Accueil du site > Carte scolaire parisienne > Carte scolaire 2015 > CDEN-Marathon du 10 avril  Un bien maigre résultat après 12 heures de délibération.

CDEN-Marathon du 10 avril Un bien maigre résultat après 12 heures de délibération.

publié le 12 avril 2015

g

Après le CTA du 7 avril, le CDEN (composé des représentants du personnel, des parents d’élèves, des élus de la ville et de l’administration) s’est réuni pendant près de 12 heures le vendredi 9 avril.

Carte scolaire Une motion a été votée à l’unanimité (l’administration n’a pas le droit de vote) pour dénoncer la suppression de 29 postes à Paris.

Les membres du CDEN réunis ce jour constatent que les conditions de scolarisation des élèves parisiens telles que présentées, ne peuvent pas satisfaire un enseignement et un apprentissage permettant la réussite de tous les élèves. Les éléments démographiques présentés par l’Académie ne sont pas stabilisés car ils sont fondés sur ceux de la rentrée 2014 et ne prennent pas en compte la réalité des inscriptions à ce jour.
Les dispositifs clés de la loi de Refondation dans le premier degré sont réduits à peau de chagrin. Quatre postes Plus De Maîtres que de classes alors que 48 demandes étaient recevables ; une seule classe TPS (toute petite section) accueillant les élèves de moins de trois ans.
La pénurie de remplaçants longue durée (plus de 15 jours) qui a pénalisé de nombreuses écoles cette année continuera en 2015/2016 puisqu’aucun poste n’est créé. Les postes de RASED ne sont toujours pas abondés à la hauteur nécessaire, laissant un grand nombre d’élèves sans recours éducatif.
Enfin la suppression de 78 classes et l’ouverture de seulement 26 classes conduira à une montée des effectifs. Nous rappelons que des effectifs par classe de 20 en REP et de 25 hors éducation prioritaire sont des objectifs vers lesquels il faut tendre pour la réussite de tous les élèves. Pour toutes ces raisons, qui ne peuvent nous satisfaire, nous voterons contre les propositions académiques et demandons à Monsieur le Recteur, de répondre aux demandes éducatives des élèves parisiens, en augmentant le nombre de postes indispensables à la réussite de tous les élèves.
Le CDEN de Paris exige du Ministère de l’Éducation Nationale une dotation budgétaire à la hauteur des besoins des écoles parisiennes.


Pour sa part, dans son propos introductif, le SNUipp-FSU Paris a rappelé qu’avec la FSU il dénonçait depuis le début du quinquennat Hollande, l’insuffisance des dotations au regard des besoins des écoles.
En effet, loin de transformer l’école, les créations de postes attribuées à l’académie de Paris depuis 2012, n’ont pas suffit à réparer les dégâts causés par les gouvernements précédents et à assurer des conditions d’enseignement satisfaisantes. Pire, c’est à un retour en arrière auquel le Ministère nous a convoqué cette année, période où les suppressions de postes étaient la règle !

Non content d’avoir dégradé les conditions de travail des enseignant-es parisien-nes et les conditions d’apprentissage de leurs élèves avec la réforme des rythmes scolaires, le Ministère se livre à une véritable attaque en règle contre l’école publique à Paris.
Le pire est que les suppressions de postes pour la rentrée 2015 ne seraient qu’un avant-goût des rentrées prochaines puisque le retrait des moyens pour les académies que le Ministère considère comme favorisées sera progressif !

Le SNUipp-FSUa rappelé que pour améliorer les conditions d’enseignement dans toutes les écoles, il revendiquait des moyens à la hauteur des besoins des écoles parisiennes :
- Toutes les écoles, qu’elles soient en REP ou non, doivent voir leurs effectifs baissés : 25 hors REP et 20 en REP. Il n’est pas question de déshabiller les uns pour habiller les autres !
- Les élèves parisiens doivent bénéficier de Rased complets sur tout le territoire.
- Les enseignant-es absents doivent être remplacés et les possibilités de formation continue doivent être largement augmentées. Pour cela, il est indispensable de recréer des brigades de remplacement.

