Accueil du site > Carte scolaire parisienne > Compte-rendu du comité technique du 26 juin Dysfonctionnements du rectorat, formation continue

Compte-rendu du comité technique du 26 juin Dysfonctionnements du rectorat, formation continue

publié le 28 juin 2018

g

Pour le respect de notre statut et des services publics, l’augmentation des salaires et l’amélioration de nos conditions de travail

Dans une déclaration liminaire, la FSU a dénoncé la politique anti-sociale que mène ce gouvernement. Ses représentant-es ont dénoncé les attaques contre les services publics, la volonté de recours aux contractuel-les et les attaques contre le pouvoir d’achat des fonctionnaires (gel du point d’indice, jour de carence, hausse de la CSG…).
De plus, la volonté gouvernementale de remise en cause du paritarisme n’est pas acceptable.

Dysfonctionnements du rectorat : début de réponse académique

En réponse à une intervention du SNUipp-FSU, le Directeur d’académie a indiqué que la direction de l’académie était en train de préparer un plan de douze actions pour améliorer le fonctionnement de la division des écoles. Après avoir noté les améliorations sur quelques dossiers depuis l’an passé, le Directeur d’académie a indiqué que l’Académie était déterminée à les poursuivre en présentant quelques points en plus des points déjà évoqués par le Dasen en GT :

- au sein du secretariat général, création d’un poste équivalent à un DRH adjoint chargé de superviser le premier degré

- travail sur la communication entre les enseignant-es et les services

- “diffuser la culture” du premier degré dans l’ensemble du rectorat Pour le SNUipp-FSU, c’est un premier pas à mettre notamment au crédit de son action. Notre détermination reste intacte. Ce premier pas doit être confirmé par la mise en place de mesures concrètes et rapides pour mettre fin aux graves dysfonctionnements actuels. Un rendez-vous a été proposé par le Directeur d’académie avant les vacances pour en débattre.

Formation continue : pour une formation de qualité, choisie et sur temps scolaire !

Le CTA avait pour vocation d’étudier le plan de formation continue pour l’année prochaine. Comme ses représentant-es l’ont fait en conseil de formation jeudi dernier, le SNUipp-FSU a réaffirmé son attachement à la formation professionnelle continue et initiale des enseignant-es. C’est un droit des personnels et une obligation pour l’Etat s’il veut vraiment permettre la réussite de tous les élèves.
Concernant le plan de formation de l’année prochaine, l’offre de formation sur temps scolaire a légèrement augmenté avec la création de 20 postes de brigades, même si l’utilisation de ces postes est largement grevé par les formations organisées pour les enseignant-es de CP. On est loin du compte !

Des objectifs partagés, d’autres non
L’Académie dit vouloir baser son offre de formation sur les besoins des personnels et la lier avec la recherche. Cet objectif est en partie atteintt avec notamment la création de stages pour les équipes confrontées à un-e élève avec de grosses difficultés de comportement, ce que le SNUipp-FSU avait demandé au moment de la carte scolaire. Ceci dit, ils sont trop peu nombreux au regard notamment de l’offre pléthorique de formations à la chorale sur injonction du Ministère.
L’Académie va continuer à developper des formations qualifiantes en lien avec l’ESPE, ce que le SNUipp-FSU revendique depuis des années.
Le SNUipp-FSU a une nouvelle fois demandé à ce que les organismes de formation se diversifient en faisant intervenir des chercheurs-ses qui ne sont pas forcément issu-es de l’ESPE.
Par ailleurs, l’Académie souhaite continuer à proposer des stages école, le SNUipp-FSU a demandé l’augmentation des possibilités.
Enfin, dans ses intentions, l’Académie insiste sur la nécessité des formations sur les savoirs fondamentaux. Le SNUipp-FSU a fait remarquer que ces compétences indispensables aux élèves sont également travaillées dans d’autres domaines d’apprentissage. La transversalité des apprentissages ne peut être mise au ban par le nouveau dogmatisme ministériel.

Certaines modalités de formation contestées
Si le stage sous forme filée peut être une bonne solution en vue d’effectuer des allers-retours entre formation et pratique de classe, le SNUipp-FSU exige qu’il ne remplace pas le stages “massé”.
L’Académie souhaite aussi développer les formations hybrides en lien avec l’utilisation du numérique. Le SNUipp-FSU n’a pas de dogme en la matière, mais il n’est pas question que ce type de formation remplace les formations en présentiel.

Un volume toujours insuffisant
Malgré la création de 20 postes de brigades, l’offre de formation continue sur temps scolaire est toujours largement insuffisante !

18h : non aux injonctions ministérielles !

Le SNUipp-FSU a de nouveau dénoncé les injonctions ministérielles qui pèsent sur les enseignant-es dans le cadre des 18h d’animation pédagogique. Les enseignant-es n’auraient plus aucun choix d’animation pédagogique, 9h en français et 9h en mathématiques leur seraient imposées.
Le SNUipp-FSU rappelle qu’il n’existe pas d’animations obligatoires et que la moitié des dix-huit heures peut être faite par des réunions d’information syndicale (RIS).


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0