Accueil du site > Carte scolaire parisienne > Carte scolaire : groupe de travail du 30 juin Statu quo après trois heures de débats

Carte scolaire : groupe de travail du 30 juin Statu quo après trois heures de débats

publié le 1er juillet 2017

g

Pour des moyens à la hauteur des besoins des écoles !

Lors de ce groupe de travail réunissant l’académie, les représentant-es de parents d’élèves et des enseignant-es et quelques représentantes de la Ville de Paris. Il ne s’agissait pas de revenir sur l’ensemble des débats concernant la carte scolaire, mais le SNUipp-FSU a tenu à réaffirmer sa revendication d’obtenir des moyens à la hauteur des besoin des écoles parisiennes pour baisser les effectifs de classe dans l’ensemble des écoles (20 en REP et 25 hors REP), recréer des postes de remplaçant-es et de Rased et amplifier la scolarisation des enfants de moins de trois ans, développer le dispositif « Plus de Maîtres que de classes ».

Depuis que les représentant-es du personnel ont reçu les documents préparatoires au groupe de travail, toutes les écoles concernées ont été contactées par le SNUipp-FSU. 
Un certain nombre d’ouvertures revendiquées par les écoles n’étaient toujours pas actées tout comme des demandes d’annulation de fermeture valisées en février. Pour une rentrée sereine, les ouvertures nécessaires doivent être faites en juin et non en septembre lors du comité technique. Le SNUipp-FSU a accompagné les collègues en délégation au rectorat. Le SNUipp-FSU a également porté la création de postes de ZIL REP + pour que tous les enseignant-es de CP en REP et que les ZIL REP + puissent bénéficier des 9 journées de décharge de service auxquels ils ont droit. Par ailleurs, le SNUipp-FSU a revendiqué la création d’un poste au CASNAV afin de permettre d’assurer le suivi des élèves allophones et la formation des enseignant-es en la matière.

Le SNUipp-FSU est également revenu sur les conséquences de la baisse des effectifs à 12 en CP en REP + dès cette année. Cette décision s’est appliquée à Paris de manière moins brutale que dans les autres départements et a été discutée avec les écoles concernées. Cependant, cette décision a pour conséquence l’utilisation de 10 postes normalement dévolus aux ouvertures traditionnelles. De plus, cela engendre la suppression de 7 postes de "Plus de maîtres que de classes" sur les 11 présents en REP+. Le SNUipp-FSU a porté les demandes des écoles qui contestaient la transformation de leur poste de « Plus de maitres » en poste classe.
Au niveau national, le SNUipp-FSU a dénoncé la suppression d’une grande partie des postes de PDM prise sans aucune concertation ni évaluation, au profit du dédoublement des classes de CP en REP+. Le ministère, avec duplicité, prétend que ce dispositif serait préservé alors même qu’il en organise concrètement le démantèlement dans nombre de départements. Ce faisant, il choisit de déstabiliser les écoles de l’éducation prioritaire, en lançant un nouveau dispositif dès cette rentrée sans créer les postes pour le mettre en œuvre. Il balaie d’un revers de main tout le travail de réflexion et d’élaboration des équipes, toutes les actions engagées. Le SNUipp-FSU rappelle son opposition à la suppression du dispositif « plus de maîtres que de classes » et revendique au contraire son renforcement. Enfin, nous ne pouvons qu’être qu’inquiets quant à l’annonce de la généralisation des CP et CE1 à 12 dans l’ensemble de l’éducation prioritaire dès la rentrée 2018 sans les moyens nécessaires. En effet, ce n’est pas des créations de postes que prévoit le Ministre pour le moment, mais bien un redéploiement des postes existants. Cela entrainera forcément la dégradation des conditions d’enseignement dans les autres niveaux et dans les écoles situées hors éducation prioritaire. Avec les personnels, le SNUipp-FSU se mobilisera dès la rentrée pour lutter afin d’obtenir une amélioration des conditions d’enseignement partout sur le territoire parisien !

Après trois heures de discussion, statu quo ! Il ne reste qu’un poste pour faire la rentrée !

Au final, après plus de trois heures de discussions, aucun changement n’a été proposé par l’académie, alors même qu’il nous semblait urgent que certaines situations soient entendues. Il y aura un nouvel examen des écoles fin aout. Pour le SNUipp-FSU, les écoles qui revendiquaient légitimement une ouverture ou une annulation de fermeture aurait dû avoir une réponse aujourd’hui. On ne prépare pas la rentrée au sein des écoles fin aout !
Concernant les décharges REP +, le Dasen s’est engagé à ce que l’ensemble des collègues qu’ils soient affectés au sein d’une école ou ZIL REP + bénéficieraient des 9 journées de décharge auxquelles ils ont droit. Seul hic : pour le moment cet engagement n’est pas concrétisé par des créations de poste. Pour le SNUipp-FSU, il n’est pas question de supprimer encore des postes de brigade ou de Rased pour compenser les ouvertures de postes de ZIL REP + indispensables.

La raison du statu quo est simple : il ne reste qu’un poste à l’académie pour effectuer la rentrée ! En clair, au-delà d’une ouverture de poste, toute ouverture de poste sera financée par une fermeture de poste. Pour le SNUipp-FSU, ce n’est pas acceptable. Il continuera donc à accompagner les écoles dans leur mobilisation pour obtenir les moyens à la hauteur de leurs besoins.

Recruter sur la liste complémentaire dès maintenant !

Suite à notre interpellation en groupe de travail, le Dasen a indiqué que la question n’était pas fermée, mais qu’il est prévu un surnombre de 100 enseignant-es à la rentrée. Par conséquent, pour le moment, il n’est pas prévu d’ouvrir la liste au-delà des remplacements de candidat-es reçu-es sur la liste principale et qui renoncent au bénéfice du concours. Cela dit, le Dasen a indiqué que cette réponse était valable le 30 juin et que des points réguliers seraient effectués au cours de l’été.

Les mesures actées à la fin du groupe de travail restent donc les mêmes :

- 15 ouvertures de classe : EE 159 avenue Parmentier (10ème), EE 20 rue de la Saïda (15ème), un poste en maternelle à l’EP 15bis rue Saint Didier (16ème), EM 10 rue Boursault (17ème) – transfert d’un poste de l’EM Saussure, un poste en maternelle à EP141 Bd Mac Donald, 10 ouvertures pour les CP dédoublés en Rep+.

- 6 abandons de fermetures : EM 16 rue Marsoulan (12ème) , EM 15 rue Domremy (13ème), EM 8 rue Ricaut (13ème ), EM 77 rue de la Tombe Issoire (14ème) , EM 53 allée Darius Milhaud (19ème), EE 103 ave Gambetta à titre provisoire (20ème).

- 11 fermetures de classe : EM 42 rue de Turenne (3ème), EE 8 rue Chomel (8ème), EE 41 rue Chabrol, EM 11 rue de la Grange Batelière (9ème), EM 54 rue Servan (11ème), EM 2 Place Lachambaudie (12ème), EM 48 rue Saussure (pour transfert à Boursault),. EM 4 Place Jean-Baptiste Clément (18ème), EM 34 rue Manin (19ème), EM 63 rue Archereau (19ème), EM. 5 rue Général Lassalle (19ème).

- Mesures spécifiques : fermeture de 0,5 poste de décharge de direction non occupée au Centre Scolaire de l’Hôpital Trousseau, fusion de la maternelle et de l’élémentaire 5 rue Milton (9ème).

- PDM : aucun changement par rapport aux mesures actées par l’académie. Les sept postes supprimés en REP + demeurent transformés en poste d’enseignant-e en CP.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0