Accueil du site > À la une > Coronavirus > Bilan sanitaire hebdomadaire avec l’Académie Vendredi 23 avril 2021

Bilan sanitaire hebdomadaire avec l’Académie Vendredi 23 avril 2021

publié le 23 avril 2021

g

À la demande du SNUipp-FSU Paris la semaine avant les vacances, un point sanitaire a été organisé ce vendredi 23 avril au matin en présence de la direction de l’Académie et des élu-es du personnel. L’objectif était d’avoir un échange avec l’Académie suite aux annonces du Ministre et de porter nos revendications en ce qui concerne les mesures sanitaires prochainement mises en place dans les écoles et pour les personnels.

L’Académie a entamé la réunion en indiquant que le taux d’incidence en Ile-de-France était de 514 cas sur 100 000. Cela représente une baisse de 15% par rapport à la semaine dernière. Le taux de positivité au test reste quant à lui stable avec 12% des cas testés.


Mais qu’ont donc prévu le Ministère et l’Académie pour que cette rentrée ne soit pas signe de mise en danger des personnels, des élèves et de leur famille...?

Signez et faites signer la pétition intersyndicale pour une reprise en toute sécurité pour les personnels et les usager-es.

Vaccination des personnels : renvoyée aux calendes grecques pour la majorité des personnels

Le SNUipp-FSU Paris a rappelé son exigence d’accès prioritaire à la vaccination pour les personnels qui le souhaitent, ainsi que son indignation face au mépris du Ministre lorsque celui-ci se montre fier d’annoncer que les enseignant-es de plus de 55 ans deviennent prioritaires au vaccin... comme tout le monde de plus de 55 ans !
Sur les 8 500 agent-es (tout corps, public et privé) concerné-es à Paris, moins de 100 auraient utilisé leur carte professionnelle pour avoir ce si précieux coupe-fil.

Protocole en vigueur : Ouf !

Après de nombreuses hésitations et fuites dans les médias, et grâce à l’insistance des représentant-es des personnels au près du Ministère, le protocole en cas d’apparition de cas reste inchangé : fermeture de la classe dès la détection d’un premier cas en maternelle et en élémentaire.
Le SNUipp-FSU Paris se félicite que cette mesure de bon sens ait été gardée.
Reste à savoir pour combien de temps puisque le Ministère aurait pensé à quelques semaines seulement.

D’autre part, d’après le Ministère, une classe sans enseignant-e pourrait aussi être fermée.
Pour le SNUipp-FSU Paris cette mesure indispensable permettrait de faire baisser un certain nombre d’inquiétudes quant au brassage des élèves.
"Dans les écoles, lorsqu’un enseignant absent ne peut, malgré le renforcement des moyens de remplacement, être immédiatement remplacé, les élèves ne peuvent en aucun cas être répartis dans les autres classes. L’accueil des élèves est alors suspendu dans l’attente de l’arrivée du professeur remplaçant." (FAQ ministérielle du 23 avril)
Mais ne nous y trompons pas ! Si ces classes ferment, c’est uniquement parce que le Ministère n’a pas engagé les recrutements nécessaires pour assurer les remplacements dans de bonnes conditions.
Le SNUipp-FSU Paris a demandé à l’Académie qu’un document attestant de la fermeture d’une classe et déclarant que les élèves concerné-es ne sont pas accueilli-es soit fourni aux écoles. Il serait par la suite transmis aux familles dont la classe serait fermée. L’Académie a fini par l’entendre et a indiqué attendre des consignes du Ministère.

Les équipes et les directeur-trices sont épuisé-es par la gestion de cette crise sanitaire et en ont assez de devoir se battre pour que leurs droits à protection soient respectés, l’Académie devra entendre les personnels et leurs représentant-es dès qu’une situation sera signalée et agir en conséquence.
N’hésitez pas à nous contacter pour que nous appuyons vos demandes.

Tests salivaires, auto-tests, masques et gel : vraie politique de santé ou écran de fumée ?

La nouveauté de cette rentrée est la distribution d’auto-tests pour les personnels des écoles (Éducation nationale et ASEM). A priori, dès lundi, des auto-tests seront mis à disposition dans les circonscriptions. Il faudra en faire deux par semaine. En cas de résultat positif, l’auto-test devra être confirmé par un test PCR mais l’agent-e devra tout de suite se mettre en isolement et informer l’IEN en attendant les résultats.
Pour le SNUipp-FSU, ce dispositif s’appuie une fois de plus sur la bonne volonté des personnels et permet encore une fois à l’Administration de se soustraire à son obligation de sécurité et de santé. Quand de réelles mesures de protections seront-elles prises ?

Les tests salivaires recommenceront et concerneront entre 2 et 5 écoles parisiennes par jour pour la première semaine. Seront concernées jusqu’à jeudi les écoles considérées comme cluster avant la fermeture des écoles et pour la fin de la semaine les écoles nouvellement cluster.
La politique académique ne change pas et l’objectif est bien de pouvoir déployer rapidement (en trois jours) des tests salivaires dans une école où le virus circule activement.
Les écoles dites sentinelles (une dizaine à Paris) seront reconduites. Dans les prochains jours, elles pourraient mettre en place les auto-tests salivaires : les parents effectueraient le prélèvement la veille et le laboratoire récupéreraient les échantillons le lendemain.

