Accueil du site > Carrière > Formation professionnelle > Conseil de formation du 24 novembre 2016 Formation initiale et continue

Conseil de formation du 24 novembre 2016 Formation initiale et continue

publié le 1er décembre 2016

g

Le premier conseil de formation de cette année scolaire s’est réuni le 24 novembre. Cette instance réunit la direction d’académie, la direction de l’ESPE, des CPC, IEN, PEMF, DEA et les représentant-es du personnel.

I. Bilan de la formation initiale

1. Bilan de début d’année sur le nouveau dispositif (alternance 3 semaines/3semaines) par l’ESPE
De nouvelles modalités de stage ont été mises en place (alternance 3 semaines) pour la moitié des PES (236) suite aux dysfonctionnements remontés l’année dernière par le biais de l’enquête menée auprès des stagiaires et au sein d’un groupe de travail. D’après les remontées des formateurs et stagiaires, la rentrée dans les écoles s’est beaucoup mieux passée. L’implication des écoles et notamment des directeurs/trices a été déterminant.
De manière générale, l’alternance 3 semaines facilite la mise en place du tutorat mixte à l’ESPE. De plus, les formateurs/trices (ESPE, PEMF et CPC) notent que les stagiaires sont plus impliqués dans les écoles et dans les cours à l’ESPE car ils y passent trois semaines d’affilé sans avoir à changer de statut en milieu de semaine.

Cependant, pour certains binômes (l’un titulaire d’un M1 MEEF à Paris et l’autre non), les deux semaines de rentrée en coresponsabilité n’ont pas été simples. Pour essayer d’aider les stagiaires au mieux, les tuteurs/trices sont allés voir les binômes très tôt dans la période, sorte de visite 0, pour aider à la mise en place.
Lorsque les difficultés perdurent et que l’un ou l’autre des stagiaires rencontre des difficultés de fonctionnement dans la classe (souvent celui qui n’a pas suivi le M1 MEEF), l’ESPE prévoit un accompagnement spécifique, sorte de différenciation pédagogique.

L’ESPE est très attentive au dispositif d’alternance 3 semaines. Un groupe de suivi sera mis en place.

2. Intervention du SNUipp-FSU
Grâce au dialogue entre le SNUipp-FSU, l’académie et l’ESPE une bonne partie de nos réflexions ont été prises en compte. Les affectations ont été connues tôt, ce qui a permis aux équipes et aux stagiaires de communiquer pendant l’été pour que la rentrée se passe mieux. Si l’allègement de la maquette n’est évidemment pas une revendication de la FSU sur la formation des enseignants de manière générale, elle était nécessaire au regard de l’organisation actuelle pour éviter que les stagiaires soient épuisés dès le mois de novembre comme c’était le cas l’année dernière. Il reste la question du mercredi après-midi à prendre en compte pour l’année prochaine afin que tous les stagiaires puissent être libérés de cours sur ce créneau. Pour le SNUipp-FSU, c’est un point important de l’organisation de la semaine afin que les stagiaires ne passent pas de l’école à l’ESPE dans la même journée et pour respecter les jours travaillés dans l’éducation nationale de manière générale.
Du point de vue des stagiaires, nous notons les mêmes points positifs que l’ESPE d’après les remontées que nous avons pour le moment. Il a été soulevé le fait qu’il y a toujours un problème dans le contenu des cours qui n’est pas toujours en adéquation avec ce qu’attendent les stagiaires : plus de formation pédagogique en lien avec leurs jours de classe, permettant de prendre du recul sur leur pratique de classe réelle et de préparer les périodes suivantes). Cela pourrait faire l’objet d’une intervention des PEMF, pas seulement en tutorat mais également dans les cours. Si un effort a été fait en direction des PEMF, il faut que cet effort soit accentué et que cela soit fait en direction des CPC également.
Nous avons aussi soulevé le fait que la prise de classe en responsabilité dès la rentrée n’était pas satisfaisante. Nous avons rappelé le problème de la commission académique qui se réunit après la rentrée de septembre et des modalités d’évaluation des stagiaires ayant déjà un master.

3. Réponses du Dasen
Même si cela a été annoncé dans les différents conseils de l’ESPE, le nombre de stagiaires prévu pour la rentrée 2017 (environ 450) ne permettrait pas a priori de généraliser le dispositif d’alternance 3 semaines sauf à bloquer 225 postes au mouvement de mars 2017.
Concernant les dispositifs d’accompagnement spécifiques aux stagiaires en difficultés, l’IEN en charge de la formation initiale indique la mise en place de contrats discutés et signés conjointement par l’ESPE, la circonscription et le stagiaire. Pour les stagiaires n’ayant pas suivi un M1 à Paris, des APP sont organisés.
Dans certaines circonscriptions, les 15 premiers jours de l’année en binôme ont permis aux stagiaires de sortir de la classe à tour de rôle afin d’aller en observation dans des classes de collègues. Pour le SNUipp-FSU, cela montre bien le besoin ressenti par tous de mettre les stagiaires en situation de pratique accompagnée avant de prendre une classe en responsabilité. Il faudra réfléchir à des dispositifs permettant de généraliser les temps de pratique accompagnée avant la responsabilité.

4. Perspectives pour 2017-2018
Le continuum de formation du M1 à la T2 est une revendication de longue date du SNUipp-FSU et l’académie va travailler à un programme académique de formation des T1 et T2.
L’IA adjoint a indiqué l’ouverture pour le premier degré du serveur MUSE (déjà existant dans le secondaire) pour recenser les postes des stagiaires, les niveaux de classe, les binômes et centraliser les dates et rapports de visite. Si l’on peut noter la volonté de faciliter la prise de fonction et le suivi des stagiaires, il faudra être vigilant en ce qui concerne les rapports de visite et leur communication. Tout le monde ne peut pas avoir accès à tout pour ne pas biaiser l’évaluation.
Un point a également été fait sur les nouvelles orientations sur le réseau d’implantation des postes de PEMF et d’école d’application.
Le SNUipp-FSU a relancé une nouvelle fois l’académie et l’ESPE sur la possibilité de financer la VAE des PEMF qui souhaiterait valider le master PIF qui sera mis en place a priori l’an prochain.

II. Formation continue et 18h d’animations

Pour le SNUipp-FSU, la formation continue est un droit des personnels et une nécessité pour qui veut changer l’école. Cette formation doit se dérouler sur temps scolaire : cela nécessite la re-création de poste de poste de brigade. Il est souhaitable par exemple que les stages écoles soient organisés sur le temps scolaire pour les écoles qui le souhaitent, quitte à faire des stages de cycle éventuellement pour faciliter l’organisation du service.
Dans le plan de formation académique, il y a très peu de stages d’autres organismes, nous avons rappelé qu’il existe plein d’autres possibilités que les seuls partenaires qui le font actuellement (principalement l’ESPE ou en interne par le rectorat).
Nous avons également rappelé nos revendications sur les 18h d’animation pédagogiques afin de faire reconnaître la liberté des enseignant-es (possibilité de déduire une autre animation que celles proposées avec accord de l’IEN, déduction de 9h sur n’importe quelle animation, possibilité de formation accrue en présentiel…).


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0