Accueil du site > Jeunes enseignants > Questions de jeunes enseignant-es : CRPE, titularisation, réouverture des écoles... On en est où ?

Questions de jeunes enseignant-es : CRPE, titularisation, réouverture des écoles... On en est où ?

publié le 14 mai 2020

g

(EDIT 14 MAI 2020)
La FSU a pu obtenir quelques réponses de la part du Ministère. Elles ne sont pas toutes à la hauteur de nos attentes, et beaucoup de questions restent encore en suspens. Voir dans le corps de l’article, les détails de ces nouvelles informations.


L’année 2019-2020 aura définitivement été une année particulière.
Pour les aspirant-es professeur-es des écoles, candidat-es au CRPE ou stagiaires, ce sont des heures et des heures de formation perdues, un calendrier instable et sans cesse chamboulé, une incertitude permanente sur la suite de leur parcours.
Pour toutes et tous, le confinement est une situation compliquée à gérer et les contraintes personnelles, familiales ou matérielles rendent difficile la poursuite des activités professionnelles et universitaires.

Conscient de tout cela, le SNUipp-FSU n’a eu de cesse d’alerter les autorités académiques et ministérielles sur la situation des aspirant-es professeur-es des écoles et de demander à ce que des garanties de protection et d’équité soient au coeur des aménagements mis en place pour faire face à cette crise.

Vous trouverez dans cet article l’ensemble des informations dont nous disposons à ce jour.
Si vous souhaitez avec des compléments d’informations sur la gestion de la crise sanitaire actuelle, vous pouvez consulter notre dossier spécial Coronavirus.


Pour continuer à porter au mieux votre voix, nous vous invitons à compléter un questionnaire en ligne concernant le master et le concours.
Pour toute question, difficulté ou problème, n’hésitez pas à nous contacter par mail à snu75@snuipp.fr


Concours internes

Les concours internes sont reportés à la rentrée septembre 2020. Selon le Ministère, l’essentiel des candidat-es étant des contractuel-les, la consigne aurait été donnée de reconduire les contrats afin de permettre à ces candidat-es de se présenter aux concours en septembre.

Pour les fonctionnaires déjà en poste et qui souhaitent changer de corps par le biais des concours internes (exemple d’un-e certifié-e qui devient PE), le Ministère assure qu’un travail précis sera fait avec les académies, sachant que c’est moins le lieu de stage à trouver qui pose problème que le remplacement sur le poste quitté. La situation des admissibles bénéficiant d’un congé formation sera étudiée.

Pour le SNUipp-FSU il y a urgence à trouver une solution viable, tant pour les candidat-es que pour les écoles, et à en informer les principaux concerné-es. Il n’est pas acceptable d’être dans un tel flou à quelques mois des concours.

(EDIT 14 MAI 2020)
Aucune date n’a encore été avancée par le Ministère sur la tenue des concours internes.
Le SNUipp-FSU a de nouveau alerté le Ministère de l’inquiétude des candidat-es et des situations difficiles auxquelles cette incertitude les confronte. Le Ministère reconnait qu’il y a sur cette question un problème de temporalité et affirme qu’un travail est en cours.


Concours externes (externe et 3ème voie)

Selon les dernières annonces du Ministère, les candidat-es du CRPE 2020 (externe et 3ème voie) passeraient au mois de juillet des épreuves écrites d’admission.
Les lauréat-es seraient alors recruté-es sous statut de fonctionnaires stagiaires. Un oral de titularisation serait prévu en fin d’année scolaire pour compléter la procédure de titularisation habituelle.

Pour la FSU c’est non !
Nous avons interpellé le Ministère sur le risque de surcharge de travail et de stress que représenterait cet oral pour les stagiaires dont l’année sera déjà très dense. Nous avons également rappelé que le rôle des jurys de titularisation est bien de vérifier la capacité des stagiaires à enseigner et que de ce fait cet oral viendrait faire double emploi avec la procédure habituelle (visites d’enseignant-es formateur-trices, de conseiller-e pédagogique et le cas échéant d’inspecteur-trice).
Le Ministère ne semble pas fermé à la discussion sur ce point et affirme vouloir prendre le temps de la concertation.

