Accueil du site > A la une > Compte-rendu du groupe de travail D.ASCO / Rectorat / organisations syndicales du 14 mai 2018  Protocoles d’emploi des locaux, mutualisation du matériel, information aux familles, équipement informatique des écoles et quota de photocopies

Compte-rendu du groupe de travail D.ASCO / Rectorat / organisations syndicales du 14 mai 2018 Protocoles d’emploi des locaux, mutualisation du matériel, information aux familles, équipement informatique des écoles et quota de photocopies

publié le 23 mai 2018

g

A la demande du SNUipp-FSU Paris, ces groupes de travail se réunissent depuis 2016. Des représentant-es de la DASCO, un CPC Fip pour le rectorat et les organisations syndicales étaient présents. La Dasco a souhaité faire le point sur des sujets traités par le passé et abordé la question de l’utilisation et des équipements des locaux.

Suite au rappel introductif des travaux des groupes de travail précédents, le SNUipp-FSU a souligné le problème du non gardiennage des écoles le soir pour les conseils d’école, et l’incongruité de demander aux directeurs-trices d’organiser l’ouverture et la fermeture de la porte de l’école pendant les conseils. Pour le SNUipp-FSU, des remplacements des gardien-nes doivent être assurés pour les activités qui ont lieu en-dehors de leurs heures de service.
Nous avons aussi demandé à ce que l’écriture inclusive soit mise en oeuvre par les services de la DASCO (documents ne référant qu’aux « directeurs » d’école par exemple…)

Utilisation des locaux et des équipements des écoles

La Dasco s’est saisie de cette question dans le cadre de la prévention des Risques Psycho-Sociaux pour ses agents (ASEM, ATE, REV, PVP, Animateur-trice). La mission de prévention de la Ville qui a travaillé sur cette question en 2016 a fait ressortir ce besoin quant au partage des locaux et du matériel souvent dû à un manque de communication.

Nous avons rappelé que la mise en place de la réforme des rythmes scolaires ou du travail conjoint Ville - Education Nationale a touché d’abord très durement les conditions d’enseignement des enseignant-es. Il est donc indispensable donc penser les protocoles en bonne intelligence pour le fonctionnement des écoles en ne perdant pas de vue la centralité du temps scolaire à l’école.

Par ailleurs, les services de la DASCO souhaitent travailler sur "l’optimisation des locaux scolaires » afin de trouver des lieux de stockage adéquats des produits d’entretien (ni dans les locaux sociaux ni dans les circulations )…

Protocole d’emploi des locaux

La Ville a présenté un protocole qui est déjà en circulation dans les écoles : c’est un outil de médiation en cas de conflit, qui est non obligatoire. Ce protocole ne nous semble pas utilisable en l’état. Avec la mise en place de la réforme des rythmes scolaires à Paris, les classes sont utilisées pendant le temps des TAP même si nous y sommes opposés. Depuis 2013, il était acté que les enseignant-es pouvaient rester dans leur classe, c’est pourquoi l’affirmation de la Ville « c’est délicat que le PE puisse rester dans son local. » nous a pour le moins surpris. La Ville souhaitait remettre en cause la possibilité pour les enseignant-es de rester dans leur classe pendant les TAP. Pour le SNUipp-FSU Paris, suivi par les autres représentant-es du personnel, ce n’est pas acceptable, le problème doit être pris dans l’autre sens : l’enseignant-e reste s’il/elle le souhaite et si cette décision pose problème, la médiation (école, IEN) est utilisée.

La Ville, qui a dit être à l’écoute, proposera un nouveau protocole rapidement. Nous serons vigilant-es à ce que nos remarques soient prises en compte.

Protocole de mutualisation du matériel éducatif

Ce protocole a été pensé comme le précédent sur l’utilisation des locaux. Il ne nous a paru ni complet ni simple d’utilisation pour les écoles qui en éprouveraient le besoin.

La ville considère que le matériel fongible (peinture, stylos, encre etc…) n’est pas mutualisable mais que les équipements (TV, informatique, jeux, équipements sportifs) peuvent l’être.

Les représentant-es du SNUipp-FSU ont rappelé qu’aucun matériel pédagogique ne doit être utilisé sans accord préalable des enseignant-e-s, et que les équipements acquis par les coopératives ne sont pas mutualisables (note de l’OCCE qui indique que dans ce cadre, le matériel ne serait pas assuré), donc seuls les équipements fournis par la DASCO pourraient l’être avec l’accord des équipes enseignantes (professeurs, PVP).Un nouveau protocole sera aussi présenté aux organisations syndicales avant l’été.