Toute au long de la journée, le SNUipp-FSU Paris a porté les dossiers des écoles et des collègues qui contestaient une fermeture ou revendiquait une ouverture de classe ou de poste. Les élu-es du personnel ont également dénoncé l’absence de création de postes de remplaçants, alors qu’aujourd’hui encore, de nombreux remplacements longs ne sont pas effectués et que l’académie engage des contractuels.
Ils ont également protesté contre la transformation de 9 postes de ZIL (Circo 1-2-4, 17B, 18A, 18B, 19A, 19D, 20A, 20B) en poste de brigade, ce qui peut laisser présager des difficultés encore pire pour les remplacements courts l’an prochain. Le SNUipp-FSU s’est opposé au retrait d’un poste G dans la circonscription 19B.
Il a par ailleurs dénoncé le leurre que constituaient les appels à projets pour des PDM puisque sur 50 projets déposés et alors que 48 étaient recevables, seuls 5 ont été accordés au final !!! De même une seule TPS a été annoncée. Pour le SNUipp-FSU Paris, le mépris dont fait preuve l’Education nationale face aux collègues qui ont présenté des projets est insupportable.

A la fin de la journée, la direction de l’Académie a indiqué qu’elle ne renoncerait à aucune mesure lorsqu’il y avait désaccord sur les chiffres. Elle a annoncé modifier 3 mesures pour des raisons "qualitatives" et non chiffrées. Elle s’est engagée à revoir les situations en juin et à "annuler les fermetures si les écoles remontaient au dessus du seuil".

Au final 4 nouvelles mesures ont été annoncées pendant la séance et 5 modifications à l’issue de la discussion.
mesures annoncées en séance : fermeture à la maternelle Aqueduc (10è) et à l’élémentaire 40 Jenner (13è), ouverture à l’élémentaire Louis Blanc et à la maternelle Ricaut (13è).
mesures annoncées en fin de séance : annulation des fermetures dans les élémentaires Labori (18è) et Bollaert (19è), création d’un PDM au 41 Tanger, ouverture à l’élémentaire Renard (4è), ouverture d’une demi-décharge de direction à l’école Dombasle (15ème).

Le SNUipp-FSU est déterminé à exiger du Ministère des postes pour la rentrée prochaine car c’est bien le retrait de 29 postes aux écoles parisiennes qui est responsable de cette attaque contre les conditions d’enseignements dans les écoles parisiennes.

Demandes de dérogation aux horaires parisiens 16 projets ont été faits par des écoles et tous ont reçus un avis défavorable, l’académie considérant que les projets étaient "techniquement compliqués à mettre en oeuvre". Le SNUipp a dénoncé l’absurdité qui consiste à lancer un appel à projet alors même que l’Académie sait pertinemment qu’elle va les refuser.

Les mesures arrêtées par l’académie en fin de CDEN sont :

29 ouvertures de classes :

- 10 classes maternelles : EP rue Vaucanson (3ème), 16 bd Carnot (12ème), 17 rue Louise Bourgeois (13ème), EM 8 rue Ricaut (13ème), 99 rue Olivier de Serres (15ème), 14 rue B Buffet (17ème), 34 rue Manin (19ème), 11 rue G Thill (19ème), 47 rue Armand Carrel (19ème), 68 rue Vitruve (20ème).

