Accueil du site > Nos dossiers > Réforme des retraites > Communiqués FSU > Le ministère de l’Éducation nationale contraint de reconnaître l’ampleur des dégâts de la réforme des retraites Compte-rendu de la rencontre entre la FSU et le Ministère du 16 décembre 2019

Au sommaire




Le ministère de l’Éducation nationale contraint de reconnaître l’ampleur des dégâts de la réforme des retraites Compte-rendu de la rencontre entre la FSU et le Ministère du 16 décembre 2019

publié le 18 décembre 2019

g

Vous trouverez ci-dessous le communiqué fédéral publié à l’issue de l’entrevue avec le ministre de l’éducation nationale sur la réforme des retraites ainsi que quelques éléments complémentaires.
Le ministre est resté dans la rhétorique du « moment historique qu’il ne faudrait pas rater ». Il a inscrit les mesures potentielles pour les enseignant-es dans un cadre qui garantirait « la pérennité et l’égalité » avec « une loi de programmation, des évolutions RH sans commune mesure, des garanties à tous avec un paquet 1er degré, un paquet 2d degré et un paquet transversal (en jouant sur des indemnités nouvelles ou déjà existantes) ».
Il n’a pas entendu notre opposition à une réforme régressive et reste trop évasif concernant les réponses aux questions que nous avons formulées. Il reste dans une logique de compensation des possibles effets de la réforme sur les enseignant-es. Il n’entend pas notre souhait de déconnexion du dossier retraites et du dossier revalorisation.


La FSU a été reçue aujourd’hui en audience par le Ministre de l’Éducation nationale. Jean-Michel Blanquer a confirmé que les grands éléments du projet de réforme des retraites étaient maintenus et continue à dire que des compensations pour les rémunérations des enseignant.es seront faites.

La revalorisation éventuelle est donc toujours conçue comme une contrepartie de la baisse des pensions. Aucune réponse n’a été faite sur les générations 1960 et suivantes qui seraient touchées dès 2022 par un âge d’équilibre (64 ans en 2027). Les compensations seraient prioritairement tournées vers les générations 1975 et suivantes.

La référence à une loi de programmation pluri-annuelle (censée s’étaler jusqu’à 2037) serait incluse dans le projet de loi retraites et des premiers éléments de revalorisation sont annoncés dès le 1° janvier 2021. Mais le budget consacré à cette loi de programmation reste flou, le Ministre disant » Je ne sais pas si c’est 8, 9 et demi ou 11 milliards sur 15 à 20 ans ».

Concernant le fait de lier la revalorisation à des tâches supplémentaires, le Ministre a été évasif, nous donnant acte que les missions sont déjà très lourdes, et a ouvert la possibilité de revaloriser les indemnités existantes. La FSU rappelle que depuis le début de l’entrée en fonction du gouvernement, elle a porté la nécessité d’une revalorisation de l’ensemble des personnels, dans l’Éducation nationale comme dans l’ensemble de la Fonction publique.

Les femmes ont actuellement des taux de primes largement inférieur à ceux des hommes ; elles subiraient donc de plein fouet les effets de la réforme. Pour autant, il n’y a toujours rien sur la table sur cette question cruciale.


La FSU continue à demander le retrait de la réforme des retraites qui dégrade les pensions de toutes et tous et appelle à amplifier la mobilisation, en particulier par la grève massive demain mardi 17 décembre.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0