Accueil du site > Comptes-rendus des CAPD > Accueil des enfants des personnels soignants, remontées à la hiérarchie, mouvement intra, carte scolaire... Compte-rendu du CTA du 24 mars 2020

Accueil des enfants des personnels soignants, remontées à la hiérarchie, mouvement intra, carte scolaire... Compte-rendu du CTA du 24 mars 2020

publié le 24 mars 2020

g

Le CTA du 24 mars a été réalisé en visioconférence avec des points à l’ordre du jour concernant le second degré. Le SNUipp-FSU Paris a tenu à y assister afin de porter la parole des collègues et d’obtenir des réponses à de nombreuses questions soulevées par la situation actuelle.

Tout d’abord, le Recteur a tenu à rendre hommage à tous les personnels de l’Académie de Paris, massivement mobilisés pour assurer la « continuité administrative et pédagogique ». L’Éducation nationale prend toute sa part dans cette lutte contre l’épidémie.

« Continuité pédagogique », selon quelles modalités : imposées ou choisies ?

Notre ministre, jamais avare de contradictions, demande aux familles qui n’auraient pas d’autres solutions de se rendre à l’école pour chercher du matériel ou des photocopies. Appréciation un brin décalée du confinement demandé à l’ensemble de la population.
L’Académie a indiqué qu’il s’agissait de consignes nationales et qu’il lui semblait que c’était la moins mauvaise des solutions à l’heure actuelle afin de ne laisser aucun-e élève sans lien avec l’école. Elle réfléchit cependant à d’autres solutions qui pourraient être d’utiliser la Poste par exemple.
Pour le SNUipp-FSU Paris, si cette modalité de lien avec la famille est retenue par les écoles, elle ne doit et ne peut en aucun cas être imposé-e, pas plus que l’idée d’appeler chaque famille une fois par semaine. L’Académie ne doit pas remettre en cause l’engagement fort de l’ensemble des agent-es depuis le vendredi 14 mars.

En ce qui concerne les méthodes ou activités proposées, il est tout à fait compréhensible que l’Académie ou des circonscriptions souhaitent mettre à disposition des documents permettant d’aider les collègues à maintenir la relation pédagogique.
Cependant, pour le SNUipp-FSU Paris, il est incompréhensible que certain-es circonscriptions tiennent un recensement exhaustif et/ou imposent une modalité d’organisation. Ceci s’assimile à du contrôle de bonnes pratiques sur ce travail à distance alors que les moyens matériels les plus élémentaires ne sont pas assurés par notre employeur (prise en charge de l’abonnement téléphonique, matériel informatique) ni le cadre règlementaire qui lui permettrait de contrôler.
L’Académie indique qu’il ne s’agit pas de contrôle mais que c’est indispensable afin d’harmoniser les pratiques, de connaître les besoins des écoles, ceci dans l’idée de fournir le meilleur service possible.
Le SNUipp-FSU Paris tient à rappeler que les professeur-es des écoles sont pleinement engagé-es dans cette relation aux élèves et aux familles. Ces tableaux et remontées n’ont donc rien d’obligatoire et le SNUipp-FSU Paris appelle les enseignant-es à faire remonter leurs besoins et/ou difficultés et à ne pas perdre de temps à remplir ces enquêtes de bonnes pratiques !

Situation administrative des personnels

Pour le SNUipp-FSU Paris, les agent-es qui auraient quitté leur résidence administrative écrivent à leur IEN pour les en informer si ce n’est déjà fait, ceci pour des raisons administratives. Les autres informations (agent-es volontaires dans les écoles d’accueil, arrêt maladie...) n’ont pas à faire l’objet de remontées particulières, étant de fait déjà connues de l’administration.
L’Académie a indiqué qu’au vu de la situation actuelle, il était possible que des informations ne soient pas parvenues et qu’il fallait s’assurer que tous-tes les agent-es étaient en règle et qu’ils-elles allaient bien.
Pour le SNUipp-FSU Paris, la seule information nécessaire est donc de savoir qui ne peut pas exercer son activité soit à l’école soit à distance (arrêt maladie, garde d’enfants, …)
L’Académie a aussi indiqué qu’il n’y aurait pas de prélèvements de salaire (jour de carence par exemple) et que l’intégralité du traitement (traitement indiciaire + primes) serait maintenu.

Le SNUipp-FSU Paris a tenu à rappeler que la procédure académique en cas de contamination d’un-e agent-e, d’un-e enfant accueilli-e ou d’un parent (mail à l’IEN + celluledecrise@ac-paris.fr ) soit rappelée à l’ensemble des personnels. Pour l’instant, il n’y a aucune précision sur la reconnaissance en maladie professionnelle d’une contamination au coronavirus.

