Accueil du site > À la une > Compte-rendu de l’audience avec la directrice de la DASCO Jeudi 1er avril 2021

Compte-rendu de l’audience avec la directrice de la DASCO Jeudi 1er avril 2021

publié le 1er avril 2021

g

Le SNUipp-FSU Paris avait demandé audience à Mme Delpal, directrice de la DASCO. L’audience a eu lieu jeudi 1er avril, ce qui a permis d’intervenir aussi sur les questions soulevées par la fermeture des écoles le vendredi 2 avril.

Le SNUipp-FSU Paris avait relancé les contacts avec Mme Delpal suite aux différentes maladresses de ces dernières semaines concernant la communication de la Ville avec les directeur-trices.
Le dernier événement est la vérification des carnets de vaccination par les directeur-trices d’école. Même si cette demande relève bien des fonctions de direction, le SNUipp-FSU Paris ne peut que constater qu’elle alourdit encore leur charge de travail de plus en plus conséquente, notamment l’année où le nombre de vaccins obligatoires passe de 3 à 11…

La Mairie a reconnu qu’elle avait prévenu trop tard et que cela a pu être problématique. Le SNUipp-FSU Paris a redit son opposition à un alourdissement des tâches des directeur-trices qui les éloigne chaque jour un peu plus du cœur de leurs missions et a indiqué à la Mairie qu’il avait fait la demande à l’Académie de fournir un document réglementaire à faire remplir par le médecin.

Quid du brassage des élèves sur les temps périscolaires

Le SNUipp-FSU Paris s’est inquiété auprès de la directrice de la DASCO du protocole mis en place pendant les temps périscolaires. En effet, dans de nombreuses écoles la limitation du brassage des groupes n’est pas effective.
Pour notre syndicat, cette différence de protocole entre les deux temps n’est plus possible et nous avons demandé à ce qu’un temps de réunion, payé en heures supplémentaires, soit prévu pour les animateur-trices avant la reprise du 26 avril.
Il permettrait aux équipes périscolaires de réfléchir à une organisation du protocole sanitaire encore plus harmonieuse entre les temps scolaire et le périscolaire.

Le SNUipp-FSU a remonté une nouvelle fois le nombre beaucoup trop important d’absences non remplacées des ASEM et ATE. La Mairie a indiqué que les dispositifs en place aujourd’hui courraient jusqu’à la fin de l’année scolaire : à savoir des contrats de renfort (embauche par la Ville avec un contrat) ou l’appel à des prestataires extérieur-es.

Organisation des vacances d’avril

A priori, les écoles d’accueil pour les enfants de soignant-es (une soixantaine) pendant la semaine du 5 au 9 avril seront les mêmes pour les centres de loisirs pendant les deux semaines de vacances du 10 au 26 avril accueillant les mêmes publics. Même si la liste n’est pas encore connue, la Ville se réserve le droit d’ajouter d’autres catégories à la liste des publics qu’elle accueillera pendant le temps des vacances, temps dont elle a la responsabilité.

Cours ouvertes le samedi : un bilan positif d’après la Ville

La Ville a indiqué que 12 écoles étaient concernées aujourd’hui et que la sélection s’était faite sur des critères objectifs d’abord : localisation et possibilité d’un accès direct depuis la rue. À la mi-mai, une cinquantaine d’écoles seront concernées.
Même si les locaux appartiennent à la Ville, le SNUipp-FSU Paris a tenu à lui rappeler l’importance d’une communication en amont et d’un espace d’échanges avec les équipes enseignantes des écoles concernées par la mise en place de ce dispositif.

Équipements et bâtiments : quel budget pour quelles urgences ?

La Mairie a indiqué que pour cette année scolaire, il n’y aurait pas de budget participatif école. (ie. différentes propositions dans un catalogue sur lequel les élèves votent).
Le prochain catalogue paraitra à la rentrée 2021 pour un équipement livré dans le 1er semestre 2022. Même si un volet « équipement numérique » continuera à y être proposé, il sera principalement tourné vers les objectifs de la mandature (climat, écoles ouvertes, etc.) La Ville réfléchit d’ailleurs à y inclure les écoles maternelles.

En ce qui concerne le budget pour le mobilier, les travaux et autres équipements, la Ville a reconnu qu’il avait fortement baissé à cause de l’impact financier de la gestion du Coronavirus. Dans ce budget contraint, la Ville a choisi de mettre la priorité sur les travaux de sécurité. Bien sûr, si des écoles ont des besoins urgents de mobilier, la Mairie s’en occupera.
Le SNUipp-FSU considère que ce n’est pas aux écoles de payer les dépenses supplémentaires engendrées par la crise sanitaire.

Le Coronavirus ne doit pas nous faire oublier la hausse des températures.
Depuis plusieurs années, les fortes chaleurs impactent les conditions de travail des personnels de l’Éducation nationale, de la Ville et bien sûr les conditions d’accueil des élèves.

Chaque printemps et chaque été, le Rectorat et la Mairie tentent de s’organiser dans la précipitation. Le SNUipp-FSU Paris a tenu, ainsi qu’il le fait en CHSCT, à anticiper ces questions et a demandé à être reçu-es rapidement sur cette question.
La Mairie a indiqué qu’elle avait mis au point une cartographie des écoles où des fortes chaleur sont ressenties afin d’apporter une réponse appropriée dans ces établissements.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0