Accueil du site > Nos dossiers > Rythmes scolaires > Rythmes scolaires Le système actuel doit être abandonné et notre parole entendue !

Au sommaire




Rythmes scolaires Le système actuel doit être abandonné et notre parole entendue !

publié le 7 septembre 2018

g

Depuis 5 ans, le SNUipp-FSU dénonce les conséquences de l’application de la réforme des rythmes scolaires sur les conditions d’apprentissage des élèves parisien-nes et sur les conditions de travail des enseignant-es. Il revendique la fin du système actuel et la consultation des enseignant-es.

Une consultation unitaire inédite

Afin de porter au mieux la voix des collègues dans les différentes instances, nous avons organisé trois enquêtes qui ont permis de pointer les conséquences négatives de l’aménagement actuel. Dans le même temps, nous accompagnons les équipes qui rencontrent des difficultés au sein de leur école. L’an dernier, à l’initiative du SNUipp-FSU Paris une consultation unitaire sans précédent a été proposée aux écoles : en 15 jours, 61% des conseils des maître-esses y ont participé. Le résultat est sans appel puisque 98% de collègues souhaitent l’abandon du système actuel, ils-elles réaffirment leur opposition à un système dont ils-elles dénoncent les écueils depuis 2013 : confusion scolaire/périscolaire, fatigue accrue des élèves, dégradation des conditions de travail et d’apprentissage. 80% souhaitent l’instauration de la semaine de quatre jours et 15% d’entre eux-elles sont pour un aménagement sur 5 jours autre que celui existant.

L’inaction coupable du Rectorat

À l’initiative du SNUipp-FSU Paris, les organisations syndicales parisiennes SNUipp-FSU, Snudi-FO, Se-Unsa, Sud Education, CNT-Ste et CGT Educ’Action ont appelé à un rassemblement le 27 juin en lien avec une audience auprès du Recteur d’Académie. Le 27 juin, face à la présentation des résultats de la consultation et aux revendications portées par l’intersyndicale, l’Académie s’est contentée de prendre acte des résultats… À plusieurs reprises, elle s’est retranchée derrière les textes qui prévoient que c’est à la collectivité territoriale de décider… En résumé, circulez, y a rien à voir du côté de l’Éducation Nationale et débrouillez-vous avec la Ville ! Les syndicats parisiens ont dénoncé cette inaction et l’absence de soutien aux enseignant-es de la part de l’Académie. Comme en 2013, il est clair que l’Académie compte se limiter à être spectatrice d’un conflit mortifère entre les écoles et la Ville. Il est intolérable que le Recteur ne s’engage pas sur un sujet touchant au premier chef l’Éducation Nationale.

Amplifions l’action !

La Mairie de Paris doit enfin comprendre qu’elle ne peut avoir raison contre l’avis de la très large majorité des enseignant-es. En juin dernier, l’ensemble des organisations syndicales a écrit un courrier commun aux président-es de groupes du conseil de la Ville de Paris. Pour le SNUipp-FSU, il faut amplifier l’action unitaire commencée en juin dernier afin d’obtenir l’arrêt du système actuel dès la prochaine rentrée et la consultation de la communauté éducative. Notre syndicat a donc invité les autres syndicats à une réunion intersyndicale le 7 septembre.

Le SNUipp-FSU va proposer aux autres syndicats de relancer la mobilisation en appelant à un rassemblement intersyndical hors temps scolaire à l’occasion du prochain Conseil de Paris. Dans le même temps, nous avons proposé de demander ensemble une audience à la Maire de Paris. En cas de non réponse de sa part ou d’un nouveau refus de consulter la communauté éducative, le SNUipp-FSU va proposer d’appeler à une grève unitaire avant les vacances d’octobre.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0