Accueil du site > A la une > Coronavirus > Réouverture de toutes les écoles : nos conditions > Alerte sociale sur la réouverture des écoles Compte-rendu de l’audience entre le SNUipp-FSU et l’Académie du 30 avril 2020

Alerte sociale sur la réouverture des écoles Compte-rendu de l’audience entre le SNUipp-FSU et l’Académie du 30 avril 2020

publié le 30 avril 2020

g

Le SNUipp-FSU Paris a déposé un préavis de grève couvrant la période du 11 mai au 4 juillet. Comme l’y oblige la loi, la direction de l’Académie a donc reçu le SNUipp-FSU en audience ce jeudi 30 avril matin dans le cadre d’une négociation préalable.

Non à a la réouverture des écoles parisiennes le 11 mai

Le SNUipp-FSU Paris a réaffirmé son refus de la réouverture des écoles parisiennes le 11 mai au regard notamment de la persistance de l’intensité du virus au sein de notre ville. En réponse, l’Académie a indiqué que depuis le discours du Premier Ministre, la situation a évolué sur deux points :

- il n’y aura pas de reprise si les conditions sanitaires indiquées dans le protocole ne peuvent pas être mises en œuvre au sein d’une école.

- au niveau pédagogique, deux publics sont visés dorénavant : les publics accueillis en ce moment avec un élargissement probables des professions des parents d’élèves concernés. Ces élèves devront être accueillis à 100%.

Par ailleurs, les élèves qui auraient décroché ou qui sont dans des situations sociales particulières sont aussi visés de manière prioritaire. Leur accueil se fera que dans la mesure des possibilités de chaque école et pas forcément à 100%.

Néanmoins, l’Académie a indiqué que la Ville avait bien pour objectif de rouvrir l’ensemble des écoles parisiennes et qu’elle mettait tout en œuvre pour pouvoir le faire.

Un protocole sanitaire et un calendrier intenables : une mise sous pression des enseignant-es inacceptable

Le projet de protocole sanitaire national est connu. Il est discuté aujourd’hui au niveau national. Il est disponible en ligne sur notre site. Tout-e enseignant-e peut constater en le lisant qu’il est impossible à tenir, ce qui est très inquiétant au regard de la persistance de l’intensité du virus à Paris.
Retrouvez le protocole sanitaire national dans cet article.

À moins de 10 jours de la réouverture des écoles, les deux heures d’échange ont montré que le plus grand flou demeure encore sur des points fondamentaux tels que les publics d’élèves à accueillir prioritairement ainsi que les modalités de travail des personnels.

Dans ce contexte, l’Académie demande aux directeur-trices de faire remonter avant mardi soir le nombre d’enseignant-es qui pourraient être présent-es dans les écoles mardi 12 mai ainsi que le nombre d’enfants qui feraient potentiellement leur rentrée ce jour-là… Mission impossible !

Le SNUipp-FSU a également dénoncé la pression mise sur les enseignant-es et notamment les directeurs-trices d’école qui doivent organiser une rentrée dans une crise sanitaire exceptionnelle et ce sans ligne directrice claire voire en suivant les injonctions contradictoires du Ministre !

Enfin, l’Académie a indiqué qu’une souplesse sera peut-être prévue sur la date d’ouverture des écoles parisiennes. La date du 12 mai n’est peut-être pas intangible, la réouverture sera peut-être décalée d’un jour ou deux.

De nombreuses questions sans réponses

Le SNUipp-FSU a tenu également à poser de nombreuses questions que les enseignant-es se posent aujourd’hui :

- Combien d’élèves accueillis ?
Au niveau national, il est prévu que 15 élèves soient accueillis par groupe, mais une réflexion est à l’œuvre au niveau parisien sur les capacités d’accueil au sein des groupes. Une réflexion est aussi à l’œuvre sur le nombre total d’enfants accueillis au sein d’un même établissement.

- Quel-les enseignant-es sont censé-es reprendre ?
À partir du 11 mai, il n’est plus question de volontariat pour les enseignant-es. Le volontariat est pour les parents d’élèves. Cependant, l’Académie va prendre en compte les situations spécifiques

- les personnels dit-es à risque devront se signaler auprès de l’administration. La question des personnels qui ont une personne à risque dans leur entourage n’est pas tranchée au niveau national.
Téléchargez la procédure de signalement des personnels à risque de développer une forme grave d’infection au COVID-19 et son annexe.

- les parents d’enfants qui n’ont pas de solution de garde verront leurs situations prises en compte au cas par cas. Cependant, l’Académie n’a pas pu répondre sur la situation des enseignant-es qui ne souhaitent pas remettre leurs enfants à l’école, soumise selon elle à des arbitrages interministériels. De même, le SNUipp-FSU a soulevé la question des transports que certain-es collègues doivent prendre pour aller à l’école. Là aussi, l’Académie n’a pas de réponse à apporter et est dans l’attente de consignes nationales, car le Ministère de la fonction publique n’ayant pas encore répondu à cette question.

Le SNUipp-FSU a également souligné son refus de tout cumul de travail en présentiel et en distanciel.

- Quid de l’encadrement des élèves en-dehors du temps scolaire ?
L’Académie a indiqué qu’aucune décision n’avait été prise sur cette question, notamment l’organisation ou non d’une cantine au sein des écoles. Une réflexion est également à l’œuvre sur l’organisation d’activités encadrées par d’autres personnels que les enseignant-es pendant le temps scolaire.

- Quel nettoyage des écoles ?
La Ville a indiqué qu’elle mettait tout en œuvre pour nettoyer les écoles avant leur réouverture y compris celles qui accueillaient des enfants en ce moment.

Quid de la responsabilité des directeurs-trices d’école ?

Après avoir dénoncé la pression mise sur les collègues, le SNUipp-FSU a insisté pour que dans le cas où les écoles rouvriraient, l’organisation arrêtée par chaque école soit validée par un IEN. Pour le SNUipp-FSU, il n’est pas question que les enseignant-es et les directeur-trices d’école voient leur responsabilité engagée sur la base de l’organisation choisie.

Précisions sur le droit d’alerte et le droit de retrait

Nous ne devrions pas à avoir à nous mettre en grève pour protéger notre santé ! Par conséquent, le SNUipp-FSU Paris a fait savoir au Dasen qu’il n’hésiterait pas à appeler les enseignant-es à faire œuvre de leur droit d’alerte ou de retrait en cas de danger grave et imminent.


La volonté de dialogue de l’Académie est manifeste, mais le flou demeure et les échanges ont renforcé l’idée que la réouverture des écoles parisiennes dans 10 jours est intenable et inconsidéré pour la santé des personnels et des élèves. Le SNUipp-FSU va donc prendre contact avec les autres organisations syndicales pour que les enseignant-es parisien-nes puissent s’exprimer sur les conditions dans lesquelles sont envisagées la réouverture des écoles. Pour le SNUipp-FSU Paris, toute réouverture avant les vacances d’été nécessitera une baisse de la circulation du virus à Paris et l’application de conditions sanitaires sérieuses et réalistes.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0