Accueil du site > A la une > Coronavirus > Réouverture de toutes les écoles : nos conditions > Face aux offensives contre nos métiers et notre statut : réunissons-nous pour prendre position ! Communiqué de l’intersyndicale et proposition de lettre des équipes au Dasen du 14 juin 2020

Face aux offensives contre nos métiers et notre statut : réunissons-nous pour prendre position ! Communiqué de l’intersyndicale et proposition de lettre des équipes au Dasen du 14 juin 2020

publié le 14 juin 2020

g

Pour les personnels de l’éducation comme pour les élèves, la réouverture des écoles n’a pas été synonyme de retour à la normale. Pendant des semaines nous avons dû improviser pour limiter les conséquences scolaires du confinement dans un contexte particulièrement anxiogène et sans avoir jamais été préparé-es à "l’enseignement à distance". Notre enseignement n’a de véritable sens qu’en présence des élèves.

La reprise de l’accueil des élèves a obligé les personnels de l’éducation à faire des arbitrages impossibles entre respect du protocole et respect des besoins des élèves. Il a fallu, jour après jour, revoir les modalités d’entrée et de sortie échelonnées des élèves, revoir le planning des récréations, revoir le nettoyage et la désinfection régulière des locaux et articuler en permanence le travail « présentiel » et le travail « distanciel ». Ces tâches d’organisation chronophages et sources de tensions se sont vite transformées en casse-tête impossible à résoudre quand, aux difficultés logistiques, s’est ajoutée l’incertitude sur notre situation administrative. Comment, dans cette situation, attendre des personnels qu’ils et elles soient en mesure d’accueillir les élèves dans de bonnes conditions et de rassurer les parents ? Comment attendre de nous que nous portions seul-es la charge de mettre en œuvre, sur le terrain, les grandes déclarations médiatiques dont le ministre de l’Éducation nationale a l’habitude ?

Les personnels sont aujourd’hui fatigué-es et ne veulent pas ruiner leur santé à répondre à des demandes qui semblent plus guidées par des préoccupations statistiques que par des préoccupations pédagogiques. Cela ne peut plus durer : nous avons besoin de sérénité, de stabilité et de protections sanitaires conformes au Code du travail. Il est hors de question que le gouvernement utilise la crise sanitaire pour mettre à exécution son projet de transformation de l’École.

Les organisations syndicales parisiennes SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-UNSA, SUD éducation, CGT Educ’Action, CNT-STE exigent :
- la protection optimale de toutes et tous par la mise à disposition de matériels de protection efficaces, conformes au Code du travail ;
- l’abandon de la proposition de loi n°2967 qui vise à systématiser l’enseignement à distance ;
- l’abandon du dispositif 2S2C ;
- l’abandon de la proposition de loi n°2951 créant la fonction de directeur d’école ;
- l’abandon du dispositif des PIAL ;
- l’abandon de la réforme de la formation initiale.


Vous trouverez ci-dessous deux documents proposés par l’intersyndicale parisienne :
- le communiqué de l’intersyndicale parisienne,
- une proposition modifiable de lettre à adresser en équipe au Dasen.

Cliquez sur l’image pour lire le communiqué en entier.

PDF - 195.5 ko

Cliquez sur l’image pour accéder au document en version modifiable.

Word - 10.1 ko


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0