Accueil du site > Nos dossiers > Direction d’école > Interpellation au Dasen sur la direction d’école, pour parler de la réalité du terrain

Au sommaire




Interpellation au Dasen sur la direction d’école, pour parler de la réalité du terrain

publié le 14 novembre 2019

g

Questionnaire direction d’école : la réponse du Ministère tombe à côté

Le vif émoi suscité par le suicide de notre collègue Christine Renon, les mobilisations de la profession et les interpellations du SNUipp-FSU ont obligé le ministre de l’Éducation nationale à bousculer son agenda social pour ouvrir des discussions sur la question de la direction d’école. Le ministère a décidé de lancer un questionnaire à destination des 45 000 directrices et directeurs de toute la France. Nous vous mettons le lien ici pour information : https://www.consultationdirectionde...

Tout le monde peut remplir ce questionnaire en ligne, sans être enseignant-es et même plusieurs fois. Nous pouvons d’ores et déjà douter de la fiabilité des résultats et de l’usage qui en sera fait par le Ministre.

Pour le SNUipp-FSU, ce questionnaire ne peut être l’alpha et l’oméga des préoccupations des directrices et directeurs d’école. Depuis de nombreuses années, nous avons alerté le Ministère sur la dégradation des conditions de travail des directrices et directeurs qui a conduit à une perte de sens du métier avec un impact sur le fonctionnement de l’école comme sur la santé des personnels. La question des évolutions et du fonctionnement de l’école concerne aussi l’ensemble de la profession, c’est pourquoi le SNUipp-FSU a demandé que ce questionnaire soit adressé à tous-tes les enseignant-es du 1er degré. Le ministère s’y est refusé.

Le questionnaire envoyé est déjà orienté dans ses questions sur les conclusions que pourraient en tirer le ministère.
Mais rien sur les injonctions ministérielles, rien sur la perte de sens du métier liées aux décisions ministérielles. Rien sur la disparition des services publics partenaires de l’école (ASE, médecine scolaire...). Rien sur la médecine du travail, ni sur les manques en moyens humains (AESH, remplacement, RASED...).
Et à la fin du questionnaire, une question sur l’hypothétique souhait des directrices et des directeurs de participer à l’évaluation des collègues !

Puisque la mission de direction ne s’arrête pas aux collègues qui en assument la charge, le SNUipp-FSU Paris invite les équipes à discuter collectivement de ce questionnaire. La direction d’école est une question de fonctionnement de l’école qui est l’affaire de tous les personnels.

Préparons la réponse des directeur-trices à Paris

Pour le SNUipp-FSU Paris, le temps n’est plus à tergiverser, suite à la RIS des directeur-trices un texte d’interpellation au Dasen a été rédigé.
Nous vous proposons de le compléter et de nous le renvoyer par mail, nous pourrons par la suite nous appuyer sur le nombre de remontées pour porter des revendications sur l’amélioration des conditions de travail et la réduction de la charge de travail des directeur-trices auprès du Rectorat et de la Ville.
Il peut également servir de point de départ d’une discussion avec les collègues de l’école sur les conditions de travail des enseignant-es chargé-es de classe ou non.

" Directeur-trice d’une école maternelle / élémentaire de XXX classes, je décide dorénavant de consacrer prioritairement mon temps de travail à mes collègues devant classes, aux élèves et à leur famille. Je veux recentrer mon action, ma réflexion et mon travail sur l’école où je suis directeur-trice. L’ animation d’un collectif de travail : le conseil des maitre-sses est une de mes missions essentielles. Entrer les CSP sur Onde, remplir des tableaux demandés par mon inspection qui ne répondent qu’à un objectif de contrôle pointilleux tels que les tableaux des rencontres qui s’inscrivent dans le cadre de la circulaire de l’école inclusive, remplir le tableau de l’organisation de la chorale, … sont des exemples de tâches chronophages, qui répondent à des injonctions hiérarchiques au quotidien, souvent au mépris de mon savoir-faire et de mes compétences professionnelles. Elles empiètent largement sur ma disponibilité ce qui impacte le travail de mes collègues et le service rendu aux élèves et à leur famille, cœur de mon métier. À partir d’aujourd’hui, tous les documents à renvoyer et toutes les tâches à remplir imposés par ma hiérarchie qui n’auront pas comme objet le bon fonctionnement de l’école ne feront pas partie de mes priorités."


Le SNUipp-FSU sera vigilant sur l’utilisation qui sera faite de ce questionnaire. Si la souffrance des directrices et directeurs est manifeste et spécifique, celle des autres membres de la communauté éducative est aussi à prendre en compte. Dans ce contexte, le SNUipp-FSU Paris continuera de porter des revendications ambitieuses qui concernent l’ensemble de la profession et ne se contentera pas de mesurettes.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0