Accueil du site > A la une > Rythmes scolaires : pour l’abandon du système actuel et la consultation des enseignant-es !  En grève le 18 octobre !

Rythmes scolaires : pour l’abandon du système actuel et la consultation des enseignant-es ! En grève le 18 octobre !

publié le 5 octobre 2018

g

Depuis 5 ans, le SNUipp-FSU dénonce les conséquences de l’application de la réforme des rythmes scolaires sur les conditions d’apprentissage des élèves et sur les conditions de travail des enseignant-es. Il revendique la fin du système actuel et la consultation des enseignant-es. L’avis majoritaire devra être respecté ! L’Ecole doit redevenir l’Ecole !

Un système parisien unanimement dénoncé

Afin de porter au mieux la parole des collègues dans les différentes instances, nous avons organisé trois enquêtes auprès des enseignant-es qui ont permis de pointer les conséquences négatives de l’aménagement actuel des rythmes scolaires. Les résultats de ces dernières étaient clairs. La déclinaison parisienne de la réforme des rythmes scolaires est une catastrophe. Elle est massivement rejetée par les collègues : désorganisation des écoles, fatigue des élèves, remise en question du temps scolaire… Tel était aussi le message des enseignant-es qui ont répondu massivement à l’enquête intersyndicale organisée sur proposition du SNUipp-FSU. En 15 jours, 61% des conseils des maître-esses y ont participé. Le résultat est sans appel puisque 98% de collègues souhaitent l’abandon du système actuel. 80% des collègues qui ont répondu souhaitent l’instauration de la semaine de quatre jours et 15% d’entre eux-elles sont pour un aménagement sur 5 jours autre que celui existant.
Depuis 5 ans, nous avons aidé les équipes qui rencontraient des difficultés particulières dans l’organisation de l’école suite à l’application de la réforme. Face à ce rejet unanime, il est urgent que le système actuel soit abandonné.

La consultation des enseignant-es, un impératif

Le SNUipp-FSU ne porte aucun dogme sur le maintien de la semaine de quatre jours et demi. C’est d’ailleurs pour cela que le SNUipp-FSU a été le seul syndicat représentatif du 1er degré à voter lors du comité technique ministériel de juin 2017 en faveur du décret qui permet une organisation de la semaine sur 4 jours. Cependant, pour notre syndicat, la semaine de 4 jours ou la mise en place d’un autre aménagement de la semaine scolaire nécessite la consultation officielle des personnels. Par principe, il est fondamental que l’ensemble de la profession puisse être consulté et entendu sur une question aussi fondamentale et controversée.

Stop au dogmatisme municipal et à l’inaction coupable du rectorat !

Pour le SNUipp-FSU, les autorités de l’Éducation nationale doivent assurer réellement leur rôle régulateur. En juin dernier, lors d’une audience intersyndicale, face à la présentation des résultats de la consultation et aux revendications portées par l’intersyndicale, l’Académie s’est contentée de prendre acte des résultats… À plusieurs reprises, elle s’est retranchée derrière les textes qui prévoient que c’est à la collectivité territoriale de décider… En résumé, circulez, y a rien à voir du côté de l’Éducation nationale et débrouillez-vous avec la Ville ! Les syndicats parisiens ont dénoncé cette inaction et l’absence de soutien aux enseignant-es de la part de l’Académie. Comme en 2013, il est clair que l’Académie compte se limiter à être spectatrice d’un conflit mortifère entre les écoles et la Ville. Il est intolérable que le Recteur ne s’engage pas sur un sujet touchant au premier chef l’Éducation nationale.
Quant à la Ville, elle continue son plan de comm’ assurant que tout est merveilleux et que l’application de cette réforme bénéficie grandement aux élèves… Aveuglement et obstination sont donc de mise du côté municipal.

Dans l’unité, amplifions l’action !

S’appuyant sur le succès de l’enquête intersyndicale de juin dernier, le SNUipp-FSU a proposé aux autres syndicats de relancer la mobilisation dès la rentrée en appelant les collègues à se rassembler lors du dernier Conseil de Paris. Pour le SNUipp-FSU, faute de réponse de la Mairie de Paris, il faut passer à la vitesse supérieure. C’est pourquoi notre syndicat avait proposé aux autres syndicats d’appeler les enseignant-es à se mettre en grève avant les vacances d’automne. Dans le même temps, nous devons débattre dans les écoles avec les parents d’élèves et les agent-es de la ville sur ce dossier. Nous ne gagnerons que si nous restons uni-es et si nous arrivons à convaincre les parents d’élèves du bien fondé de notre action.


Le SNUipp-FSU, le Snudi FO, Sud Education, CNT-STE, CGT Educ’action appellent les enseignant-es parisien-nes à se mettre en grève le jeudi 18 octobre. Le rendez-vous est fixé à 9h15 devant le rectorat, 12 bd d’Indochine. Une Assemblée générale se tiendra à 13h30 à la Bourse du Travail.

Merci de nous remonter par mail le nombre de grévistes dans votre école.


Consultez l’appel intersyndical Grève rythmes scolaires - Appel intersyndical au 18 octobre

Téléchargez le modèle de lettre aux parents modifiable (à ne pas coller dans les cahiers de correspondance mais donner cachetée aux parents) ici :

Word - 24 ko
Proposition de lettre aux parents


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0