Accueil du site > Comité Hygiène et Sécurité - Conditions de Travail > La situation de cette semaine dans l’Académie sous pandémie Compte-rendu des réunions CT et CHSCT des 26 et 27 mai 2020

La situation de cette semaine dans l’Académie sous pandémie Compte-rendu des réunions CT et CHSCT des 26 et 27 mai 2020

publié le 28 mai 2020

g

Afin de signifier individuellement les conditions de travail indignes, le SNUipp-FSU Paris invite l’ensemble des collègues à remplir le Registre Santé et Sécurité au Travail (se trouvant normalement à la loge de l’école) et d’envoyer une photo de la page à votre IEN avec en copie le SNUipp-FSU snu75@snuipp.fr et le secrétaire du CHSCT secretaire.chscta@ac-paris.fr

Où en est-on cette semaine dans l’Académie sous pandémie ?

Lors des réunions du CT du mardi 26 mai et du CHSCT de mercredi 27 mai, la FSU et plus particulièrement le SNUipp ont largement insisté sur l’impossibilité de suivre le protocole sanitaire en vigueur, en particulier en maternelle, et l’augmentation notable des risques psycho-sociaux (RPS) chez les personnels, PE, AESH et chargé-es de direction. Ceci est en particulier dû à l’écart grandissant entre le discours du gouvernement et la réalité parisienne, qui mettent les familles dans l’incompréhension.

Aujourd’hui, 12% d’élèves d’éducation prioritaire sont accueilli-es, à Paris. La moyenne départementale atteint cette semaine 18%. Ce pourcentage représente 22 000 élèves dont 2/3 appartiennent aux public prioritaires définis par l’Académie.
Il y a 93 % d’écoles ouvertes, soit 607 sur 652. D’après l’Académie, si des écoles ne sont pas ouvertes la dernière semaine du mois de mai cela est dû à un nombre insuffisant d’agent-es de la Ville ou Éducation Nationale.

En ce qui concerne les élèves en situation de handicap, un sondage a été réalisé sur la moitié des écoles. 24% des élèves en situation de handicap sont accueilli-es, ce qui représente environ 1700 élèves.
Pour le reste des élèves qui ne seraient pas revenu-es : pour 77% c’est un choix de la famille et pour 7% lié à l’absence d’AESH.
En ce qui concerne les AESH, ils-elles sont revenu-es sur leur lieu de travail pour 30 à 35% d’entre eux-elles. 15 % ont suivi un module de formation à distance.
De même que pour les enseignant-es, le SNUipp-FSU Paris estime que cette formation sanitaire ne peut pas se faire par un séminaire informatique !
Certain-es AESH ont bénéficié de visières.
L’Académie a indiqué que dans la mesure du possible, les binômes AESH-enfants étaient préservés. Si ce n’était pas possible, il était demandé aux AESH de se rendre dans une autre école.

En ce qui concerne l’accueil et l’application du protocole sanitaire, l’Académie indique qu’il n’existe pas de nombre seuil d’agent-es de la Ville présent-es (ASEM, ATE) pour qu’une école puisse ouvrir.
Selon l’Académie, il n’y aurait plus de problème de matériel à ce jour : un thermomètre par école et des lingettes devrait se trouver dans les écoles.
L’Académie indique qu’il y aura peut-être des tests pour les agent-es mais que la procédure n’est pas encore disponible.

Des Risques Psycho-Sociaux en augmentation exponentielle

Pour l’Académie, cette augmentation des RPS est due à la situation de crise que traverse notre pays. Certes, mais pour le SNUipp-FSU Paris, c’est aussi dû à la gestion académique des enseignant-es et au manque de soutien de la hiérarchie, qui laisse à un certain nombre de nos collègues un sentiment d’abandon.

La psychologue du travail a bien expliqué cela : depuis le début du déconfinement, elle est plus sollicitée, et en particulier par les directeurs-trices. Pour elle, le protocole est intenable. Certes, rappelle-t-elle, dans le monde du travail, toute prescription doit toujours faire l’objet d’une réappropriation par les agent-es, qui ne peuvent jamais y coller parfaitement.
C’est la différence entre travail prescrit et travail réel. Mais dans le cas actuel, la distance est tellement grande entre le prescrit et le réel que c’est très dur pour les collègues, avec souvent un fort sentiment de culpabilité et de colère.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0