Accueil du site > Carte scolaire parisienne > Carte scolaire 2014 > Comité Technique Académique du 03 septembre 2014 Carte scolaire, dysfonctionnement du Rectorat, manque cruel d’AVS

Comité Technique Académique du 03 septembre 2014 Carte scolaire, dysfonctionnement du Rectorat, manque cruel d’AVS

publié le 3 septembre 2014

g

1 – Débats liminaires

En ouverture du comité technique, outre les difficultés liées notamment à l’application de la réforme des rythmes scolaires, le SNUipp-FSU est intervenu sur deux points noirs de la rentrée :

- les dysfonctionnements du Rectorat et leurs conséquences intolérables sur le fonctionnement des écoles et la vie personnelle et professionnelle des collègues : collègues sans affectation ni information, plusieurs collègues sur un même poste, non communication des jours libérés des collègues à temps partiel… Le SNUipp-FSU a dénoncé cette situation intolérable qui a également des conséquences désastreuses sur les conditions de travail des personnels administratifs. Tout l’été, le SNUipp-FSU a accompagné et soutenu les collègues et continue de le faire, mais cela ne suffit pas ! Le SNUipp-FSU a rappelé qu’il avait obtenu la tenue d’un groupe de travail sur le fonctionnement du Rectorat et la communication avec les personnels. Par ailleurs, le SNUipp-FSU a obtenu du Dasen la tenue d’une CAPD dans les plus brefs délais pour faire le point sur les problèmes que rencontrent individuellement les enseignant-es et ce pour les régler en tout transparence et équité.

- le manque cruel d’AVS : l’enquête de rentrée du SNUipp-FSU auprès des écoles sur le manque d’AVS a connu de nombreuses réponses. Comme tous les ans, le manque d’AVS dans les écoles est flagrant, mais c’est encore pire à cette rentrée. Le 1er septembre, Mme la conseillère technique du Recteur en charge de l’ASH avait indiqué au SNUipp-FSU que le logiciel ministériel de gestion des contrats était en panne et que tous les contrats devaient être préparés à la main.
Le SNUipp-FSU a revendiqué le renforcement en personnels du service en charge de la rédaction des contrats et le remplacement des collègues coordonnateurs de pôles lorsqu’ils sont en arrêt maladie comme c’est le cas en ce moment sur un pôle. Le directeur a répondu favorablement à la demande du SNUipp-FSU et précisé que les coordonnateurs de pôle seront remplacés. Par ailleurs, il a indiqué que deux personnes supplémentaires avaient été recrutées pour rédiger les contrats. Le SNUipp-FSU a signalé que cela ne suffisait pas au regard de la situation actuelle. Plus largement, le SNUipp-FSU a dénoncé la précarité des AVS et la baisse de quotité horaire décidée par le Ministère (de 75% à 65% représentant 27 heures – 24h devant élèves et 3h de réunions). Le SNUipp-FSU appelle les équipes à lui faire remonter les problèmes et manques d’AVS dans leurs écoles afin que les représentant-es du personnel interviennent auprès de l’administration.

2 - Carte scolaire : ajustements de rentrée

Le SNUipp-FSU a tout d’abord indiqué que les 10 postes octroyés à l’académie de Paris ne suffisaient pas au regard des besoins des écoles, notamment en termes de moyens de remplacement et de Rased. Selon l’académie, il restait 0,5 postes à l’académie pour effectuer les ajustements de rentrée. Le SNUipp-FSU a contesté le comptage de l’académie qui prenait en compte la décharge des PEIMF dans l’enveloppe budgétaire, ce qui consommait 1,5 postes. Le SNUipp-FSU a obtenu de l’académie que ces postes soient reversés à la brigade de remplacement.
Le Dasen a annoncé deux ouvertures de classes : EE M d’Ocagne (14ème), EE A. Perret (13ème) et deux fermetures de classes : EM 15 rue de Tanger (19ème), EE Sorbier (20ème). Le SNUipp-FSU a rappelé que l’ouverture à l’école Maurice d’Ocagne aurait dû être anticipée puisque dès le printemps, le SNUipp-FSU avait revendiqué cette ouverture en audience puis en CTA. La situation n’ayant pas changé depuis juin dernier, c’est bien la mobilisation des enseignant-es et des parents d’élèves de l’école en fin d’année scolaire qui a permis cette ouverture. L’ouverture à l’école A. Perret aurait dû être également actée plus tôt par l’académie.
Concernant les fermetures, le SNUipp-FSU a revendiqué auprès de l’académie le renoncement à ces fermetures qui déstabilisent les écoles le lendemain de la rentrée. Enfin, le SNUipp-FSU s’est félicité d’avoir été entendu par le Dasen avant le CTA sur le cas d’une école du 15ème dans laquelle le Dasen envisageait une fermeture de classe.

Au final, les mesures de rentrée sont :
- 30 ouvertures de classes (11 en EM et 19 en EE) et 35 fermetures (19 en EM et 16 en EE).
- 5,5 postes de brigade de remplacement
- 4 postes de « Plus de maîtres que de classes »
- 1 poste pour la scolarisation des « moins de trois ans »
- 4 postes pour le remplacement des collègues déchargés de service en REP+


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0