Accueil du site > Comité Hygiène et Sécurité - Conditions de Travail > Gestion de la situation sanitaire à Paris Compte rendu du CHSCT du 14 octobre 2020

Gestion de la situation sanitaire à Paris Compte rendu du CHSCT du 14 octobre 2020

publié le 15 octobre 2020

g

Un CHSCT exceptionnel s’est tenu mercredi 14 octobre.
Comme depuis plusieurs mois, ce CHSCT était réservé aux questions ayant trait à la gestion de la situation sanitaire dans notre Académie.


De nombreux-euses collègues ont fait parvenir des fiches RSST au Rectorat. Le SNUipp-FSU a demandé à ce que ces écoles n’aient pas à attendre la prochaine réunion du CHSCTA pour que leurs demandes soient étudiées.
Aujourd’hui, ce sont la Cellule du Rectorat et la Dases (Direction des affaires sociales de la Ville de Paris) qui prennent en charge l’application du protocole et non plus l’ARS et la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM).

Masques Éducation nationale : la santé des personnels et des élèves doit être la priorité !

L’ISST (Inspecteur santé et sécurité au travail) a indiqué que toutes les circonscriptions ont été livrées en masques réutilisables et chirurgicaux de type 2 (réservés aux personnels à risque) ces quatre derniers jours.
Concernant les masques inclusifs, ils sont en train d’être conditionnés et devraient être disponibles pour la rentrée mais uniquement pour les collègues et AESH travaillant avec des enfants en situation de handicap.

Pour couper court à ce que le Ministre a annoncé comme de “vaines polémiques” sur les masques DIM qui pourraient s’avérer dangereux pour la santé, l’Académie a fait le choix de commander une autre marque.
La préoccupation sanitaire des agent-es ne peut être balayée de manière si méprisante, a souligné le SNUipp-FSU.
La FSU a à nouveau demandé que des garanties sanitaires soient apportées sur le matériel fourni aux agent-es. Ceci pourrait contribuer à restaurer, même de manière minime, le lien de confiance complètement rompu. Il est nécessaire que les choses soient actées et écrites afin qu’elles puissent être opposables. La santé des élèves et des personnels doit être la priorité de l’Académie !

Le SNUipp-FSU a rappelé sa revendication que des masques dits “papiers” ou “chirurgicaux” soient livrés dans les écoles.

Par manque d’investissement dans l’Éducation nationale, les élèves vont perdre des journées d’école

L’épidémie de coronavirus ne s’arrête pas à la porte des écoles. De jour en jour, le nombre de cas augmente mais selon l’Académie, il n’y a rien d’alarmant au vu du nombre d’adultes et d’élèves concerné-es. En 7 jours, on est passé de 300 cas confirmés - adultes ou élèves - à 579 et de 800 évictions à 1159.

L’Académie s’est surtout dite inquiète du risque de fermeture d’écoles entières si tous-tes les collègues étaient testé-es positif-ves ou cas contact.
En effet, l’Académie craint de se retrouver en pénurie d’enseignant-es.

Depuis de trop nombreuses années, le SNUipp-FSU alerte sur le manque de remplaçant-es à Paris. L’Inspection générale elle-même l’avait reconnu. Il est grand temps que des postes soient crées !
Le SNUipp-FSU partage l’idée de la nécessité pour les enfants d’aller à l’école. Cependant, alors que d’autres pays ont fait ce choix, le Ministère n’a pas procédé aux recrutements qui auraient été nécessaires et le risque est grand que des élèves se retrouvent rapidement privé-es d’école parce que notre pays n’aura pas fait le choix d’un investissement massif.

Et la continuité pédagogique ?

D’après l’Académie, il faut imaginer les différents scénarios pédagogiques même si personne ne souhaite passer à l’hypothèse 2 (accueil des élèves en petits effectifs) et encore moins à l’hypothèse 3 (reconfinement total).

L’Académie a indiqué que l’objectif premier était que tous-tes les élèves soient accueilli-es et que l’école continue. Cet objectif est évidemment partagé par le SNUipp-FSU.
Cependant, cela ne peut se faire au détriment de la santé de toutes et tous et surtout de la santé mentale des personnels.

Sur le plan de la continuité pédagogique, rien n’est précisé : s’agira-t-il d’une moitié de classe qui viendrait la moitié de la semaine pendant que l’autre serait chez elle, ou cette moitié serait-elle prise en charge par du personnel de la Ville ? Dans quels lieux ?

La seule réponse aux différentes questions posées par les représentant-es des personnels (et adressées en amont à l’Académie) est qu’il n’y a pas de réponse à l’heure actuelle ! Comment comprendre les différentes consignes, parfois contradictoires, adressées ces deniers jours par les IEN aux écoles sur le nombre d’élèves par groupe, les personnels et locaux disponibles, la responsabilité,etc ?

Pour rappel, des IEN avaient donné des instructions sur le nombre d’élèves dans un groupe et certaines écoles se sont vu contraintes de devoir refaire les structures, de casser des groupes classes... Or l’Académie a dit hier qu’il était pour l’instant impossible de définir le nombre d’élèves par groupe.

L’Académie a fini par indiquer que pour l’instant, rien n’était défini et que dans tous les cas, le plan de continuité pédagogique et sans doute éducatif serait établi au cas par cas et devrait respecter des consignes nationales, un nouveau protocole national par exemple.

Animations pédagogiques et réunions : pas de couvre-feu

Le SNUipp-FSU a interpellé l’Académie sur la tenue des animations pédagogiques et de diverses réunions en présentiel. L’Académie a répondu que pour l’instant et jusqu’à nouvel ordre, les animations pédagogiques et réunions continuent à se tenir en présentiel.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0