Accueil du site > A la une > Halte à la caporalisation des enseignant-es ! 

Halte à la caporalisation des enseignant-es !

publié le 17 mai 2018

g

Lors de la CAPD du 16 mai, le SNUipp-FSU est intervenu fortement sur la caporalisation des enseignant-es que le Ministre entend imposer et les injonctions et dérives dans certains circonscriptions de l’académie de Paris.

Derrière les leçons du Ministre, un mépris bien réel !

Après les attaques gouvernementales contre notre pouvoir d’achat, le ministre de l’Education nationale a gravement remis en cause notre professionnalité et notre engagement auprès de l’opinion publique avec notamment la mise en scène médiatique de l’envoi du guide de 130 pages pour les CP. Notre ministre ne recule devant rien pour tenter de plaire à l’opinion publique et plus spécialement aux plus conservateurs-trices. Pour le SNUipp-FSU, ces remises en cause doivent cesser, nous devons reprendre la main sur le métier.

Aux injonctions sur les méthodes pédagogiques, le Ministre ajoute de nouvelles contraintes sur les 18h de formation de l’année prochaine puisque seraient imposées 9h en mathématiques et 9h en français. Cette nouvelle obligation dénote bien de la vision ministérielle : les enseignant-es ne sont que des éxécutant-es ! Le SNUipp-FSU porte une conception opposée du métier d’enseignant-es et dénonce cette nouvelle obligation qui serait faite aux enseignant-es.

Des dérives au sein de l’académie

Le SNUipp-FSU était déjà intervenu sur les pressions exercées par certain-es IEN ici ou là au moment des commandes de manuels pour que les enseignant-es de CP choisissent telle ou telle manuel de lecture. De même, des tentatives d’imposer l’interdiction à tel-le ou tel-le enseignant-e de prendre les CP dédoublés à la rentrée prochaine commençaient à fleurir. Le Dasen avait indiqué à l’époque qu’il ne s’agissait que de conseils et d’accompagnement de la hiérarchie et non d’injonctions.

Depuis quelques semaines, de nouvelles remontées des écoles indiquaient que ces injonctions sur les méthodes de lecture, l’attribution des classes au sein des écoles réapparaissaient dans certaines circonscriptions. Le SNUipp-FSU est donc réintervenu auprès du Dasen en CAPD le 16 mai pour dénoncer ces injonctions. Le Dasen a indiqué que ce n’était pas ce que l’académie pratiquait et que cela ne correspondait pas à des injonctions, mais à de l’accompagnement des équipes.
Notre syndicat ne partage pas l’avis de l’académie et estime que des injonctions ont bien lieu sur certains territoires. Le SNUipp-FSU a mis au vote de la CAPD un voeu rappelant l’attachement des membres de la CAPD à la liberté pédagogique et au respect des prérogatives des enseignant-es des écoles conformément aux textes réglementaire. Ce voeu a été adopté par l’ensemble des représentant-es des personnels. Les représentant-es de l’académie (Dasen, IEN...) n’ont pas participé au vote en mettant en avant que c’est ce qui se pratiquait déjà au sein de l’académie...

Les enseignant-es qui feraient face à de telles injonctions sont invité-es à contacter le syndicat pour obtenir aide et soutien.

Animations pédagogiques : aucun retrait de salaire ne doit être effectué !
Le rectorat rencontre de graves difficultés de fonctionnement, mais s’il y a une chose que l’administration prend le temps de faire, c’est de menacer les collègues pour retrait de salaires et de retirer du salaire pour absence considérée comme injustifiée.
Nous nous rappelons toutes et tous du chaos qu’a été la mise en place de Gaïa cette année et les difficultés pour les collègues de s’inscrire aux animations pédagogiques, l’absence de planning pour l’année… Le SNUipp-FSU avait alors interpellé l’académie et avait exigé qu’il n’y ait aucun reproche fait aux enseignant-es qui seraient absent-es à une animation pédagogique au regard des carences de l’administration. Notre syndicat avait également rappelé que réglementairement, aucune animation pédagogique ne pouvait être considérée comme obligatoire.

Cependant, en cette fin d’année scolaire, les demandes de justification, les menaces de retrait de salaire commencent à apparaitre dans certaines circonscriptions. Le SNUipp-FSU est donc intervenu en CAPD pour rappeler les dysfonctionnements passés et exiger qu’aucun retrait de salaire ne soit effectuée.
Le Dasen a réfuté le terme « menace » et considère qu’il s’agit de demande de justification légitime. Il a indiqué que l’académie ferait preuve d’une certaine mansuétude, mais que certains abus ne pouvaient être tolérés.

Le SNUipp-FSU appelle donc les collègues qui ne seraient par traités avec « mansuétude » par la hiérarchie à contacter les élu-es du personnel.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0