Accueil du site > Le SNUipp-FSU Paris > Réunions d’info syndicales > Calendrier et programme des RIS et stages syndicaux de l’année scolaire 2018/2019

Calendrier et programme des RIS et stages syndicaux de l’année scolaire 2018/2019

publié le 28 août 2018

g

Ces réunions sont ouvertes à toutes et tous, syndiqué-es ou non.

Les absences pour les « stages de formation syndicale  » sont de droit, l’autorisation d’absence est à demander un mois à l’avance .

Pour les «  réunions d’information syndicale hors temps de service devant élèves », une attestation de présence sera remise lors de la réunion pour décompter 3 heures des heures d’animations pédagogiques ou de réunions.
Merci d’informer le syndicat de votre présence par mail.


Lettres type et réglementation des RIS et des stages syndicaux

Tous les modèles de lettres ici
Le point sur les droits à réunion des enseignants ici

La présence à trois heures de réunions d’information syndicale permet aux enseignant-es de ne pas assister à 3 heures d’animation pédagogique.


Calendrier

Stage « maternelle »

Lundi 28 janvier 2018 de 9h à 16h30 Bourse du travail, annexe Varlin, 85 rue Charlot, 75003 Paris

Matin : Clarté cognitive et apprentissage du langage oral à l’école maternelle. L’exemple de la Pédagogie de l’écoute. Intervention de Pierre Peroz

Pierre PEROZ a d’abord été instituteur puis conseiller pédagogique (1973-1992). Il est titulaire d’une thèse en linguistique soutenue en 1991 à l’Université de Besançon, il est recruté comme maître de conférences en sciences du langage à l’IUFM de Lorraine en 1993. Il est en retraite depuis le 1er septembre 2015. Ses recherches portent sur deux domaines : la sémantique lexicale et la didactique du langage oral à l’école maternelle. En didactique de l’oral, son travail vise à mettre en évidence le rôle du développement des compétences langagières dans toutes les dimensions de l’apprentissage du langage oral à l’école. Il est à l’origine d’un programme de recherche qui a permis la publication d’un ouvrage de synthèse en 2010 au CRDP de Lorraine, puis de l’ouvrage Pédagogie de l’écoute, chez Hachette Education en avril 2018.

La conférence est une introduction aux principes de la Pédagogie de l’écoute. Les travaux de l’équipe Eduscol ont montré que la clarté cognitive relativement aux enjeux et aux modalités d’apprentissage du langage oral joue un rôle décisif dans la réussite ou l’échec des élèves à l’école. La convocation de ce concept permet en effet de faire apparaître et de comprendre le caractère systémique des difficultés de l’enseignant-e et de ses élèves dans des séances de langage pourtant a priori bien conçues. Partant de cette déconstruction des pratiques ordinaires et en s’appuyant sur des transcriptions ou des séances enregistrées, P. Péroz montre qu’en faisant toujours le choix de la clarté cognitive les principes fondamentaux de la Pédagogie de l’écoute assurent aux élèves des progrès réels et mesurables en langage.

Notre intervenant analysera tout d’abord des difficultés rencontrées en séance de langage, dans les pratiques ordinaires. Ensuite, il démontrera que la Pédagogie de l’écoute est une réponse structurée sur les plans pédagogique et didactique.
Enfin, Pierre Peroz présentera rapidement les résultats obtenus dans les classes qui pratiquent la Pédagogie de l’écoute.

Après-midi : Jeu et apprentissage, Intervention d’Anne Clerc-Georgy

Anne Clerc-Georgy est professeure HEP ordinaire à la Haute École Pédagogique du canton de Vaud en Suisse. Elle est membre du Laboratoire Lausannois Lesson Study (3LS) et du Groupe d’Intervention et de Recherche sur les Apprentissages Fondamentaux (GIRAF). Ses recherches portent sur les processus et dispositifs de formation des enseignant-es, sur les particularités des premiers degrés de la scolarité (pédagogie de la transition, apprentissages fondamentaux, jeu libre, développement de l’imagination) et sur le rôle des pratiques enseignantes dans la réussite des apprentissages des élèves et dans la construction des inégalités scolaires (enjeux des premiers degrés de la scolarité, pratiques d’évaluation au cycle 1).

