Accueil du site > Nos dossiers > Formation > PES 3 semaines / 3 semaines Evaluation en cours…

PES 3 semaines / 3 semaines Evaluation en cours…

publié le 20 mars 2017

g

Cette année est marquée par une nouvelle modalité d’alternance pour les stagiaires en formation qui coexiste avec l’alternance hebdomadaire déjà en place depuis 3 ans. Depuis plusieurs années, le SNUipp-FSU dénonce la difficulté de l’alternance 2,5 jours à l’école et 2,5 jours à l’ESPE. L’alternance 3 semaines en classe, 3 semaines à l’ESPE est en période de rodage cette année dans l’académie.

Après 3 années d’alternance hebdomadaire et plusieurs enquêtes et réunions avec les stagiaires, il est clair que le rythme 2,5/2,5 jours ne convient pas à la formation des stagiaires qui doivent passer de la position d’enseignant à celle d’apprenant en quelques heures parfois. Or il est reconnu par tous les formateur-trices que l’un des leviers le plus important de l’entrée dans le métier est la prise de recul sur son enseignement.
Sur le modèle des académies de Rouen, Bordeaux ou Lille, l’académie de Paris a mis en place cette année l’alternance de deux stagiaires sur des périodes de 3 semaines. Pendant que le premier stagiaire est en responsabilité de classe le deuxième est en formation à l’ESPE. À la fin de cette période de trois semaines, les deux stagiaires prennent la classe en binôme pour assurer la continuité des apprentissages, faire le bilan de la période et préparer la suivante, puis les rôles s’inversent, le premier stagiaire bénéficie à son tour de la formation à l’ESPE pendant que le deuxième prend la classe.
Si cette modalité permet à chacun-e de se sentir plus impliqué-e dans sa formation et dans sa classe, ce dispositif reste à améliorer. Le SNUipp-FSU intervient dans ce sens au sein du Conseil de formation au niveau académique et au sein du groupe du travail dévolu à l’ESPE.


- La rentrée doit permettre aux stagiaires de s’installer sereinement dans leur classe. Les 9h de formation facultative de l’ESPE organisées fin août ne sont pas suffisantes et ne sont pas payées car les stagiaires ne sont recrutés effectivement qu’au 1er septembre. Dans les diverses instances le SNUipp-FSU participe à l’élaboration de documents et de modules de formation permettant aux stagiaires d’être mieux outillé·es pour la rentrée.


- L’arrivée dans les écoles peut être source d’appréhension pour les stagiaires. Pour la rentrée 2016, les directeur-trices accueillant des stagiaires de ce dispositif ont été réuni-es par le DASEN en juillet. Un livret, que nous avions demandé depuis plusieurs années, leur avait alors été distribué, il faudra l’étoffer pour la rentrée 2017 pour clarifier les fonctions de chacun-e (PEMF, tuteur-trice ESPE, directeur-trice, CPC, IEN)


- L’accompagnement de stage est assuré par des tuteur-trices de terrain (PEMF) et de l’ESPE, mais le nombre d’heures semble, si ce n’est insuffisant, du moins mal réparti pour un certain nombre de stagiaires.

Les revendications du SNUipp-FSU

- Une meilleure répartition des visites en classe de manière à en avoir pendant chaque période de stage et notamment une visite dans les deux premières semaines de l’année pour permettre la mise en route du travail en binôme de stagiaires.


- Plus d’heures de pratique accompagnée chez un-e PEMF du même cycle.

Compte tenu de ce bilan de mi-année plutôt positif, l’académie et l’ESPE souhaitent pérenniser ce dispositif et l’étendre à la totalité des stagiaires (ils sont actuellement 220 sur environ 440 à en bénéficier). Pour le SNUipp-FSU le bilan est positif pour la formation initiale des enseignant-es.
Toutefois, à la rentrée 2017 il y aura plus de 300 stagiaires à affecter le DASEN a donc bloqué 85 postes au mouvement pour créer des berceaux de stage. Cela va avoir un impact inacceptable sur la mobilité des collègues titulaires.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0