Avancement des sous-groupes de juin 2017 :

Equipement informatique des écoles

En 2017, le SNUipp-FSU a dit et écrit que l’utilisation du numérique faisant partie des programmes nationaux, c’était à l’Académie de définir ce qui était nécessaire dans chaque école pour les mettre en œuvre. Nous avions aussi rappelé que le matériel existant n’était pas suffisant.
La Mairie et l’Académie s’entendent à dire que l’objectif est d’obtenir plus de moyens par école, qu’il faut partir de l’existant en l’augmentant.

L’équipement « socle » que la Ville attribue actuellement à toutes les écoles élémentaires parisiennes est le suivant : 15 postes dans la salle info et quelques postes en fond de classe. Pour les écoles élémentaires de plus de 11 classes, 5 postes en fond de classe sont attribués. Donc plus de la moitié des classes ne sont pas pourvues d’ordinateur de la Ville.
En maternelle, seulement 3 ordinateurs sont attribués, 5 pour les plus grosses écoles.
Au cours de ce groupe de travail, l’Académie a annoncé qu’elle aimerait tendre vers un vidéo-projecteur et un ordinateur portable relié à Internet pour chaque classe, et en complément un équipement de type « classe mobile » (malle de tablettes avec bornes wi-fi)
En mars 2018, 63% des classes d’élémentaires et de polyvalentes étaient équipées. Ces chiffres ne comprennent pas le matériel qui aurait été acheté par les coopératives.

La Mairie a une capacité de renouveler 2000 ordinateurs par an. L’Académie avance la piste de repenser le format de la salle informatique avec moins de postes fixes, plus de tablettes pour utiliser ce budget-là.
Ces informations sont une première piste de travail et un autre groupe de travail spécifique à cette question se réunira avant la fin de l’année scolaire. Malgré des avancées concrètes, la plus grosse inconnue est la question de la ligne budgétaire qui sera utilisée pour financer ces équipements. Le SNUipp-FSU Paris a rappelé son opposition catégorique à l’utilisation du budget participatif pour équiper les écoles en informatique. Il serait aussi très étonnant que ces équipements fassent partie des commandes annuelles quand bien même l’Académie estime qu’il s’agit du minimum pour tous les élèves.
La question de l’équipement informatique des maternelles devra notamment être posée !
Le SNUipp-FSU invite les enseignant-es à vers le syndicat afin que nous puissions porter au mieux vos difficultés ou souhaits sur cette question.

Moyens d’impression des écoles

La ville attribue à chaque école un copieur et le renouvelle tous les 6 ans. La maintenance de ce copieur est assurée par chaque CASPE. Depuis 2008, des quotas de photocopies sont fixés en fonction de la taille des écoles. Pour les écoles maternelles : de 3 à 7 cl : 18 000 photocopies, de 8 à 12 classes : 21 600, 13 classes et + : 26 400. Les écoles élémentaires reçoivent le double du quota attribué aux écoles maternelles.
En prenant l’exemple d’une école de 12 classes de 300 élèves, cela fait 4 photocopies par élèves par semaine.
En 2017, les dépassements ont représenté la somme de 70 000 € pour toute la Ville avec de fortes disparités entre les écoles. La Ville entrera en contact rapidement avec les écoles à fort dépassement (+ de 450€) afin d’en comprendre les raisons.
Il semblerait que la Mairie ait enfin pris conscience du problème et a avancé différentes pistes de travail afin de faire baisser le nombre de photocopies :

- installer des vidéoprojecteurs

- enlever les imprimantes, afin de gagner des moyens pour augmenter les quotas (mais donc augmenter le nombre de photocopies)
Il est rappelé que L’OCCE interdit d’acheter un photocopieur avec un contrat pluri-annuel (Leasing, contrats d’entretien et de fourniture de consommables etc…).

Il ne faut pas non plus payer les factures de dépassement mais les adresser à la Caspe (qui les fait régler par les Mairies d’arrondissement).

Le SNUipp-FSU a souligné que les dépassements démontrent que le quota de photocopies est insuffisant et qu’il doit être augmenté. Par ailleurs, le retrait des imprimantes ne nous semble pas opportun.

Information aux familles

L’emploi du temps fourni par la ville a été pensé pour être un outil d’uniformisation et de simplification de l’information aux familles. Le SNUipp-FSU a redit qu’il s’agissait d’un outil qu’on pouvait ou non utiliser. D’autant qu’il faut qu’il facilite l’organisation de l’école mais qu’il ne devienne pas problématique pour l’organisation de l’emploi du temps de l’élève (parents qui inscrivent ou non sans avertir l’école). A ce titre aussi, nous avons alerté sur le fait que les inscriptions peuvent se faire directement sur Facil’familles sans information directe au directeur-trice.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0