Accueil du site > Carte scolaire parisienne > Carte scolaire 2013 > Compte-rendu du CTA du 19 février  sur la carte scolaire 2013

Compte-rendu du CTA du 19 février sur la carte scolaire 2013

publié le 20 février 2013

g

Retour sur la réunion publique du 18 février à l’Espace Reuilly

L’ensemble des représentants de l’intersyndicale parisienne a dénoncé les propos et l’attitude du Maire de Paris. Elle a demandé au Recteur de Paris de sortir de son silence. Le SNUipp-FSU a repris l’ensemble des points soulevés dans le compte-rendu de la réunion.
Le directeur d’académie n’a pas répondu aux questions posées et n’a fait que rappeler le cadre du décret et les responsabilités du rectorat et de la Mairie sur la question. Les organisations syndicales seront reçues jeudi matin par le Recteur de Paris.

Carte scolaire pour la rentrée 2013

Dans une déclaration liminaire, le SNUipp-FSU a replacé les débats du jour dans le cadre du contexte actuel : un décret des rythmes scolaires qui doit être abrogé et une loi de « refondation » qui n’est pas à la hauteur des enjeux. Le SNUipp-FSU acte les quelques avancées sur la formation, la création du conseil supérieur des programmes… mais souligne aussi les absences et ses désaccords avec certaines dispositions : aucune ambition pour l’éducation prioritaire, pas de remise en place de la formation continue, pas de rupture réelle dans les contenus d’enseignement pour le moment…
La rupture avec les politiques passées doit également se faire du point de vue des conditions de travail et d’emploi des enseignant-es. Rupture dans la méthode d’abord : nous attendons de notre Ministre du respect. Les déclarations intempestives et les attaques verbales doivent cesser.
La rupture doit se faire aussi avec des mesures concrètes. Les enseignant-es doivent enfin être considérés par leur hiérarchie et ce dans l’ensemble des circonscriptions parisiennes. Le jour de carence doit être abrogé, le SMA également. Là aussi, le SNUipp-FSU acte le changement de ton ministériel : au mois de septembre, le Ministre faisait appel à notre dévouement… il commence à maintenant à reconnaître la chute libre de notre pouvoir d’achat. Le SNUipp avec la FSU est bien déterminé à le faire passer aux actes et obtenir une revalorisation conséquente de nos salaires.

Concernant le budget et la carte scolaire, le changement de cap budgétaire est net, mais il reste insuffisant pour réparer les dégâts causés par les politiques passées et transformer de manière ambitieuse l’école. Il n’est pas acceptable que les postes octroyés pour l’Education Nationale soient financés par des suppressions de postes dans les autres services publics.
La répartition des 50 postes octroyés par l’académie est symbolique de la politique ministérielle actuelle. Les vraies priorités des écoles portées par les enseignant-es ne sont pas entendues. Les enseignant-es réclament le rétablissement des Rased, et bien, l’académie applique les consignes ministérielles et ne prévoit de recréer aucun poste de maître E, G ou de psychologue scolaire. Les enseignants en ont assez des absences non remplacées et revendiquent le retour de la formation continue sur temps scolaire, et bien l’académie ne recrée que 15 postes de remplaçants… Une seule boussole a guidé le SNUipp-FSU dans les débats du jour : obtenir un réel changement dans les conditions d’apprentissage des élèves et d’enseignement des professeurs à la rentrée 2013. Les débats du CDEN de jeudi permettront d’obtenir d’autres avancées. Les écoles contestant une fermeture de classe ou revendiquant une ouverture de classe sont invitées à contacter le SNUipp-FSU si ce n’est déjà pas fait.

Ouvertures/fermetures de classe

Le SNUipp-FSU a réaffirmé que le nombre moyen des élèves par classe dans les écoles parisiennes est parmi les plus élevés de France, le différenciel entre les écoles situées en éducation prioritaire et les autres un des plus faibles. Le SNUipp-FSU a donc dénoncé le fait que l’académie ne s’engage pas dans une baisse des effectifs dans les classes.
Pour sa part, le Dasen a indiqué qu’il y aurait le même nombre de classes à la rentrée. L’académie garde 6,5 postes en réserve pour les ajustements de juin ou de septembre.

24 ouvertures envisagées :

Ecoles maternelles : Mat. 28 avenue Rapp 7e ; Mat. 9 bis rue Blanche 9e ; Mat. Elisa Lemonnier 12e ; Polyv. 6 rue Vaucanson 12e ; Mat. 33 rue de l’amiral Roussin 15e ; Mat. 27 rue du Parc des Princes 16e ; Mat. Boulainvilliers 16e ; Polyv. 14 impasse Chalabre 17e.
Ecoles élémentaires : Elem. 10 rue de Clichy 9e ; élém. 4 avenue de Bouvines 11e ; élém. 315 rue de Charenton 12e ; élém 4 rue Bignon 12e ; élém. 253ter avenue Daumesnil 12e ; élém. 16 rue Montempoivre 12e ; élém. 13 rue Fagon 13e ; élém. 25 rue Rouelle 15e ; élém ; 18 rue Gros 16e (2 classes) ; élém. 14 impasse Chalabre 17e ; élém.61/65 rue de la Villette 19e ; élém. Claude Bernard 19e ; élém. Olivier Métra (31-33) ; 2lém. Alquier debrousse 20e ; élém. B 9 rue de la Plaine 20e.