Concernant le calendrier des concours, le Ministère réfléchit à une organisation par « vagues » régionales conditionnées aux contingences d’organisation et au calendrier définitif de déconfinement. Ces concours en décalé pourraient laisser la possibilité aux candidat-es de se présenter dans plusieurs académies. Nous ne savons pas en revanche si les inscriptions seront rouvertes pour permettre aux candidats de se présenter dans plusieurs académies.

(EDIT 14 MAI 2020)
Les dates d’épreuves ne sont à ce jour pas arrêtées. Le Ministère attend de s’adapter au contexte sanitaire et aux problématiques logistiques tout en indiquant que l’objectif est d’organiser les épreuves le plus tôt possible.
Les épreuves écrites, qui serviront d’épreuves d’admission, seront les mêmes que celles de l’admissibilité en temps ordinaire. Enfin, la possibilité de passer le concours dans différentes académies, si les dates sont différentes, n’est pas confirmée.


Recrutement sur la liste complémentaire 2019

Le recrutement sur liste complémentaire (LC) est légalement possible jusqu’à la tenue des premières épreuves des concours de recrutement. Ceux-ci étant repoussés au mois de juillet, le recrutement reste possible pour les inscrit-es sur la liste complémentaire de 2019. Toutefois il faut rappeler que légalement, ce recrutement ne peut se faire que sur poste vacant (l’absence d’un PE n’engendre pas de vacance de poste).

Dans les faits, il ne peut donc y avoir que peu ou pas de recrutement sur LC d’ici à la fin de l’année scolaire.
Par ailleurs, à Paris, l’Académie et l’INSPE font le choix chaque année de clore le recrutement sur liste complémentaire dès la fin du mois de septembre, le justifiant par l’amputation trop importante de la formation initiale pour les stagiaires concerné-es. Pour le SNUipp-FSU cet argument n’est pas valable.
Avant la masterisation du CRPE en 2010, les PE recruté-es sur LC étaient appelé-es à n’importe quel moment de l’année, envoyé-es en classe à temps plein avec un statut de fonctionnaire stagiaire et bénéficiaient de la formation initiale l’année suivante. L’année d’appel était donc compliquée, mais l’entrée dans le métier se faisait ensuite dans les mêmes conditions que les stagiaires recruté-es sur liste principale.

À noter que la liste complémentaire 2019 deviendra caduque dès le début des épreuves du CRPE 2020. À la rentrée, ce sera donc la liste complémentaire 2020 qui pourra être appelée pour renforcer le vivier de stagiaires 2020-2021. Le SNUipp-FSU, comme chaque année, se mobilisera pour que les vacances de postes soient pourvues en faisant appel à la LC et s’opposera au recrutement de contractuel-les.

En revanche, si le CRPE 2020 ne pouvait pas se tenir pour des raisons sanitaires, le SNUipp-FSU serait favorable à l’appel des LC 2019, conformément à l’ordonnance du 27 mars 2020, plutôt qu’à un recours massif à des contractuel-les et à une année blanche en terme de stagiairisation.

Titularisation des stagiaires 2019-2020

L’inquiétude est grande et compréhensible parmi les stagiaires qui sont touché-es de façon spécifique par le confinement et la fermeture des écoles et des universités. Les modalités de titularisation et de validation du master MEEF ne sont pas encore arrêtées et cette incertitude nous inquiète autant que vous.
Malgré la mobilisation de la FSU et du SNUipp auprès des instances ministérielles et universitaires pour que soient mises en place des modalités de validation et de titularisation protectrices pour tous-tes, les informations dont nous disposons restent parcellaires.

Le Ministère souhaite mettre en place des visites d’inspecteur-trices au moment de la réouverture des écoles, ce que dénonce la FSU. Les stagiaires auront besoin d’un accompagnement fort de la part des équipes de tuteur-trices. La visite d’IEN ne peut que contribuer à l’inquiétude et au stress liés à cette réouverture.

Pour les titularisations, le Ministère souhaite rester, autant que faire se peut, dans le schéma : « avis de l’IEN – avis de l’INSPE – décision du jury académique ».