Par ailleurs, après de nombreuses interpellations du SNUipp-FSU, l’Académie a enfin entendu et a dit avoir remonté au Ministère la question du gel. Pour les masques, ceux livrés avant les vacances sont prévus pour couvrir la fin de l’année scolaire. Mais quid de la protection spécifique des agent-es enseignant en milieu hospitalier ?

Remplacement : et ça continue

L’Académie a indiqué qu’elle disposait d’une vingtaine de possibilités de recrutements et que 18 personnes avaient été recrutées pour l’instant. Mise à part l’annonce fracassante du Ministre de prévoir 5 000 recrutements, il n’y a toujours aucune déclinaison concrète au niveau académique.
L’Académie envisage la rentrée sous de meilleures auspices indiquant que les congés longs sont d’ores et déjà pourvus. Mais au-delà des congés longs, c’est bien des congés courts dont l’Académie devrait se préoccuper sachant que le virus ne va pas s’interdire l’entrée des écoles jusqu’à la fin de l’année !

Les stagiaires CAPPEI qui avaient dû repousser leur départ en stage ne seront pas, a priori, mobilisé-es pour effectuer le remplacement d’enseignant-es absent-es.
En ce qui concerne les RASED et les BD REP+, le Rectorat indique que leur mobilisation dépendra de la situation effective à la rentrée et a renouvelé son vœu que les enseignant-es de RASED rejoignent au plus vite leur première mission.
Pour le SNUipp-FSU Paris, c’est bien d’un plan d’urgence dont l’école a besoin, avec un recrutement massif d’enseignant-es titulaires. Mais ce n’est absolument pas ce qui est prévu puisque dans notre Académie, le nombre de places au concours a été divisé par 2 en deux ans, passant de près de 400 places au CRPE 2019 à 213 places au CRPE 2021.

ASA, garde d’enfants

L’Académie a indiqué que onze collèges seront ouverts la semaine du 26 avril afin d’accueillir les collégien-nes dont les parents sont personnels des écoles.
Pour les personnels résidant hors de Paris, l’Académie a indiqué dit que si leur ville ne proposait pas d’accueil, celui-ci pourrait être assuré exceptionnellement dans l’un des collèges parisiens.
Il n’y aura donc pas d’ASA pour les enseignant-es parents de collégien-nes la semaine du 26 avril.

Manque d’ASEM, repas entre personnels, harmonisation des protocoles

Le SNUipp-FSU Paris a insisté pour que l’Académie indique clairement à la Ville et aux personnels le nombre d’agent-es nécessaires au respect du protocole. Dans de trop nombreux cas, les situations ont été réglées dans l’urgence et souvent sans réponse satisfaisante lorsque le nettoyage et la désinfection ne pouvaient être assurées.
Ainsi qu’il l’avait fait lors de la réunion avec la Mairie le 1er avril (lire le compte-rendu), le SNUipp-FSU Paris s’est inquiété de la mise en place du protocole pendant les temps périscolaires : en effet dans de nombreuses écoles la limitation du brassage des groupes n’est pas effective.

Enfin, depuis de nombreuses semaines l’Académie indique vouloir réfléchir avec les organisations syndicales à l’organisation de la pause méridienne puisque, selon elle, de nombreuses contaminations entre adultes ont lieu pendant les repas.
Pour le SNUipp-FSU Paris, il est tout à fait possible et souhaitable d’y réfléchir mais en aucun cas les IEN ne doivent demander aux écoles une organisation à valider. Suite à la demande du SNUipp-FSU Paris, l’Académie a affirmé qu’aucune consigne n’avait été donnée aux IEN en ce sens.
Ces différentes questions qui concernent la Ville et l’Académie seront traitées dans un groupe de travail prochainement suite à la demande du SNUipp-FSU Paris.

Classes dehors : la "nouvelle" bonne idée

L’Académie a indiqué qu’elle allait mettre en place des outils pour les écoles qui s’engageraient dans cette démarche. Elle a d’ores et déjà indiqué qu’une poignée d’écoles avaient fait part de leur souhait.
Encore une fois, les enseignant-es parisien-nes n’ont pas attendu une nouvelle injonction pour penser leur métier et offrir à leurs élèves les meilleures conditions d’apprentissage possibles !

Capteurs CO2 : il faudra encore attendre

Sur les 656 écoles parisiennes, la Ville a prévu d’installer des capteurs CO2 dans seulement 50 écoles jusqu’au mois de mai : 25 en maternelle dont 8 sont déjà dotées et 25 en élémentaires dont 11 sont déjà dotées. Encore une fois, tout cela n’est que de la communication, nous sommes loin de l’affichage du Ministre rappelé hier dans sa lettre aux personnels : « Il permettra notamment de déployer des capteurs de CO2 et des purificateurs d’air dans un grand nombre d’écoles et d’établissements scolaires. »

Prime pour l’accueil des enfants de publics prioritaires

Une prime sera versée pour les personnels ayant assuré l’accueil la semaine du 5 avril. Pour l’instant il n’y a ni date ni montant. Le SNUipp-FSU Paris n’a pas oublié le parcours parfois difficile des collègues concerné-es afin de récupérer leur dû. Une fois encore, le syndicat sera à leur côté.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0