Accueil du site > Nos dossiers > Formation > Plan Français et maths : les constellations en questions 

Au sommaire




Plan Français et maths : les constellations en questions

publié le 9 octobre 2020

g

Prétextant d’une nécessité de réformer les dispositifs de formation en mettant l’accent sur la formation par les pair-es, ce sont les orientations du Ministre qui structurent le déploiement du nouveau cadre de formation continue des enseignant-es en cette rentrée. La mise en place du plan français s’ajoute à celle du plan maths initiée à la rentrée 2019, renforçant le poids des « fondamentaux » au sein de la formation continue.

Avec ce plan, des formations intensives, dites en constellations, sont organisées sous la responsabilité de l’IEN. Les enseignant-es sont désigné-es autoritairement pour suivre la même formation (répartie sur des temps de classe et sur les heures d’animations pédagogiques). Pour le SNUipp-FSU, une formation imposée est moins formatrice et instructive qu’une formation choisie, l’appel à volontaires devrait être la règle pour créer une dynamique plus favorable.

Constellations, plan lecture, animations pédagogiques au choix ou obligatoires, comment ça marche ?

Infographie en cours de construction

Essayons de clarifier les situations : • un cas général : 18h d’animations péda dont 6h dites obligatoires en maths + 6h dites obligatoires en français + 6h au choix • Des cas particuliers de formation intensive : Les principes affichés par le Ministère pour ces formations intensives :

- Dans les six prochaines années, tous-tes les PE devront avoir suivi les formations intensives en maths et en français.
- La formation comprend une part significative d’accompagnement en classe ou d’observations croisées.
- Le travail se fait en constellations, c’est-à-dire en groupes de travail constitués de 8 à 10 enseignant-es, et définis pour toute la durée de la formation.
- 30h au plus sur une année scolaire soit les 18h d’animations pédagogique et 1 à 2 jours sur le temps de classe sont dévolues à cette formation

Formation ne doit pas rimer avec injonctions !

Au fur et à mesure des années, les 18h d’animations pédagogiques se sont appauvries avec des restrictions croissantes dans le choix des enseignant-es.
Cette année, cela va encore plus loin avec l’augmentation du nombre de collègues désigné-es par les IEN. Le Ministère tente d’édicter ce que tous-tes les enseignant-es doivent faire et quand il-elles devront le faire. Cela correspond bien à la vision du métier d’enseignant-e qu’a notre ministre : le Ministère enjoint et les enseignant-es exécutent.

À l’inverse, pour le SNUipp-FSU, les enseignant-es sont concepteurs-trices de leur enseignement, ils-elles connaissent leurs besoins et doivent pouvoir choisir leur formation ! La formation continue est un droit des personnels, mais aussi une nécessité si l’on veut réellement construire une École qui fait réussir tous-tes les élèves.

En plus des formations intensives, le guide Plan français ne cache pas ses intentions de mise en place d’un “prêt à instruire”. Les évaluations nationales standardisées sont mises au cœur du dispositif. Les références théoriques et didactiques, citées en fin du guide, opèrent un tri partial dans les savoirs sur l’École. Pour le SNUipp-FSU la liberté pédagogique des enseignant-es doit rester pleine et entière, ils-elles doivent rester maître-sses de leur enseignement.

Hors de question de se former pendant les vacances !

L’option des formations qui se dérouleraient sur des temps de vacances apparaît dans le courrier de la DGESCO. Au regard des textes, elle est inenvisageable pour l’année scolaire 2020-2021. En effet, le décret 2019-935 qui traite de la formation continue durant les vacances scolaires impose que la programmation de celle-ci soit présentée pour avis en CTA et annoncée au personnel en « début d’année scolaire ».

Pour notre syndicat, les animations pédagogiques, qui sont des heures annualisées, ne doivent pas pour autant être prises sur les vacances ! Le SNUipp-FSU continuera à revendiquer des formations de qualité, choisies et hors temps de vacances.

Quelles conséquences pour les collègues à temps partiel ?

Les collègues à temps partiel ont le droit de répartir leurs heures de formation continue librement. Toutefois, certaines circonscriptions insistent fortement pour que les collègues suivent les heures de maths et de français en priorité. Si c’était le cas, n’hésitez pas à contacter le syndicat.

Quelles conséquences pour la déduction des heures de réunions d’information syndicale ?

Les heures de formation en constellation prises sur le volume des 18h d’animations pédagogiques, les formations dites obligatoires en maths ou en français peuvent faire l’objet d’une déduction d’heures de RIS. Même si l’Administration tente d’imposer la concomitance entre les RIS et les animations pédagogiques pour pouvoir déduire les heures, la circulaire en vigueur ne l’impose en rien.

Le SNUipp-FSU continue donc d’intervenir auprès du Ministère pour que cette liberté de choix de formation professionnelle et notre liberté pédagogique soit enfin retrouvée.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0