Quatre scénarii sont envisagés à ce jour mais rien n’est encore acté. L’objectif serait d’informer tout le monde d’ici le 30 avril :

- Maintien du calendrier initial avec tenu d’un jury de titularisation en juin et des visites sommatives effectuées en mai et juin.

- Maintien de la procédure habituelle avec allègement du processus quant à l’avis à rendre par les IEN, vus les doutes sur la capacité de mobiliser les corps d’inspection (s’appuyer sur les rapports des PEMF uniquement, pas de visite d’IEN).

- Décaler le calendrier en prolongeant le stage jusqu’au jury académique de titularisation de décembre pour tous-tes, avec une nouvelle affectation en septembre.

- Alléger et décaler la titularisation seulement pour celles et ceux pour lesquel-les le jury n’aurait pas assez d’éléments (ce report ne pourra dépasser 4 mois).

La dernière option semble être la piste privilégiée.
Pour le SNUipp-FSU Paris, elle semble également être la solution la plus profitable pour l’ensemble des collègues stagiaires. Il n’est pas question de dire que l’année de stage s’est terminée le jour de la fermeture des écoles et des universités. Comme les enseignant-es titulaires, vous avez tout fait pour maintenir un lien de continuité scolaire avec vos élèves, malgré les difficultés et les cours de master à suivre et à valider. Les compétences acquises pendant cette année, certes chaotique, doivent être reconnues.
Tous ceux et celles pour qui les tuteur-trices n’ont pas relevé de difficulté majeure doivent pouvoir être titularisé-es dès le mois de juin.

Le SNUipp-FSU revendiquera pour l’ensemble des T1 à la rentrée 2020, un complément de formation conséquent sur temps scolaire pour compenser la perte énorme d’heures de formation que tous-tes ont subi cette année.

Les stagiaires ayant rencontré d’importantes difficultés et qui ont bénéficié d’un accompagnement renforcé, dont le jury ne pourraient pas se prononcer en faveur d’une titularisation au mois de juin, doivent pouvoir bénéficier d’un prolongement de stage à la rentrée 2020.

Aucun renouvellement, aucun licenciement ne doivent être prononcés en juin !
Un accompagnement particulier devrait être mis en place pour aider ces collègues à poursuivre leur formation et à parfaire leurs compétences durant ces quelques mois. Un nouveau jury de titularisation se tient chaque année au mois de décembre, il sera compétent pour réévaluer la situation des stagiaires concerné-es et prononcer à ce moment la titularisation.
Le SNUipp-FSU demande que celle-ci soit alors rétroactive au 1er septembre pour ne pas avoir d’incidence sur le déroulé de la carrière de ces collègues.

(EDIT 14 MAI 2020)
Le Ministère a enfin précisé les aménagements qui seront pris, suite à la période de confinement, concernant la titularisation des stagiaires.
La procédure « habituelle » n’est modifiée que pour les stagiaires pour qui un licenciement serait envisagé à la fin de la 1ère année de stage : une inspection devra obligatoirement avoir lieu d’ici la fin de l’année.

Pour tous-tes les autres la procédure reste la même :

- Inspection obligatoire d’ici la fin de l’année pour les stagiaires qui effectuent leur 2ème année de stage.

- Inspection facultative pour les stagiaires dont la titularisation ou le renouvellement est envisagé : l’avis de l’inspecteur-trice sera rendu selon les modalités qu’il-elle juge souhaitables (lecture du dossier, entretien avec le-la stagiaire, etc.).

Le rôle des jurys académiques sera inchangé (entretien obligatoire pour les stagiaires dont la titularisation n’est pas envisagée).

Pour le SNUipp-FSU, ces aménagements évitent de placer tous les stagiaires en « prolongation », comme cela avait été envisagé, et c’est une bonne chose.
Mais nous continuons d’affirmer que les stagiaires pour lesquel-les le jury envisage un licenciement, et qui ont donc rencontré des difficultés cette année, ne seront pas dans les conditions sereines pour une inspection en cette fin d’année.
Plutôt qu’un renouvellement d’un an d’office, une prolongation de 2 mois aurait pu leur permettre de bénéficier de l’accompagnement nécessaire avant que le jury ne se prononce. En tout état de cause, cette prolongation aurait dû être assortie d’une titularisation avec effet rétroactif au 1er septembre 2020.
Et de nombreuses questions restent encore en suspens.


