Accueil du site > Nos dossiers > Formation > Formation en ASH, formation initiale Conseil départemental de formation du 30 janvier 2020

Au sommaire




Formation en ASH, formation initiale Conseil départemental de formation du 30 janvier 2020

publié le 31 janvier 2020

g

Un conseil de formation s’est tenu jeudi 30 janvier. Cette instance réunit la direction de l’Académie et de l’INSPE, les représentant-es du personnel et des CPC, PEMF et DEA. Les élu-es du SNUipp-FSU Paris sont intervenu-es fortement sur différents sujets.

Formation en ASH

Le SNUipp-FSU avait demandé à ce que le sujet de la formation des enseignant-es sur la scolarisation des élèves en situation de handicap soit traité en priorité. Une nouvelle fois, le SNUipp-FSU a réaffirmé que la scolarisation des élèves en situation de handicap ne pouvait reposer uniquement sur les épaules des enseignant-es et des AESH. Depuis des années, le SNUipp-FSU revendique auprès de l’Académie une offre conséquente de stages sur temps scolaire à destination des enseignant-es non spécialisées. Il est grand temps que les grands discours ministériels et académiques se traduisent en acte tant dans l’intérêt des élèves concerné-es que de leurs enseignant-es.

L’Académie a indiqué entendre cette demande forte du SNUipp-FSU et va essayer d’en tenir compte dans le cadre du plan de formation de l’an prochain. Le SNUipp-FSU réinterviendra donc au moment de l’élaboration de celui-ci en mars.

Formation initiale

La réforme de la formation initiale fait suite au vote de la loi dite « Pour l’école de la confiance » contre laquelle les enseignant-es parisien-nes s’étaient fortement mobilisé-es en 2019.

Jean-Michel Blanquer a annoncé mi-janvier un report d’un an du rendu des maquettes de la future formation des enseignant-es : encore un effet d’annonce, puisque le nouveau concours aurait bien lieu au printemps 2022 comme prévu par le Ministère.
L’Académie et l’INSPE ont affirmé n’avoir pas plus d’informations sur la mise en application de la réforme de la formation initiale, notamment sur les modalités de stages, leur rémunération, les épreuves du concours nouvelle formule…
Pour respecter les directives contenue dans la réforme (30% de la formation devra être assurée par des formateur-trices « de terrain »), l’INSPE a indiqué ouvrir le recrutement en temps partagé à ces personnels (PEMF, PFA, CPC entre autres).

Le SNUipp-FSU a rappelé son opposition à l’utilisation d’étudiant-es comme moyen d’enseignement et continue de revendiquer un statut de fonctionnaire stagiaire, à l’inverse de ce qui se prépare. En ce qui concerne les PEMF et les CPC il devra y avoir une vraie volonté de la part de l’Académie et de l’INSPE d’aménager les emplois du temps pour permettre à ces personnels de s’impliquer dans la formation initiale sans surcharge de travail et sur des temps compatibles avec leurs contraintes horaires.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0