Accueil du site > Comité Hygiène et Sécurité - Conditions de Travail > Compte-rendu du CHS-CT 27 juin 2017

Compte-rendu du CHS-CT 27 juin 2017

publié le 29 juin 2017

g

Pour mémoire, le CHSCTA regroupe des représentant-es du personnel, la Secrétaire générale, le Dasen 1er degré, le Dasen 2nd degré et le Service d’hygiène et sécurité du rectorat (SHS).
Le CHSCTA peut se rendre dans tout lieu où travaillent des agents de l’académie (école, collège, CIO, circonscriptions…) afin d’étudier leurs conditions de travail, leur exposition aux risques psycho-sociaux et donc de proposer des pistes de travail afin d’améliorer les premières ou limiter les dernières.


Le 27 juin, nous avons approuvé le PV du dernier comité, discuté de nombreux cas d’établissements du second degré et pour le premier degré, rappelé la problématique des élèves présentant de forts troubles du comportement voire violents. Nous avons aussi pris connaissance de la remontée des registres hygiène et sécurité et discuté des fortes températures du mois de juin. La psychologue du travail a aussi présenté son travail au sein de l’académie. Il a aussi été rappelé que les collègues doivent se saisir de ce comité.

Multiplication des écoles en crise, encore

Au cours du CHSCT, le SNUipp-FSU est à nouveau intervenu pour rappeler l’augmentation régulière du nombre de situation d’écoles en crise suite à des problèmes d’élèves présentant de forts troubles du comportement voire violents. Il s’agit de situations explosives dans lesquelles un élève place l’enseignant dans l’impossibilité de conduire les apprentissages tout en garantissant la sécurité de l’élève concerné, des autres élèves et celle de l’enseignant. C’est inadmissible que des enseignants soient blessés ou en arrêt à cause de cela. Le premier des devoirs d’un supérieur est de protéger les agents dont il a la charge. Nous constatons que même si les solutions institutionnelles manquent, les IEN doivent a minima faire preuve de soutien dans ces situations. Le Dasen en charge du premier degré a rappelé que l’Académie était au courant de ces situations, qu’ils faisaient leur maximum mais que bien sûr le temps pouvait paraître beaucoup trop long pour les équipes confrontées à ce type de situations. Il a aussi dit que les IEN passaient énormément de temps à accompagner les collègues.
Nous avons aussi rappelé que des effectifs abaissés dans toutes les classes, des RASED complets et une formation continue restaurée seraient évidemment des leviers importants.
Alors que nous interpellons régulièrement l’académie, force est de constater que même si des débuts de réponses sont apportés par l’académie, les collègues sont encore trop souvent démunis face à des situations parfois très violentes. Toutes les équipes qui seraient concernées par ce type de difficultés lourdes sont invitées à contacter le SNUipp-FSU pour obtenir aide et soutien.

Psychologue du travail

Madame Kerambrun est présente au sein de l’Académie depuis mai 2016. Par la verbalisation individuelle ou collective, les personnels sont amenés à réfléchir à la transformation des situations de travail, du rapport au travail et de l’organisation du travail.
Sa mission couvre quatre dimensions :

- interpersonnelle (relation avec les autres, ce qui représente 66% des plaintes)

- impersonnelle (travail prescrit : textes, réformes…)

- personnelle (dimension subjective du travail, les différentes manières de travailler)

- transpersonnelle (mémoire collective du métier, importance sur l’accompagnement des nouveaux)

Sa mission couvre aussi trois types de prévention :

- prévention tertiaire : 84 enseignants sur 134 agents reçus depuis un an, 8 équipes accompagnées collectivement et agents accompagnés en cellule d’écoute

- prévention secondaire : animation d’espaces de discussion (pour certains IEN cette année), stages au PAF sur « Travailler ensemble » (PE et ATSEM, professeurs d’ULIS et AESH…)

- prévention primaire : agir sur les causes organisationnelles afin de supprimer ou réduire les RPS

La prévention des risques psycho-sociaux (RPS)

L’Académie de Paris a créé un groupe de travail sur la prévention des risques psycho-sociaux. Il travaille sur trois axes : l’étude approfondie des indicateurs nationaux de RPS, le recensement des facteurs déclencheurs de RPS, le recensement des outils, actions et dispositifs locaux. Pour l’instant, les conclusions ne sont pas connues.

Remontées des registres hygiène et sécurité

Pour rappel, chaque école en possède un qui doit être à disposition dans la loge. Le responsable du service hygiène et sécurité a fait état des trois principaux sujets contenus dans les remontées depuis le dernier CHSCTA :

- Problèmes de canicule. La Secrétaire générale a indiqué que le rectorat prenait ces questions très au sérieux. Le comité s’est accordé à dire que le CHSCT était le lieu de discussion de ce sujet mais qu’il faudrait sans doute anticiper ce point et l’évoquer plus tôt dans l’année. L’ISST a rappelé qu’il existait des préconisations pour les températures minimales mais non pour les températures maximales.

- Problèmes d’hygiène dans et aux abords des établisssements.

- Elèves perturbateurs (voir ci-dessus)


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0