont pas concernées par ces changements.

1 – Devenir des postes de ZIL

L’académie a donc réuni le groupe de travail pour débattre des conditions de mise en place académique des instructions ministérielles. Le SNUipp-FSU est donc intervenu pour que la gestion de proximité pour les remplacements courts (au niveau de chaque circonscription) soit conservée. Elle est un plus pour l’école car elle permet à des enseignants, connaissant les écoles et les élèves, de prendre en main très rapidement la classe et de répondre aux besoins des élèves. Par ailleurs, une transformation de ces postes ne serait pas une bonne chose pour les personnels concernés.
Après les échanges, l’académie a indiqué entendre certains arguments et a avancé la transformation des postes de ZIL en poste de ZIL élargi. Ces postes resteraient baser principalement sur une circonscription, mais pourraient intervenir en cas de tensions fortes sur d’autres écoles incluses dans une zone géographique élargie pré-définie. De plus, les ZIL pourraient être affectés sur des remplacements longs si aucune brigade n’est disponible.
L’académie présentera rapidement sa décision finale et en informera les collègues concerné-es. Le SNUipp-FSU a indiqué que si cette transformation était actée malgré son opposition, elle devra être très encadrée : ces interventions extérieures à la circonscription ne doivent être qu’envisagées qu’à titre exceptionnel. De plus, il n’est pas question que cela marque la fin des remplacements courts.
Par ailleurs, en cas de transformation de poste, pour le SNUipp-FSU, les personnels concernés devront être contactés : soit ils choisissent de rester sur ce poste, soit ils peuvent bénéficier des points de carte scolaire pour fermeture de poste. L’académie répondra sur ce point lors d’un prochain groupe de travail.

2 – Devenir des postes de brigades

Il ne devrait pas y avoir de changement de même ampleur concernant les postes de brigade. L’académie a annoncé qu’elle souhaitait attribuer une école de rattachement aux brigades pour qu’ils s’y rendent lorsqu’ils n’ont pas de remplacements longs. Ils pourront dans ce cadre effectuer des remplacements courts au sein de la circonscription dans l’attente d’un remplacement long. Le SNUipp-FSU a soulevé le problème du versement des ISSR en cas de remplacement long dans l’école de rattachement. Un rattachement administratif à la circonscription serait donc préférable de ce point de vue. Sur ce point, l’académie indiquera sa réponse rapidement.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0