Accueil du site > Carte scolaire parisienne > Groupe de travail préparatoire à la Carte scolaire Jeudi 10 février 2022

Groupe de travail préparatoire à la Carte scolaire Jeudi 10 février 2022

publié le 11 février 2022

g

Un groupe préparatoire au comité technique académique du mardi 15 février sur la carte scolaire a eu lieu jeudi 10 février. Différentes mesures spécifiques ont été débattues : ASH, formation, UPE2A…

Orientations académiques

La Dasen adjointe a communiqué les grandes orientations que l’Académie a voulu se fixer dans la carte scolaire :
- Améliorer les conditions d’apprentissage en réalisant les derniers dédoublements de GS, CP et CE1 en éducation prioritaire,
- des moyens pour les besoins à éducatifs particuliers,
- des moyens pour la formation des enseignant-es.

Ces orientations seront débattues dans le cadre du CTA du mardi 15 février.
Pour le SNUipp-FSU, l’absence de création de postes ne permet pas de réaliser les ambitions décrites par l’Académie ! C’est bien un plan d’urgence dont l’école a besoin !

Mesures concernant l’ASH

Rased
L’Académie projette de supprimer un poste de psychologue scolaire de la circonscription 18B et un poste dans la circonscription 11B.
L’Académie propose de créer un poste de psychologue scolaire au sein de la circonscription 19B et un à la MDPH.

Pour le SNUipp-FSU, les besoins au sein des Rased sont importants et encore plus aigus cette année avec la crise sanitaire qui impacte fortement les élèves.
Les créations de postes sont légitimes, le SNUipp-FSU les soutient et en soutient d’ailleurs d’autres comme par exemple, dans la circonscription 5-6 où il n’y a aucun poste de maitre-sse G.
Cependant, ces créations de poste ne peuvent se faire dans une logique de redéploiement. Aucune suppression de poste de psychologue scolaire ou d’enseignant-e spécialisé ne peut être tolérée ! Des postes doivent être crées à la hauteur des besoins !


Postes spécialisés
Après que le SNUipp-FSU a rappelé son attachement à l’accompagnement des élèves en situation de handicap, quelques mesures ont été débattues.

Le SNUipp-FSU a rappelé sa demande de création de postes d’enseignant-es référent-es afin de mieux accompagner les familles et les équipes concernant la scolarisation des élèves en situation de handicap.
Trois postes seront crées à la rentrée prochaine.

Par ailleurs, en séance, l’Académie a informé les élu-es du personnel de deux nouvelles fermetures de poste spécialisé :
- une fermeture de poste à l’hôpital Trousseau
- une fermeture de poste G au CAPP Bréchet
Le SNUipp-FSU s’est opposé à ces deux fermetures de postes qui ne sont pas justifiées au regard des besoins des élèves dans ces secteurs.

Remplacement
20 postes de remplaçant-es à destination de la formation continue sont crées.
Pour le SNUipp-FSU, si ces créations ne sont pas négligeables, elles ne sont pas suffisantes pour permettre le remplacement de toutes les absences et retrouver une réelle offre de formation de continue sur temps scolaire.

Formation

PEMF
Le SNUipp-FSU a tenu à dénoncer une nouvelle fois la dégradation des conditions de travail des PEMF.
En préambule, l’Académie a rappelé que le but était bien d’avoir au moins deux postes de PEMF par circonscription et a souligné le besoin d’implantation de PEMF en maternelle.
Au final, il y aurait 121 postes de PEMF avec un espoir que tous seront pourvus à la rentrée puisqu’il y a de nombreux-ses candidat-es au CAFIPEMF cette année.
L’Académie a par ailleurs rappelé l’augmentation de la quotité de décharge des PEMF l’an prochain, elle passerait d’un quart de décharge à un tiers. Cette dernière question a fait l’objet de débats en audience, le compte-rendu sera mis en ligne prochainement.

Pour atteindre son objectif, l’Académie a dé-spécialisé plusieurs postes, ce qui entrainerait même la déqualification de l’école d’application Houdon (18ème) dans le but de créer d’autres postes dans d’autres secteurs.
Le SNUipp-FSU s’est opposé à un certain nombre de délabellisation de postes et à la déspécialisation de l’école Houdon. En effet, pour un certain nombre d’entre eux, ils n’ont été vacants qu’un an voire même ne seront vacants qu’à la rentrée prochaine.
L’Académie a pris note de cette opposition, mais n’a pas reculé sur ses projets pour le moment. Le SNUipp-FSU réinterviendra lors du CTA de mardi 15 février.

CPC
Le SNUipp-FSU a tout d’abord rappelé sa revendication d’augmentation du nombre de CPC, notamment dans les circonscriptions en éducation prioritaire et/ou celle où un grand nombre de jeunes collègues exercent.
L’Académie a indiqué qu’elle souhaitait implanter des postes de CPC avec une fiche de poste renforcée sur des compétences en usage du numérique. Ils seront au nombre de 6. Ils feront partie de l’équipe de circonscription.

L’Académie n’a pas encore tranché sur l’implantation de ces postes, le SNUipp-FSU a demandé à être associé à ce travail car les circonscriptions n’ont pas toutes les mêmes besoins. Le SNUipp-FSU a également demandé que des précisions soient apportées sur les missions de ces postes et sur l’articulation de leurs missions avec les ERUN. C’est encore flou, a priori, des précisions seront apportées lors du CTA de mardi.

Concernant les CPD, l’Académie a insisté sur sa volonté de renforcer les moyens de formation et d’accompagnement en langues vivantes et en maternelle avec la création de postes de 1 poste pour la maternelle et 2 pour les langues vivantes

Consulter l’ensemble des mesures de carte scolaire.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0