Accueil du site > Comité Hygiène et Sécurité - Conditions de Travail > Situation de l’épidémie à Paris, tests antigéniques, étude des fiches RSST remontées Compte rendu du CHSCT du 10 février 2021

Situation de l’épidémie à Paris, tests antigéniques, étude des fiches RSST remontées Compte rendu du CHSCT du 10 février 2021

publié le 11 février 2021

g

Comme c’est le cas depuis plusieurs mois, cette réunion du CHSCT était d’abord consacrée aux questions ayant trait à la gestion de la situation sanitaire dans notre Académie. Il a réuni les représentant-es du personnel, la direction de l’Académie et le service de prévention des risques. Un temps a aussi été prévu pour l’étude des fiches RSST envoyées par les écoles.

Le SNUipp-FSU Paris a tenu à rappeler ses revendications immédiates, telles qu’elles ont été adressées au Ministre fin janvier :
- un accès prioritaire à la vaccination,
- une campagne massive de test,
- un équipement en masques chirurgicaux à usage unique,
- des consignes relatives à l’isolement des cas contacts conformes à celles qui sont données par les autorités sanitaires.

L’Académie a indiqué qu’une campagne de dépistage antigénique organisée par la DASES a commencé le 7 janvier. Les tests ont été proposés à 800 professeur-es des écoles, aux AESH et au personnel de la Ville.
600 PE et 500 agent-es de la Ville ont accepté de se faire tester et seul-es un-e enseignant-e et un-e agent-e de la ville ont été testé-s positif-ves par ce biais.

Pourquoi et comment remplir une fiche RSST ?

Les fiches RSST sont traitées par les élu-es au fur et à mesure de leur arrivée et entre deux CHSCT. Il est important de se saisir de cet outil afin d’alerter sur les conditions de travail des personnels et la protection de leur santé dans l’exercice de leurs fonctions.
Ces fiches sont traitées par l’Académie et cette alerte permet un suivi sur le long terme.
Comment remplir une fiche de RSST

Les chiffres de l’épidémie : le virus (ne) circule (pas) dans les écoles

Chaque jeudi, l’Académie fait le point sur les contaminations à j-7. Elle nous a aussi indiqué qu’elle publiait tous les vendredis un communiqué de presse reprenant les statistiques de contaminations et de classes fermées.
Les mêmes données sont disponibles au niveau national.

Données pour l’Académie de Paris, de la maternelle au lycée (public + privé sous contrat)

24/01 04/02  10/02
Cas confirmés 509 576
 Cas contacts  845  1080 1445
 Classes fermées 49 58 98

Selon l’Académie l’augmentation du nombre de classes fermées s’explique essentiellement par la mise en place d’un protocole plus strict.
L’Académie a aussi indiqué que c’est l’ARS (mais avec délégation à la DASES) qui décide ou non de faire des préconisations au Recteur.

Le SNUipp-FSU Paris s’est inquiété de situations d’écoles où l’IEN indiquerait explicitement aux personnels de venir travailler contrairement aux recommandations de l’ARS, de la CPAM ou de la DASES.
Le SNUipp-FSU Paris a insisté, c’est bien la santé de toutes et tous qui doit primer et non une communication coûte que coûte sur l’ouverture des écoles.
Le SNUipp-FSU Paris invite tous-tes les personnels qui se trouveraient dans cette situation à contacter sans tarder le syndicat.

Pour rappel, il est bien indiqué sur le site du Ministère, que si « un-e agent-e est identifié-e comme « contact à risque » il faut rester à domicile et suivre les recommandations de l’assurance maladie »
Le Directeur de l’Académie a pris l’engagement de rappeler aux IEN que ce sont les consignes sanitaires qui doivent primer.

Protocole sanitaire : que faire en cas de symptômes, que faire en situation de cas contact, en cas de COVID avéré ? Voir le détail dans cet article.

Changements dans le protocole national sans changements dans les conditions d’exercice

Alors qu’il est toujours écrit dans le protocole que le ménage doit être fait plusieurs fois par jour, c’est souvent impossible vu le nombre d’agent-es de la Ville disponibles.

Seuls les masques chirurgicaux ou les masques « grand public » de catégorie 1 doivent maintenant être portés par les élèves. Les masques « maisons » n’étant pas assez protecteurs contre les variants, comme l’a rappelé la Haute Autorité de Santé.
En plus d’une demande de gratuité des masques et de fourniture en nombre suffisant, la FSU a rappelé son inquiétude face aux priorités du Ministre : communiquer plutôt que protéger.

Qui est censé vérifier cette conformité ? Le protocole censé garantir une meilleure protection de toutes et tous est modifié mais certaines restent inapplicables.
L’Académie a indiqué que l’ensemble des masques fournis par l’administration ou la Ville sont tous de catégorie 1.

Les animateur-trices ne doivent pas remplacer les enseignant-es

Le SNUipp-FSU Paris s’est indigné une nouvelle fois que des animateur-trices prennent en charge des élèves sur temps scolaire. La Ville pallie ainsi les manquements de l’Éducation nationale.
Face au manque d’enseignant-es, le Ministère DOIT permettre le recrutement des inscrit-es sur la liste complémentaire et augmenter drastiquement le nombre de postes.

La direction de l’Académie a indiqué qu’en attente d’une convention avec la Mairie, il n’était pas possible que des animateur-trices prennent en charge des groupes d’élèves. Si des écoles se trouvent dans ces situations, il faut alerter sans attendre le syndicat et les parents.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0