Accueil du site > À la une > Prime REP + au mérite, c’est non ! 

Prime REP + au mérite, c’est non !

publié le 24 juin 2021

g


















Lire la circulaire ministérielle.

Le ministre Blanquer continue de tenter de mettre à mal l’école publique en imposant une vision purement libérale des services publics. Annoncée depuis deux ans, la part variable au mérite de la prime REP+ va voir le jour à la rentrée prochaine.
Le Ministère met ainsi en oeuvre ce mantra libéral qui veut que la mise en concurrence entre les personnels et entre les écoles sous l’arbitrage de leur supérieur-e hiérarchique améliore le travail des enseignant-es...
Cette vision est évidemment à l’opposé de la vision de l’école publique et des valeurs que portent le SNUipp et la FSU.

Confirmant son objectif de conditionner une part variable de la rémunération à des objectifs à atteindre, le Ministère a donc présenté en Comité Technique Ministériel du 15 juin son projet d’augmentation de l’indemnité REP+.

Le décret n° 2015-1087 du 28 août 2015 va donc être modifié pour intégrer :
- Une part fixe : le montant annuel de la part fixe est revalorisé de 400€ net (468€ brut) pour tous-tes les personnels déjà éligibles
- Une part modulable : le ministère souhaite ainsi « reconnaître l’engagement professionnel collectif des équipes en établissements et en écoles ainsi que l’engagement professionnel individuel des inspecteurs de l’éducation nationale chargés du pilotage d’au moins un réseau d’éducation prioritaire renforcé. »

Cette part s’établira à un montant de 200€ net (234€ brut), 360€ net (421€ brut) ou 600€ net (702€ brut).

Cette part modulable sera versée « sur la base des objectifs à atteindre ».
L’évaluation sera réalisée par école ou établissement pour tous-tes les personnels déjà éligibles « afin d’assurer l’attribution d’un même montant pour l’ensemble des agents d’un même établissement ou d’une même école ».

Les objectifs sont regroupés sous les items suivants :
- « Amélioration de la qualité du climat scolaire »
- « Déploiement des dispositifs d’égalité des chances, d’Alliances éducatives et de soutien à la parentalité »
- « Mise en œuvre des temps collectifs de formation et de concertation »

Une logique de quotas est mise en place sur le volume des agents concernés de l’académie :
- 25% au plus recevront une part modulable de 600€ ;
- 50% recevront 360€ ;
- 25% au moins recevront 200€.

Avec la FSU, le SNUipp dénonce cette vision managériale de l’école et a voté contre ce décret en comité technique ministériel. Nos organisations vont intensifier leurs interventions auprès du Ministre pour que cette dernière part des indemnités REP+ soient répartie de manière égalitaire entre l’ensemble des enseignant-es, des AESH et des CPC exerçant en REP+.

Le SNUipp-FSU a interrogé le Dasen ce jour en CAPD sur les modalités de mise en oeuvre de ces indemnités à la rentrée, mais il a indiqué que pour le moment, l’Académie n’avait reçu aucune instruction précise du Ministère.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0