Accueil du site > Comptes-rendus des CAPD > Audience du SNUipp-FSU avec le Dasen Jeudi 18 janvier

Audience du SNUipp-FSU avec le Dasen Jeudi 18 janvier

publié le 25 janvier 2018

g

Jeudi 18 janvier, le SNUipp-FSU Paris a été reçu en audience par le DASEN et son adjoint afin d’aborder un certain nombre de dossiers.

Carte scolaire

Avec 107 postes (sur les 3680 au niveau national), l’Académie devra donc mettre en place le dédoublement des CP en REP et des CE1 en REP+, améliorer les conditions d’apprentissage dans les autres écoles et dans les autres niveaux des écoles élémentaires en REP et REP+, mais aussi répondre aux besoins en terme de remplacement, de formation, ASH, PDM... Même si cette dotation budgétaire est conséquente, elle sera insuffisante pour répondre à l’ensemble des besoins des écoles parisiennes.
Le SNUipp-FSU Paris a tout d’abord rappelé qu’il s’opposait fermement à ce que le dédoublement des CP de REP et des CE1 de REP+ entraîne une détérioration des conditions d’enseignement dans les classes non dédoublées, ainsi que dans les écoles maternelles REP et les écoles élémentaire hors REP. Par ailleurs, le SNUipp-FSU Paris a aussi insisté sur les besoins urgents en terme de remplacement : pour remplacer les collègues en arrêt maladie d’une part et pour permettre aux collègues de partir en formation d’autre part. En terme de formation, le SNUipp-FSU a également insisté sur la nécessité de créations de postes de PEMF et de CPC.
Par ailleurs, le SNUipp-FSU a insisté sur la nécessité de créer des postes afin de permettre la scolarisation des élèves en situation de handicap et/ou présentant de forts troubles du comportement : création de R’ecole, prévoir des moyens de remplacement pour la formation des collègues… sans oublier des Rased complets et en nombre suffisant.

En réponse, le DASEN a répondu qu’il comptait créer une trentaine de postes de remplaçant-es supplémentaires qui seraient dédiés au remplacement des congés maladie pendant la période décembre-février et aux remplacements pour formation le reste de l’année. Cette formation continue serait proposée à tou-tes les enseignant-es de CP des écoles parisiennes. Si la création de postes de remplacements est un premier signe positif, le SNUipp-FSU Paris, estime que tout-es les enseignant-es ont droit et besoin de formation continue, au delà de la focalisation actuelle sur la seule classe de CP.
Concernant les postes de CPC et de PEMF, le Dasen a indiqué qu’il n’y avait a priori pas besoin de nouveaux postes de PEMF puisque certains étaient encore vacants. Par ailleurs, cette année, l’académie va créer des postes de CPC pour que chaque circonscription ait deux postes de CPC. Le SNUipp-FSU a indiqué que certaines circonscriptions nécessitaient plus de deux postes de CPC en raison de leur taille et de leurs spécificités (beaucoup de jeunes collègues, présence d’éducation prioritaire…).
Concernant les élèves présentant de forts troubles du comportement, le Dasen a indiqué que deux R’Ecole 2 seraient crées à la rentrée prochaine. Le SNUipp-FSU Paris a insisté pour que la question des élèves qui rencontrent des difficultés de comportement soit une priorité académique. Le SNUipp-FSU a donc demandé à ce que les collègues concerné-es puisse avoir des temps de formation et de concertation. Le Dasen a indiqué qu’il étudiera la possibilité de créer des stages sur ce dossier.

Formation continue : stop aux dysfonctionnements

Les représentant-es du SNUipp-FSU ont souligné une nouvelle fois les dysfonctionnements auxquels ont eu à faire face les collègues pour la mise en place de Gaïa , les inscriptions et le suivi des animations pédagogiques et le manque de réponses de l’administration face à ces difficultés.
Le DASEN a répondu que la DAFOR était actuellement en restructuration ce qui devrait régler une partie des problèmes rencontrés. Pour le SNUipp-FSU, il y a urgence !

Berceaux PES

Le SNUipp-FSU Paris a dit son opposition à ce que les « berceaux » de stagiaires (une classe gérée par deux stagiaires en alternance) soient imposés aux écoles plusieurs années de suite si elles ne le souhaitaient pas. Ce n’est dans l’intérêt de personne. Le DASEN a confirmé que les berceaux ne seront pas imposés dans les mêmes écoles une troisième année. En cas de berceau prolongé ou non, les inspecteurs-trices devront s’assurer auprès des écoles concernées que les équipes sont bien d’accord.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0