- 19 classes élémentaires : EE rue du Renard (4ème), EP 10 rue E Varlin (10ème), 39 rue de l’Aqueduc (10ème), EE 49bis rue Louis Blanc (10ème), 4 rue Bignon (12ème), 10 avenue de Lamoricière (12ème), 17 rue Louise Bourgeois (13ème), 173 rue du château des Rentiers (13ème), 7 avenue M d’Ocagne (14ème), 33bis rue Miollis (15ème), 20 rue Falguière (15ème), 195 rue St Charles (15ème), 28 rue Dombasle (15ème), 112 Bd Berthier (17ème), 42 rue des Epinettes (17ème), rue Cesbron (17ème), 14 rue Simplon (18ème), 118 Bd Mac Donald (19ème), 12 rue Alquier Debrousse (20ème)

78 fermetures de classes :

- 48 fermetures de classes en maternelle : 52 rue de Turenne (3ème), 6 rue P Dubois (3ème), 5 rue Brantôme (3ème), 18 rue Poulletier (4ème), 29 rue Mouffetard (5ème), 23 rue Cujas (5ème), 28 av Rapp (7ème), 16 rue Roquepine (8ème), 22 rue Rochechouart (9ème), 12 rue Clauzel (9ème), 11 rue L Schwartzenberg (9ème), 3 rue Belzunce (10ème), EM rue de l’Aqueduc (10ème), 155 av Parmentier (10ème), 4 Cité Souzy (11ème), 14 rue Merlin (11ème), 70 av Daumesnil (12ème), 20 rue Patay (13ème), 40 rue Vandrezanne (13ème), 8 rue Balanchine (13ème), 23 rue Jacquier (14ème), 55 rue M Ripoche (14ème), 69 rue de l’Ouest (14ème), 11 rue Jean Dolent (14ème), 13 av Sibelle (14ème), 20 rue de la Fédération (15ème), 9 rue Varet (15ème), 34 rue O de Serres (15ème), 162 Bd Murat (16ème), 27 rue du Parc des Princes (16ème), 15bis rue Saint Didier (16ème), 56 rue Boissières (17ème), 4 rue L Vierne (17ème), 56 rue Bayen (17ème), 21 rue André Brechet (17ème), 28 rue Cugnot (18ème), 53bis rue M Dormoy (18ème), 57 rue de la Goutte d’Or (18ème), 27 rue E Duployé (18ème), 1 Pl C Pecqueur (18ème), 1 rue de la Palestine (19ème), 41 rue de Tanger (19ème), 58 rue Archereau (19ème), 15 rue de Tanger (19ème), 28 rue d’Aubervilliers (19ème), 26 rue de la Cour des Noues (20ème), 39 rue de Tourtille (20ème), 32 rue Pali-Kao (20ème).

- 30 fermetures de classes en élémentaire : 28 rue Cambon (1er), 6 rue Vaucanson (3ème), 14 rue V Cousin (5ème), 1 rue du Gal Camou (7ème), 27 rue Las Cases (7ème), 10 avenue de la Motte Piquet (7ème), 8 rue Charles Baudelaire (12ème), 37 rue du Château des Rentiers (13ème), 8 rue Kuss (13ème), 21 rue Primo Levi (13ème), EE 40 rue Jenner (13ème), 5 rue Prisse d’Avennes (14ème), 27 rue Olivier de Serres (15ème), 50 rue Gutenberg (15ème), 8 rue Chernoviz (16ème), 10 rue des Bauches (16ème), 49 rue Legendre (17ème), 2 rue de la Guadeloupe (18ème), 105bis rue de l’Ourcq A (19ème), 105bis rue de l’Ourcq B (19ème), 41 rue de Tanger (19ème), 17 rue C Magny (19ème), 7 rue Barbanègre A (19ème), 7 rue Barbanègre B (19ème), 7 rue du Général Brunet (19ème), 132 rue d’Aubervilliers (19ème), 10 rue Le Vau (20ème), 104 rue de Belleville (20ème), 1 rue Levert (20ème), 51 rue Ramponneau (20ème).

REP +  : création de 10 postes pour remplacer les enseignants bénéficiant de décharge de service.

5 postes de « Plus de maîtres que de classes »  : 8 rue Maurice Rouvier (14ème), EEA 41 rue de Tanger (19ème), 105bis rue de l’Ourcq A (19ème), 105bis rue de l’Ourcq B (19ème), 16 rue E Cotton (19ème).

1 poste de TPS : EM 39 rue de Tourtille (20ème).


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0