33 fermetures envisagées :

Ecoles maternelles : 221 rue St Denis 2e ; 15 rue Buffon 5e ; 6 rue Littré 6e ; 16 rue Vicq d’Azir 10e ; 144 rue de la Roquette 11e ; 54 rue de Servan 11e ; 4-12 cité Souzy 11e ; 40 Vandrezanne 13e ; 21 Primo Levi 13e ; 95 Balard 15e ; 18 Gros 16e (2 classes) ; Prokoviev 16e ; 9 Général Brunet 19e ; 8 Sadi Lecointe 19e .
Ecoles élémentaires : 6 rue Vaucanson 12e ; 22 rue de l’Avé Maria 4e ; 159 avenue Parmentier 10e ; 200 rue St Maur 10e ; 9 rue Martel 10e ; 100 rue Glacière 13e ; 21 rue Primo Lévi 13e ; 12 rue d’Alésia 14e ; 10 rue des Bauches 16e ; 18 rue Ampère 17e ; B 41 rue de Tanger 19e ; B 7 rue Barbanègre 19e ; 9 rue Jomard 19e ; 132 rue d’Aubervilliers 19e ; 9 rue Bretonneau 20e ; 42 rue de la Mare 20e ; A 11 rue de la Plaine 20e ; 9 rue de Tlemcen 20e.
Donc : transformation en polyvalente des écoles Gros, Vaucanson et Chomel. Création d’une école polyvalente Chalabre.

Scolarisation des moins de 3 ans : 8 postes

Le SNUipp-FSU a de nouveau dénoncé le manque de transparence dans la procédure. Toutes les écoles n’ont pas été informées de cette possibilité de proposer des projets.
Le SNUipp-FSU est favorable à la scolarisation des élèves de moins de trois ans quand les familles le demandent, mais les 8 postes proposés vont-ils permettre de réduire les inégalités sociales et territoriales ? Le SNUipp-FSU a demandé à l’académie comme il le fera auprès de la Mairie en CDEN que les moyens matériels humains soient au rendez-vous. Il n’est pas question que ces ouvertures de classe servent de variable d’ajustement au sein des écoles concernées. Les effectifs doivent être limités à 15 par classe.
Ecoles concernées : 16 rue Vicq d’Azir 10e ; 4bis rue de la Présentation 11e ; Square Alain Fournier 14e ; 21 rue André Brechet 17e ; 51 rue du Département 18e ; 15 rue de Tanger19e ; 32 rue Pali Kao 20e ; 9 rue Mouraud 20e.

Dispositif plus de maîtres que de classes : 17 postes

Une nouvelle fois, le SNUipp-FSU dénonce le manque de transparence dans la procédure. Toutes les écoles n’ont pas été informées de cette possibilité de proposer des projets.
La création des 17 maîtres supplémentaires va permettre une amélioration des conditions d’apprentissage et d’enseignement dans les écoles concernées si elles sont correctement accompagnées et le SNUipp-FSU s’en félicite, mais nous tenons à réaffirmer dès maintenant qu’ils ne doivent pas servir de caution à la disparition des Rased. D’autre part, cela ne correspond qu’en partie au mandat historique du SNUipp-FSU qui inclut une baisse des obligations de service des enseignant-es et une modification des missions des enseignant-es des écoles.
Le Dasen a annoncé que certaines écoles initialement retenues seraient peut-être écartées de ce dispositif suite au CDEN pour financer des créations de poste de Rased. Le SNUipp-FSU a demandé au Dasen de respecter l’engagement qui a déjà été donné à un certain nombre d’écoles. Une réponse définitive sera donnée par l’académie à la suite du CDEN.

Ecoles élémentaires potentiellement concernées : 200 rue St Maur 10e ; A 77 bd de Belleville 11e ; A 8 rue Kuss 13e ; 1 square Alain Fournier 14e ; 15 avenue de la Porte Brancion 15e ; 42 rue des Epinettes 17e ; 33/35 rue de l’Evangile 18e ; 18 rue d’Oran 18e ; 69 rue Championnet 18e ; 19 rue Fernand Labori 18e ; 53 rue Emile Bollaert 19e ; 16 rue des Cheminets 19e ; 132 rue d’Aubervilliers 19e ; A 9 rue Tandou 19e ; B 10 rue Levau 20e ; 97 avenue des Pyrénées 20e ; 103/111 rue des Amandiers 20e.

Rased

La transformation des Postes « sout » en postes Rased est actée. Aucune création nouvelle n’avait été envisagée par l’académie. Selon le Dasen, le Ministère attendrait un rapport de l’IGEN sur la question. Le SNUipp-FSU n’accepte pas que les Rased soient les grands oubliés de cette carte scolaire. Après l’intervention des représentant-es du personnel, l’académie a proposé la recréation de trois postes de réseaux, la discussion sera réouverte en CDEN. Le SNUipp-FSU invite donc les personnels à signer et à retourner la pétition unitaire « Rased » au plus vite.

Remplacement : 15 postes créés a priori

Le SNUipp-FSU n’accepte pas les absences non remplacées des enseignant-es absent-es et l’annulation du peu de stage de formation continue programmé. Le SNUipp-FSU revendique par conséquent le rétablissement des postes de remplaçants supprimés et la création de postes à la hauteur des besoins, notamment avec le rétablissement des postes de brigades « formation continue ». Les 15 postes ne suffiront pas.
Le Dasen indiquera l’étiquetage de ces postes de brigade le soir du CDEN.

CPC

Le Dasen a indiqué que Paris était la seule académie qui n’avait pas deux CPC par circonscriptions. L’académie a donc décidé de créer trois postes de CPC et de décentraliser les CPC spécialistes. Le SNUipp-FSU a regretté l’impréparation de l’académie, le manque d’informations données aux personnels concernés sur cette question, alors même qu’un travail s’engage entre les CPC avec notamment la participation du SNUipp-FSU et l’académie sur la clarification des missions de chacun. À la demande du SNUipp-FSU, une nouvelle réunion avec les CPC spécialistes devrait avoir lieu prochainement.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0