Accueil du site > Carte scolaire parisienne > Compte-rendu de la négociation préalable pour la Carte scolaire 

Compte-rendu de la négociation préalable pour la Carte scolaire

publié le 22 janvier 2021

g

Le SNUipp-FSU Paris a déposé une alerte sociale en vue d’un préavis de grève pour les journées des 9 et 11 février 2021, les jours du CTA et du CDEN carte scolaire. Le SNUipp-FSU Paris a envoyé cette alerte le mardi 19 janvier, lire le courrier au Dasen ici.

En préambule, le Dasen a rappelé que depuis 2012, 19 500 élèves avaient quitté l’académie. Cette année, la baisse s’annonce encore plus forte puisqu’une perte de 3 720 élèves est à dénombrer entre octobre 2019 et octobre 2020.
Selon les calculs fournis par l’Académie, depuis 2012 cette baisse aurait pu entrainer la perte de 816 postes équivalent temps plein.
Sur les 2489 postes créés nationalement, 10 sont attribués à l’Académie de Paris. Ces dix créations ne suffisent pas à répondre à l’ensemble des besoins des écoles, notamment au regard du manque criant de remplaçant-es, de maître-sses E et G et de psychologues scolaires en Rased, et de moyens humains pour réaliser l’inclusion - enseignant-es spécialisé-es et enseignant-es référent-es.
Un nombre important de créations, permettrait aussi une réelle scolarisation des moins de trois ans, le retour de la formation continue sur temps de classe, une formation initiale digne de ce nom, une recréation des postes de plus de maître-sses que de classe.

La formation et l’accompagnement des équipes passent nécessairement par la création de postes de Conseiller-e Pédagogique de Circonscription (CPC), au plus près des équipes.

La réduction des inégalités scolaires ne pourra se faire sans un véritable engagement national et académique, afin que le mot égalité écrit au fronton des écoles soit une réalité.

Remplacements : une véritable amélioration ?

L’Académie a indiqué que contrairement à ce qu’on pourrait penser, le taux d’efficacité des remplacements serait meilleur en ce moment que par le passé.

Ce qui veut dire que davantage de remplacements seraient honorés.
Pour le SNUipp-FSU Paris, cette appréciation est cependant à nuancer. En effet, en ce moment des classes sont regroupées, les élèves sont réparti-es et surtout les parents qui le peuvent gardent leurs enfants quand ça leur est demandé.
Le SNUipp-FSU Paris a insisté sur la tension autour des remplacements qui existait bien avant l’arrivée du virus. Il a rappelé son attachement à la différence entre les BD école et les BD circonscription.

Sans véritable amélioration dans les remplacements, l’Académie ne pourra mener un plan académique de formation ambitieux alors même que la mise à jour des connaissances scientifiques et pédagogiques et l’échange de pratiques sont aussi un maillon essentiel pour la réussite des élèves.
À cela, le Dasen a répondu qu’une brigade de formation serait recréée afin de pouvoir organiser un plan de formation autour du "plan maternelle".
Le SNUipp-FSU Paris s’est félicité de cette création mais a insisté pour que les formations soient choisies et de qualité et rappelé qu’il y avait bien sûr d’autres priorités !

RASED, Enseignant-es référent-es, profs ressources, R’école

Les manques de moyens de l’école française ont été cruellement mis en lumière par la crise sanitaire que nous traversons. L’engagement financier doit être à la hauteur pour les élèves français-es qui ont déjà trop souffert de l’épidémie.

L’Académie a finalement tenu son engagement de groupe de travail sur la carte des RASED. Pour le SNUipp-FSU Paris, il s’agit surtout de proposer des créations de postes là où les RASED sont incomplets ou même inexistants !
Le SNUipp-FSU Paris continue à revendiquer de vraies créations et pas uniquement un redéploiement à moyens constants comme semble l’envisager l’Académie.

L’Académie a annoncé des créations d’ULIS, d’UE, d’enseignant-es référent-es et de CPC ASH. Le SNUipp-FSU Paris continue à revendiquer la créations de postes de professeur-es ressource, d’enseignant-es spécialisées afin d’appliquer concrètement le plan de prévention adopté au CHSCT concernant les élèves à comportement perturbateur.

Dédoublement et plafonnement : un premier pas à surveiller

La réduction des effectifs en CP, en CE1 et en GS est un premier pas mais cette baisse doit avoir lieu dans tous les niveaux de classe. Elle ne doit pas non plus être un frein à la réflexion collective et pédagogique des équipes dans la structure des écoles.

Selon l’Académie, 90 % des classes de GS de REP et REP+ seraient "dédoublées" à la rentrée. Dédoublée-es veut dire avec 16 élèves maximum.
Le Dasen a aussi indiqué que des postes seraient implantés spécifiquement pour le plafonnement des effectifs de GS, CP et CE1. L’Académie estime que plus de la moitié des classes de GS, CP et CE1 hors REP verront leurs effectifs plafonnés à 24 à la rentrée 2021.

Étant donné la faible dotation de l’Académie, soit seulement 10 postes, les différentes créations prévues par l’Académie seront nécessairement compensées par des fermetures de classe.
Si l’école primaire est une priorité, il est vital de créer les postes nécessaires afin de permettre la réussite de toutes et tous au sein d’une École réellement émancipatrice assurant des conditions de travail dignes et améliorées aux personnels.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0