L’importance du jeu chez l’enfant n’est plus à démontrer. Déjà Piaget le considérait comme le travail de l’enfant et Vygotski comme l’activité la plus propice au développement entre 3 et 7 ans. Plus récemment, de nombreux travaux viennent confirmer ces pionniers. Ainsi, par exemple, jouer diminue le stress et permet de construire du sens à partir d’expériences émotionnellement éprouvantes, favorise le développement de l’empathie et diminue les risques d’agressivité ou d’hyperactivité. Les enfants qui développent un jeu mature sont justement ceux qui font preuve d’autorégulation dans les moments d’apprentissage structuré.
Pour Vygotski, si le jeune enfant apprend selon son propre programme – l’adulte ne choisit pas le moment où l’enfant va parler, marcher ou encore se mettre à lire de manière autonome - l’élève en classe primaire devra apprendre selon le programme et le rythme imposés par le maître. Les premières années de la scolarité vont donc poursuivre l’objectif fondamental de permettre à l’enfant de s’approprier les outils attendus par l’apprentissage systématique, disciplinaire et collectif propre à la forme scolaire.
Dans cette présentation, la relation entre jeu et apprentissages sera traitée à trois niveaux :

- 1. apprendre à jouer (de nombreux enfants ne savent pas jouer quand ils arrivent en classe) dans le but de développer un jeu mature et propice au développement de l’enfant

- 2. tirer parti des moments de jeu libre pour observer les élèves et identifier leurs acquis, leurs ressources et leurs intérêts quant aux savoirs à leur proposer

- 3. faire usage des compétences à faire semblant pour favoriser le développement de la posture attendue par l’école et l’entrée dans les disciplines scolaires

Plus généralement, l’enjeu, dans les premiers degrés de la scolarité, c’est de moins séparer jeu et apprentissage, mais de les articuler de façon à permettre à la fois l’évolution du jeu et la qualité des apprentissages de tous les élèves.

Stage spécial jeunes

Jeudi 14 février de 9h à 16h30

Enseigner est un métier complexe, qui nécessite une vraie formation, initiale et continue. Or cette formation a été très fortement attaquée ces dernières années et cela ne va pas s’arranger avec la réforme Blanquer qui se profile.

C’est parce qu’il est difficile d’affronter seul-e les débuts dans le métier, parce qu’il est nécessaire d’avoir des outils réflexifs pour aborder la classe que depuis sept ans, le SNUipp-FSU organise un cycle de formation pédagogique et syndicale en direction des PES et des collègues en début de carrière (T1 à T5).

Les journées proposées les années passées ont permis de construire un collectif d’enseignant-es en début de carrière. Les participant-es se sont rendu-es compte au fil des ans de la nécessité d’avoir un lieu de discussion entre pairs permettant d’échanger sur nos classes et de réfléchir ensemble à la transformation de nos pratiques.

Objectifs du stage :
• Questionner des pratiques pour les transformer et tendre vers la réussite de tous les élèves.
• Partager et construire des outils directement utilisables dans les classes. Pour chaque session le temps est réparti comme suit :

- matinée en deux parties : 2h de débat sur le thème de la journée et 1h d’information syndicale

- après-midi : 3h d’ateliers à caractère pédagogique.

La participation est un droit et ne peut en aucun cas vous porter préjudice, la journée est rémunérée normalement et la circonscription est censée vous remplacer.

Réflexion syndicale avec le SNUipp-FSU Paris :

- Quels sont les tenants et aboutissants de la « nouvelle culture de l’évaluation » ? À travers l’évaluation des élèves, qui est évalué ? Comment nous y opposer et quelles propositions avancer pour transformer l’école ?

- Point syndical sur les opérations administratives du moment.

Atelier pédagogique :
Une directrice d’école du 19ème arrondissement interviendra sur les conseils d’enfants. Pourquoi les proposer à ses élèves ? Comment les mettre en place dans sa classe ? Quels sont les grands principes qui les organisent ? Après une présentation et une mise en situation, les enseignant-es seront prêt-es à les mettre en place dans leurs classes et à poursuivre la réflexion avec leurs collègues pour mettre en place des conseils de délégué-es.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0