AESH : quelle communication et quelle demande rectorale ?

L’Académie a indiqué qu’elle renverrait un message à tous-tes les AESH en leur indiquant comment ils-elles pourraient participer à maintenir le lien avec les familles.
Bien entendu, pour le SNUipp-FSU Paris, ce travail doit se faire sur la base du volontariat et en équipe avec l’enseignant-e !

Pôles d’accueil

La carte des 69 écoles a été arrêtée pour la semaine du 23 au 27 mars et sera peut-être rediscutée pour le lundi 30 mars. Le SNUipp-FSU Paris a tenu à rappeler son opposition aux regroupements trop importants.
L’Académie, également en faveur d’un nombre important de pôles d’accueil, a témoigné des discussions avec la Ville qui souhaiterait les réduire, ceci dans un souci d’efficacité et pour réduire le nombre d’agent-es sollicité-es. D’après les chiffres de l’Académie, il n’y aurait qu’un quart des pôles qui accueilleraient plus de dix enfants.

Le nombre d’enfants accueillis est appelé à évoluer puisque les parents travaillant dans l’aide sociale à l’enfance vont aussi pouvoir bénéficier de cet accueil. Il y aura peut-être aussi de nouveaux personnels concernés.

En lien avec la Ville, l’Académie compte mettre en ligne la carte des écoles et proposer un formulaire de pré-inscription. Elle pourrait alors rappeler que ce dispositif s’adresse en priorité aux parents dont l’un-e des deux est considéré-e comme personnel indispensable à la gestion de l’épidémie et qui n’auraient aucun autre mode de garde.

La semaine dernière, entre 650 et 1200 enfants (primaire + secondaire) ont été accueillis chaque jour. Lundi 23 mars, il y en avait environ 734 dans le primaire, dont à peu près 150 accueillis dans des écoles privées sous contrat. Les écoles publiques parisiennes accueillent aujourd’hui entre 30 et 40 élèves venant du privé sous contrat. Pour le SNUipp-FSU Paris, c’est inadmissible !
Tous-tes les enseignant-es doivent participer à cet effort !

Accueil des enfants le week-end

L’Académie indique que les trois sites ouverts le week-end des 21/22 mars : Dorléac, Falguière et Jenner n’ont accueilli que très peu voire aucun enfant. Elle va donc réfléchir en lien avec la Mairie si les besoins existent ou si l’information doit être diffusée plus largement.
Elle indique aussi que les professeur-es des écoles volontaires sur ces sites ne sont pas amené-es à remplir la même mission éducative que ceux-celles volontaires pendant la semaine. C’est cette différence qui justifierait le paiement des heures du week-end.
Pour le SNUipp-FSU Paris, rien ne justifie cette différence de traitement entre les jours.

Calendrier de l’école et des opérations administratives

Dans les médias, le ministre de l’Éducation nationale a indiqué qu’il pensait à un retour en classe le 4 mai et que les congés d’été ne seraient pas amputés. Le Recteur n’a pas contredit le Ministre puisqu’il s’agit bien d’un cadrage national.

Mouvement intra-départemental

La parution de la circulaire est prévue pour le 26 ou le 27 mars. L’Académie indique d’ores et déjà qu’elle réfléchit à ouvrir le serveur plus longtemps que prévu (initialement 3 semaines). Elle indique aussi que les procédures qui nécessitent l’envoi de documents (agent-es en situation de handicap, demande de priorités, etc.) sera sécurisée et gérée avec la plus grande bienveillance. En ce qui concerne les autres opérations (recours permutations, CAPD Promotions …) l’Académie essaie de tenir le calendrier prévu initialement.

Carte scolaire

Ainsi que la FSU l’a fait au niveau national dans un courrier au ministre de l’Éducation nationale le 19 mars, le SNUipp-FSU Paris a porté la nécessité d’un moratoire sur les opérations de carte scolaire. L’Académie compte commencer à travailler sur la carte scolaire 2020 dès cette semaine, en lien avec les équipes municipales en place. C’est impossible !
Nous le savons la dotation ministérielle est insuffisante pour répondre à la fois aux mesures ministérielles annoncées et aux besoins des écoles. Aussi, la carte scolaire supposera de nombreuses fermetures pour permettre quelques ouvertures. Cette carte scolaire ne peut se faire au pas de charge, sans que la commune puisse discuter avec les enseignant-es, les parents d’élèves, sans que les conseils d’école ne se tiennent, sans que les représentant-es des personnels puissent faire sérieusement leur travail. La Carte scolaire 2020 ne peut pas être un bricolage et nous ne pouvons pas prendre le risque de déstabiliser la rentrée 2020 qui aura grand besoin de sérénité !


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0