Accueil du site > Comité Hygiène et Sécurité - Conditions de Travail > Plomb de Notre-Dame dans les écoles, le sujet n’est pas clos !

Plomb de Notre-Dame dans les écoles, le sujet n’est pas clos !

publié le 29 août 2019

g

Des tonnes de plomb se sont évaporées lors de l’incendie de Notre Dame le 15 avril dernier. Il a fallu attendre un mois pour que des prélèvements soient effectués dans les écoles. Début juillet, dès la parution du premier article de Mediapart qui a indiqué que des prélèvements indiquaient des taux inquiétants, la FSU, par le biais du Secrétaire académique du CHSCT s’est adressée à l’Académie afin de savoir ce qui avait été mis ou serait mis en place pour les personnels et les élèves suite à l’incendie de Notre-Dame.

Le SNUipp-FSU Paris s’est également adressé à la Maire de Paris, au Recteur de l’Académie et au Préfet en exigeant que toutes les traces de plomb soient éliminées au sein des écoles et qu’un suivi médical soit mis en place pour les personnels à la rentrée. Suite à ce courrier, la Ville a confirmé qu’un grand nettoyage serait prévu pendant l’été et qu’une nouvelle campagne de relevés serait effectuée. Le SNUipp-FSU Paris a demandé que toutes les informations nécessaires soient transmises à l’Académie afin que le CHSCT soit en mesure d’étudier l’impact de cet incendie sur la sécurité et la santé des agent-es.


L’autorité académique doit veiller à la sécurité et à la santé des agent-es dont il a la charge

Les informations varient quant au taux qu’il faut retenir afin de savoir si un risque d’exposition au plomb existe. La plombémie (calcul du taux de concentration au plomb par litre de sang) permet de détecter s’il y a un risque pour la santé. Après l’incendie, les personnels et les enfants ont peut-être été exposé-es à un risque pour leur santé pendant près de trois mois. Afin de reprendre sereinement et d’éliminer tout risque pour la santé des agent-es, le SNUipp-FSU Paris demande qu’un dépistage soit organisé par l’autorité académique pour les personnels qui le souhaitent, et non pas « que les personnes (…) qui seraient inquiètes pour leur santé, puissent consulter leur médecin traitant » ainsi que l’écrit le Recteur le 28 août. D’autre part, il est inacceptable qu’il ait fallu si longtemps avant d’avoir une information à destination des écoles.


La ville a mis en place un centre de dépistage de plombémie. A minima, le SNUipp-FSU Paris demande que l’ensemble du personnel Education Nationale, sur leur temps de travail, ainsi que les enfants, puissent y avoir accès. Par ailleurs, le SNUipp-FSU demande également à ce que le service académique de prévention des risques entre en contact avec les équipes des écoles concernées.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0