Accueil du site > Carrière > Formation professionnelle > Déclaration du SNUipp-FSU au conseil de formation du 13 février 2012

Déclaration du SNUipp-FSU au conseil de formation du 13 février 2012

publié le 14 février 2012

g

Monsieur l’Inspecteur d’académie,

Je vais reprendre l’expression utilisée sur un autre sujet lors du dernier CTA par le directeur d’académie pour définir la réunion d’aujourd’hui. Vous nous avez roulés dans la farine. En effet, après plus de d’une heure trente de débats lors de la première réunion de l’instance à laquelle nous sommes invités aujourd’hui vous nous avez assuré que le CDF, seule instance réglementaire, se déroulerait au mois de février. Cela nous a été confirmé lors de la CAPD du 26 janvier. Nous avons été désagréablement surpris au moment de la réception de la convocation. De deux choses l’une, soit les discussions en séance ne mènent à rien puisque votre engagement n’a pas été tenu, soit il s’agit d’une maladresse, ce dont nous doutons. Notre demande est donc claire : nous souhaitons que cette nouvelle instance dont l’objet nous semble intéressant soit réunie en complément de la seule instance réglementaire existant sur la formation.

Sur l’objet de notre réunion, nous discuterons du fond du projet de cahier des charges que vous nous proposez durant la séance. Nous tenons juste à indiquer en préambule que se cache difficilement derrière celui-ci la volonté de faire appliquer coute que coute des réformes éducatives que nous contestons aux côtés des personnels. Mais avant de faire un bilan du PAF de l’année passée, faisons un point sur le présent et l’avenir. Le présent, c’est l’annulation de près de 1500 journées de stagiaires remplacées selon les documents parcellaires reçus de l’académie depuis le mois de septembre. Ces documents ne rendent pas compte du nombre important de candidatures individuelles annulées, nous demandons une nouvelle fois à en avoir la liste. Pour mémoire, le PAF 2011-2012 prévoyait 15 000 journées stagiaires remplacées.
L’avenir est sombre avec le projet académique de fermer 25 postes de brigade « formation continue ». Nul besoin de commenter votre justification de ces suppressions : le passage de 12 à 18h d’animations pédagogiques… Cet argument est tout bonnement inacceptable ! Ces animations pédagogiques dont nous attendons toujours le bilan frisent l’adaptation à l’emploi (diffusion des outils, école du socle) sans interroger les questions didactiques et pédagogiques au cœur du métier d’enseignant. Il s’agirait maintenant d’appliquer sans même pouvoir interroger et débattre des justifications de ces outils ou consignes.
Le SNUipp-FSU réaffirme qu’enseigner est un métier qui s’apprend ! La participation à une formation continue de qualité est un droit pour les personnels. En revanche, il est du devoir de l’Institution d’organiser ces stages dans l’intérêt des personnels et dans l’intérêt des élèves.

Concernant la formation initiale des PES si on peut encore la qualifier de formation, nous attendons ce que l’académie va nous présenter. Cela ne pourra être qu’un pis-aller, même si quelques dispositifs sont intéressants. En effet, la réforme de Mastérisation dont le SNUipp FSU continue de revendiquer le retrait ne peut que mettre en difficulté ces jeunes collègues envoyés sans formation devant les élèves. D’ailleurs, cette réforme qui ne servait qu’à servir l’obsession budgétaire ministérielle n’a même pas répondu à cet objectif premier comme l’a indiqué la Cour des Comptes la semaine passée. Enfin, la loi Grosperrin examinée actuellement au Parlement ne fait que liquider le peu de garanties qu’il restait encore concernant la survie des IUFM.

Pour en revenir aux responsabilités académiques, le SNUipp-FSU continue de demander l’arrêt des Masters en alternance dans l’intérêt de la formation professionnelle initiale des jeunes collègues, dans l’intérêt du bon fonctionnement des écoles et dans l’intérêt des élèves. Nous serions demandeurs du bilan qu’en tire l’académie, bilan que vous aurez du mal rendre positif. Nous vous demandons également d’ores et déjà quels sont les projets de l’académie concernant la transformation des postes de DMA en support pour les futurs étudiants de Masters 2.
Nous n’allons pas épiloguer sur l’improvisation académique concernant la transformation des postes de PEIMF en postes ordinaires dans des écoles d’applications alors même qu’ils n’étaient vacants que depuis un an ou même vacant uniquement à la rentrée. Cette transformation a d’ailleurs été effectuée sans aucune concertation ni information des écoles. Sur ce point, une seule question : souhaitez-vous continuer la liquidation de la formation initiale en commençant le démantèlement progressif des écoles d’application. Vous nous avez affirmé le contraire en comité technique, nous en attendons maintenant la démonstration. En tout cas, nous nous opposons à ce projet. D’autre part, le SNUipp-FSU est conscient du manque de poste de PEIMF en maternelle. Cela doit faire l’objet d’une véritable réflexion de l’académie. Une première piste dé réflexion : le retrait de la réforme de Mastérisation qui a considérablement dégradé les conditions de travail de ces collègues, mais cel ne dépend pas de vous. Au niveau académique, vous souhaitez lancer un signal comme vous dites aux enseignants de maternelle pour qu’ils passent le CAFIPEMF.

La décision de transformer des postes d’enseignant d’école maternelle sans aucune concertation n’est pas une solution. Nous y sommes également opposés dans l’intérêt du bon fonctionnement des écoles concernées qui verraient les enseignants nommés à Titre provisoire s’enchainer sur ces postes. Nous y sommes également opposés car cela pourrait avoir pour conséquence de vider les écoles maternelles d’application dont l’implantation géographique ne pose pas de problème. Une première piste de travail pourrait être d’avoir une politique de formation de PEMF en maternelle impulsée par les Inspecteurs de circonscription à l’appui éventuellement d’une circulaire rectorale.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0