INSPE, validation des UE et du master

On le sait désormais, les établissements d’enseignements supérieurs ne rouvriront pas avant le mois de septembre, tout devra donc continuer en distanciel. L’INSPE de Paris a adapté la plupart des modalités et calendriers d’évaluation en concertation avec les délégué-es de groupes et les formateur-trices.

Quelques éléments restent toutefois à définir et le SNUipp-FSU reste très vigilant à ce que les adaptations proposées ne mettent pas en difficulté les étudiant-es et les stagiaire-s. La passation d’oraux en période de confinement représente par exemple un point sensible tant les conditions matérielles, familiales ou personnelles sont variées et pour certain-es contraignantes.
L’INSPE de Créteil a par exemple banni cette modalité d’évaluation durant le confinement.

La question de la validation de l’UE3 pour les M2 PES est en suspens et les pistes envisagées ne sont pas toutes à l’avantage des stagiaires. Le bloc UE3 (stage) et UE4 (mémoire) n’étant pas compensable, ce point peut représenter une source de difficulté importante pour les PES (la titularisation étant conditionnée à la validation du Master).

Dans cette situation exceptionnelle et compte-tenu de l’année compliquée qu’ont vécue les étudiant-es et stagiaires, le SNUipp-FSU demande à ce que la validation des UE ne puissent pas mettre en péril la poursuite d’étude ou la titularisation. L’INSPE de Paris doit pouvoir proposer des adaptations qui permettent à tous et toutes de valider les dernières UE et se projeter ainsi plus sereinement dans la suite.

Pour continuer à défendre au mieux vos intérêts, nous vous invitons à compléter un questionnaire en ligne concernant le master et le concours.

(EDIT 14 MAI 2020)
Il semble que l’UE3 serait finalement évaluée sur la base d’une note d’oral de tutorat et une note harmonisée entre tuteur-trice INSPE et PEMF sur la base de leurs observations tout au long de l’année.
Le SNUipp-FSU Paris rappelle que les conditions matérielles, sanitaires et personnelles des stagiaires sont très disparates et que la passation d’un oral à distance représente pour certain-es une difficulté qui vient s’ajouter à toutes celles déjà présentes dans cette crise exceptionnelle.


Réouverture des écoles

Le Président de la République a annoncé la réouverture progressive des écoles à partir du 11 mai. La multiplication des alertes sanitaires sur la précocité de cette date, l’impréparation manifeste du gouvernement, le protocole sanitaire et les modalités pratiques de mise en oeuvre qui ne sont encore même pas à l’état d’ébauche, ne font à cette heure, pas l’objet de concertation avec les acteur-trices concerné-es.
Tout cela laisse planer un sérieux doute sur la probabilité effective d’une réouverture dès le 11 mai.

Quoiqu’il en soit, si la réouverture devient effective, un accompagnement fort devra être proposé aux PES pour reprendre en main leur classe et réorganiser les apprentissages à la fois au nouveau calendrier et aux nouvelles conditions d’apprentissages. Cette dernière période devrait être mise à profit pour poursuivre la formation et l’accompagnement plutôt que d’en faire un marathon d’évaluations !
Le SNUipp-FSU Paris sera vigilant sur ce point et interviendra auprès de l’Académie et de l’INSPE en ce sens.

Les stages (OPA des M1 / M2 non PES / APP des M2 PES) seront sans doute difficiles à organiser tant les maître-esses formateur-trices risquent d’être en situation de surcharge dans cette dernière période, avec la reprise de leur propre classe, le suivi des stagiaires, les évaluations de fin d’année, etc.
L’INSPE de Paris indique que des modalités d’organisation sont en cours d’élaboration mais resteront soumises aux calendrier comme aux modalités de réouverture des classes.

Enfin, nous rappelons que les PES bénéficient des mêmes garanties et des mêmes droits que les fonctionnaires titulaires. Les personnes à risque ou empêchées (santé, famille, transports, etc.) devront bénéficier d’un statut administratif les dispensant du retour en classe.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0