Accueil du site > À la une > Dysfonctionnements du mouvement, communication entre les personnels et le Rectorat, contractuel-les... Compte-rendu d’audience avec le Dasen du 1er juin 2022

Dysfonctionnements du mouvement, communication entre les personnels et le Rectorat, contractuel-les... Compte-rendu d’audience avec le Dasen du 1er juin 2022

publié le 3 juin 2022

g

Suite à un courrier sur les multiples dysfonctionnements du mouvement intradépartemental, le SNUipp-FSU Paris a demandé une audience. Le SNUipp-FSU Paris a été reçu par le Dasen et les services du mouvement le mercredi 1er juin.
Lire le courrier dans cet article.

Mouvement intra

Situations individuelles
Le SNUipp-FSU a rappelé à l’Académie qu’il était inadmissible que des collègues ne reçoivent pas de réponse à leur mail de contestation. De nombreuses situations individuelles (près de 130) ont été remontées au syndicat et ont pu être réglées après des échanges avec l’Administration. La fin des CAPD signe définitivement l’individualisation des carrières.
Là où le SNUipp-FSU intervenait pour faire respecter les règles collectives, il accompagne désormais les collègues dans des recours individuels face à la hiérarchie.
Le Rectorat s’est engagé à répondre aux collègues dans des délais raisonnables et à les tenir informé-es de l’avancée de leur situation si elle est plus complexe.

Règles collectives
De nombreux dysfonctionnements ou manquements aux règles ont été soulignés par le SNUipp-FSU dans un courrier au Dasen début mai et chaque semaine au service du mouvement (bonifications non prises en compte, AGS changée entre le premier et le deuxième accusé de réception, postes profilés pendant l’ouverture du serveur...).

L’Académie entend les remontées du syndicat mais ne semble pas prendre la mesure de l’impact de ces problèmes sur les collègues. Pour le Dasen, le profilage des postes est une bonne mesure pour rendre "attractives" les écoles, face à la prétendue fuite des élèves parisien-nes vers les écoles privées. Pour le SNUipp-FSU Paris, le recrutement par poste à profil ne résoudra ni la crise de recrutement majeure que rencontre l’académie, ni les inégalités scolaires. Les enseignant-es ont besoin de temps de concertation, de formation continue choisie, d’effectifs de classe réduits, d’augmentation salariale, mais en aucun cas de mise en concurrence.

Les services ont signalé qu’il y aurait d’ores et déjà trois cascades. Une cascade est une erreur d’affectation d’un-e collègue suite à une erreur de poste ou de barème qui entraine donc une cascade de réaffectations. Jusqu’à 10 collègues peuvent être impacté-es par une seule cascade.
Lors du mouvement intradépartemental 2019, avant la loi de transformation de la Fonction publique, le SNUipp-FSU Paris avait vérifié et fait corriger jusqu’à 70 cascades ! On ne peut que se méfier de l’opacité du mouvement depuis qu’il n’est plus traité en CAPD.

Crise du recrutement

Suite aux résultats extrêmement préoccupants des épreuves écrites du CRPE, l’Académie a indiqué en CTA qu’elle allait devoir recruter jusqu’à 270 contractuel-les. Depuis plusieurs années, nous alertons sur le manque d’attractivité du métier et la crise du recrutement qui est devenue systémique. Or, aucune politique volontariste n’a été mise en oeuvre pour permettre d’enrayer cette crise du recrutement ! La volonté est donc bien de favoriser le recours aux contractuel-les et casser le statut de fonctionnaire !

Le Rectorat réfléchirait en ce moment à la prise en charge et la formation de ces contractuel-les qui arriveront dans les classes dès la rentrée. Pour le SNUipp-FSU, cela ne doit en aucun cas reposer sur les PEMF qui ont déjà des horaires qui explosent. Le syndicat est également opposé à la création de MAT (maitre-sse d’accueil temporaire) dans l’Académie pour pallier le manque de formateur-ices.

Le SNUipp-FSU Paris reste opposé au recrutement de contractuel-les et revendique des mesures de revalorisation du métier et une formation de qualité pour tous-tes les collègues. Une nouvelle audience sur la question des contractuel-les sera organisée d’ici la fin de l’année scolaire.

Lire plus d’informations dans cet article.

Promotions : une information claire et transparente doit être faite !

Les résultats de promotion à la Hors Classe et à la Classe exceptionnelle seront connus à partir du 23 juin. A priori seul-es les collègues promu-es seront averti-es. Cette situation n’est pas acceptable, le SNUipp-FSU Paris revendique que tous-tes les collègues promouvables, qu’ils-elles soient promu-es ou non soient informé-es.

