Accueil du site > A la une > Circulaire de rentrée : toujours les mêmes obsessions du Ministère ! évaluations, individualisation des apprentissages, contrôle du travail des enseignant-es...

Circulaire de rentrée : toujours les mêmes obsessions du Ministère ! évaluations, individualisation des apprentissages, contrôle du travail des enseignant-es...

publié le 27 août 2020

g

Le but de la circulaire de rentrée ministérielle est de donner le cadre de la préparation pour la rentrée scolaire. Elle a été publiée le 10 juillet alors que les écoles avaient commencé à préparer la rentrée bien avant, autant que faire se pouvait, et que les vacances ont débuté le 4 juillet.
Encore une nouvelle preuve d’un Ministère hors sol et peu en phase avec la réalité des écoles.

Les fondamentaux et l’individualisation

S’il est rappelé dans l’introduction que la réussite de l’enseignement à distance pendant le confinement et le faible taux d’élèves "décrocheurs" sont dûs au collectif et à l’esprit d’équipe, le reste du texte ne laisse guère de marge de manœuvre pour faire vivre ce collectif de travail.

Ce qui domine c’est l’individualisation des apprentissages et le renforcement des apprentissages "fondamentaux" (lire, écrire, compter et respecter autrui).
Le travail d’équipe, loué dans l’introduction, n’est cependant pas requis pour mettre en place les outils d’évaluation des élèves.

Alors que nous allons vivre une rentrée exceptionnelle, pour laquelle les enseignant-es vont avoir besoin de temps, pour le Ministère le plus urgent serait d’évaluer. Lire notre dossier spécial sur les évaluations ici.

Des guides et des formations imposées

La pluie des divers guides se poursuit avec la publication d’un guide de référence pour l’enseignement des mathématiques au CP et d’une grammaire en deux volumes.

Après le "plan maths" c’est un "plan français" qui est imposé : "tous les 6 ans, chaque PE bénéficiera de 5 jours annuels de formation en français et de 5 jours annuels de formation approfondie en mathématiques", en plus des 18h annuelles des animations pédagogiques.
Ce que la circulaire ne dit pas c’est que ce plan français prévoit des visites de classe imposées, et des temps de formation qui pourraient avoir lieu pendant les vacances… mais pas sur la base du volontariat. (application du décret 2019-935 du 06/09/2019).

Le choix d’un cadrage serré des contenus et des pratiques se confirme en lieu et place d’une formation qui développerait la professionnalité enseignante et d’une mise à disposition d’outils utiles aux enseignant-es.

Le retour des 2S2C ?

Concernant l’EPS, il est demandé aux PE d’assurer effectivement les 3h d’EPS par semaine. Mais la nouveauté vient des "30 minutes" préconisées l’an passé en dehors des horaires d’EPS.
L’EPS doit se faire notamment dans le cadre des 30 minutes d’activité physique quotidienne !

La circulaire rappelle que "le rassemblement en un même ministère des enjeux de l’éducation, de la jeunesse et des sports va permettre de développer des actions cohérentes fondamentales pour l’élève entre le temps scolaire et le temps périscolaire dès l’année 2020-2021.".

Si le dispositif "2S2C" n’est pas mentionné dans la circulaire de rentrée, on peut penser qu’il n’est pas pour autant tombé aux oubliettes !


On peut également lire dans la circulaire que "de septembre à décembre, des moyens de remplacement non utilisés pourront mettre en place un accompagnement personnalisé avec une priorité pour les classes de CP", mais nous savons pertinemment que c’est un engagement plus que difficile à mettre en place au vu de la pénurie des postes de remplacement et des besoins des dernières années.

Cette circulaire confirme bien le déni de ce ministère de la situation vécue par l’École et du besoin des élèves de se retrouver et de retrouver un collectif de travail.
Elle évoque le collectif mais n’installe rien qui puisse le faire vivre. Elle n’est d’aucune aide aux écoles, en revanche, elle constitue une nouvelle preuve de la volonté de mise au pas des enseignant-es. Une forte pression sera mise sur les équipes et les élèves dès le début de l’année avec l’imposition des évaluations en CP et CE1 quinze jours après la rentrée mais également avec un objectif affiché d’avoir rattrapé le retard aux vacances de la Toussaint.

On voit que le Ministre poursuit ses obsessions : pilotage par les évaluations et renforcement des "fondamentaux" avec force de guides et de formations obligatoires.
Cette nouvelle partie du quinquennat s’annonce autant en décalage avec les besoins du terrain et de l’École que la précédente.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0