Accueil du site > A la une > Revalorisation et équipement :  le compte n’y est pas !

Revalorisation et équipement : le compte n’y est pas !

publié le 15 octobre 2020

g














À quelques jours de l’ouverture officielle du « Grenelle des enseignants », le Ministère a présenté plusieurs mesures. L’enveloppe prévue est largement insuffisante et n’envisage aucune révision des grilles indiciaires ni de mesure de rattrapage des pertes de pouvoir d’achat. Obtenir une loi de programmation pluriannuelle permettrait de répondre enfin au déclassement salarial des enseignant-es.

La prime d’équipement

La prime d’équipement informatique de 150€ net devrait être versée dès le 1er trimestre 2021 pour les seuls enseignants et enseignantes devant élèves. Reposant sur une enveloppe de 178 millions d’euros, la prime sera versée annuellement.

Pour le SNUipp-FSU, qui porte cette revendication depuis de nombreuses années, l’allocation doit être bien plus conséquente : 500 € par an, afin de couvrir l’ensemble des engagements matériels liés à l’activité d’enseignement.
Il exige son versement à tous les personnels des écoles, la notion d’enseignant-es devant élèves risquant de donner lieu à de nombreuses restrictions dans l’attribution de cette prime. Pour les AESH, au vu de la faiblesse de leurs revenus, la FSU a demandé de privilégier une dotation matérielle.

Revalorisation des personnels enseignants

Le Ministère envisage de limiter la revalorisation aux seuls premiers échelons. Elle prendrait la forme d’une prime pour renforcer l’attractivité du métier en début de carrière sans revoir la grille indiciaire.
Dégressive, elle pourrait être mise en oeuvre à partir de mai 2021. Elle serait proratisée en fonction de la quotité de travail.

Mesures catégorielles et accès à la hors classe

Des mesures catégorielles, dans le cadre de la direction d’école devraient être précisées prochainement et le taux de promotion à la « hors-classe » passerait de 17% à 18%, soit l’équivalent de 800 promotions annuelles supplémentaires pour le premier degré, loin d’accélerer le déroulement de carrière sur deux grades pour toutes et tous.

Toutes ces propositions sont bien loin des attentes, ne constituent pas une véritable revalorisation.

Deux ans après avoir lancé un pseudo « observatoire de la rémunération des enseignant-es », le Ministère va devoir proposer bien mieux dans les semaines à venir…
Rattraper le retard de rémunération des enseignant-es par rapport à leurs homologues européen-nes nécessiterait une revalorisation des grilles indiciaires de 150 points, soit 700 € par mois en début de carrière et dégressive jusqu’à 100 points, soit 470 € en fin de carrière.

Sans oublier un doublement de l’ISAE, indemnité à étendre à tous-tes les PE, et une allocation d’équipement de 500€.

Pour aller plus loin lire l’article Le SNUipp-FSU fait le point sur la réalité des salaires enseignants.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0