Après de nombreuses interpellations, l’Académie semble avoir accédé à une première demande du SNUipp-FSU Paris : une information sur le rang individuel des agent-es et le barème du-de la dernier-e promu-e soit transmise. Le SNUipp-FSU Paris rappelle que cette information claire et transparente doit à l’ensemble des personnels afin que chacun-e puisse se projeter sur sa propre promotion. Ceci ayant une incidence majeure pour le départ à la retraite par exemple.

Colère face aux (non) réponses des services

Le manque de considération et de personnel dans les services académiques nuit à l’ensemble de l’Institution : personnels en écoles et dans les services administratifs. Le SNUipp-FSU Paris exige une embauche conséquente de personnels administratifs formé-es afin de répondre rapidement et exactement lorsqu’ils-elles sont sollicité-es. Une vraie gestion efficace éviterait une charge de travail qui nuit aux professeur-es des écoles et AESH.

Le temps passe et malgré l’engagement affiché de l’Académie, il semblerait que rien n’ait vraiment changé. Suite à la demande insistante du SNUipp-FSU Paris, le Rectorat a reconnu des défaillances passagères et a accepté de traiter chaque semaine en priorité une liste de cas non-résolus. Si ce n’est déjà fait, confiez sans attendre vos demandes de réponses aux élu-es du SNUipp-FSU Paris !

Situations d’écoles

Fidèle à son engagement auprès des écoles en difficultés avec la hiérarchie ou avec des parents d’élèves par exemple, le SNUipp-FSU Paris a échangé de vive-voix avec le Dasen sur les situations qui lui été confiées.

Temps partiel : toutes les réponses sont arrivées

Cette année, l’Académie s’est fixée elle-même des règles qu’elle n’a pas suivies. La date limite affichée du 19 avril pour recevoir une réponse négative de la part des services a ajouté de l’anxiété aux personnels demandant un temps partiel sur autorisation. Lors de l’audience, le SNUipp-FSU Paris a enfin obtenu des réponses pour les collègues qui n’avaient toujours aucune nouvelle. Elles ont été contactées à l’issue de l’audience.

Le SNUipp-FSU Paris invite les collègues qui auraient essuyé un refus de temps partiel, disponibilité ou détachement à faire un recours (modèle ici). Les élu-es du syndicat porteront les recours qui lui seront confiés lors d’un groupe de travail le 16 juin et de la CAPD du 23 juin.

Remplacement : pour le retrait de la centralisation

Le SNUipp-FSU Paris n’a eu de cesse de dénoncer la réforme de la centralisation du remplacement. Un an après, le constat est évident : dégradation des conditions de travail des brigades et aucune amélioration du remplacement. Le SNUipp-FSU Paris s’est adressé au directeur d’Académie afin d’obtenir une audience pour tirer le bilan et revendiquer l’abandon de cette réforme !
Lire le courrier envoyé au directeur d’académie.

Carte scolaire : GT d’ajustement prévu fin juin

L’Académie n’a pas prévu un nombre important de fermetures mais a rappelé qu’au vu de la réserve en postes pour la rentrée : chaque ouverture sera financée par une fermeture. Alerté par différentes écoles, le SNUipp-FSU s’est indigné que les opérations d’ouverture-fermeture se fassent à l’intérieur de la circonscription. En effet, il est dit à certaines écoles qu’il faudra financer une ouverture de classe dans l’école d’à côté en fermant. Une information va être faite aux IEN afin de rappeler que les opérations de carte scolaire ont bien lieu sur l’ensemble de l’Académie.

Par ailleurs, le Rectorat n’exclut pas de revenir sur des ouvertures qui auraient été actées lors des opérations de carte scolaire du mois de janvier.

Après demande du SNUipp-FSU Paris, le Dasen a affirmé que le plafonnement des effectifs à 24 en GS, CP et CE1 était obligatoire à la rentrée 2022. D’après le Rectorat, la baisse du nombre d’élèves permet d’atteindre cet objectif dans toutes les écoles hors EP. Pour le SNUipp-FSU Paris, la baisse des effectifs dans certains niveaux ne doit pas engendrer de dégradations d’apprentissage ou d’enseignement dans les autres niveaux. Le SNUipp-FSU Paris invite les écoles qui rencontreraient des difficultés pour construire la structure pédagogique en répondant aux différentes injonctions à le contacter sans tarder.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0