Accueil du site > Comptes-rendus des CAPD > Archives 2008/2009 > CAPD du 24 octobre 2008 formation continue

CAPD du 24 octobre 2008 formation continue

publié le 24 octobre 2008

g

Déclaration liminaire du SNUipp

« Les enseignants sont en colère, le succès des journées de grève du 16 octobre et de la manifestation nationale du 19 octobre le prouve.
Le Ministère et l’Académie doivent entendre cette colère, prendre en compte les revendications des collègues et changer de politique.
Le 16 octobre, comme l’a reconnu le Recteur, les enseignants parisiens se sont massivement mis en grève. Lors de cette journée, ils ont manifesté leur désaccord avec les réformes Darcos qui démantèlent l’école publique, mais aussi contre le mépris et l’autoritarisme auxquels ils sont confrontés au sein de l’Académie.
Ces revendications ne sont pas, comme vous l’avez dit Mr l’IA, une invention des syndicats prompts à mobiliser les collègues avant les élections paritaires du mois de décembre.
Ces revendications ne sont pas, comme vous semblez le penser Mr l’IA, l’expression d’un vague malaise existentiel ressenti par les collègues, mais bien l’expression de leur colère face aux attaques menées à leur encontre et à l’encontre de l’école publique.
Le SNUipp entend porter la colère des collègues, et

- exige l’arrêt de toutes les menaces et intimidations à l’œuvre dans l’académie.
- le SNUipp attend de l’académie une réouverture de la liste complémentaire à la hauteur des besoins : rétablissement de tous les moyens de remplacement (absence pour maladie, absence pour la formation continue…), affectation de l’ensemble des postes de maître E vacants.
- il revendique plus que jamais le rétablissement du droit syndical dans l’académie. Organiser les réunions d’information syndicale sur le temps déjà insuffisant consacré à la formation, la concertation et les rencontres avec les parents n’est pas sérieux, et n’est pas acceptable.
- le SNUipp rappelle son opposition au dispositif des 60h qui dégrade les conditions de travail des enseignants et les conditions d’apprentissage des élèves. La mise en place des 60h d’aide individualisée n’a qu’un seul but : la mise à mort des RASED.

Depuis la rentrée, nous vous avons fait remonter toutes les difficultés rencontrées dans les diverses circonscriptions. Monsieur l’IA, il vous appartient à présent de mettre un terme à ces injustices, nul besoin d’une énième réunion de concertation à laquelle le SNUipp ne se rendra pas.

D’autre part, le SNUipp manifeste son inquiétude sur la note de service ministérielle concernant la mobilité des enseignants. Il réaffirme la nécessité d’un véritable dialogue social au niveau départemental.

Nous vous rappelons que dans un communiqué commun, les syndicats SNUipp, Se-UNSA, Sgen-CFDT, SNUDI-FO réaffirment leur attachement au paritarisme, à l’équité et à la transparence des opérations de mouvement des personnels.
Ces organisations demandent solennellement la non-publication de la partie du texte concernant les mouvements départementaux.

Enfin, (…) concernant la formation continue, le SNUipp attire l’attention de la CAPD sur le fait que la politique de restriction budgétaire menée par le gouvernement a, entre autres, pour effet de diminuer les possibilités pour les enseignants de partir en stage de formation continue. En effet, cette année, de nombreux postes de brigade formation continue sont détournés de leur mission, et par conséquent, des départs en stages ont été annulés. Le SNUipp considère que la réussite de tous les élèves nécessite des enseignants bien formés. Le SNUipp exige donc le rétablissement de tous les postes qui permettent les départs en stage. »

Réponse de l’IA :

A cette déclaration, l’Inspecteur d’académie a répondu qu’il était attaché au respect du paritarisme et des personnels, et qu’il déplorait la réduction des possibilités de départ en stages de formation continue.
Lors de cette rentrée, pour des raisons d’économies budgétaires, l’académie a, par le biais de changements de poste ou de missions des personnels affectés dans la brigade formation continue, diminué les possibilités de remplacement pour les collègues souhaitant partir en stage.
Sur les 84 « brigades formation continue » prévues au début de l’année, seules 60 vont au final être disponibles pour remplacer les collègues en stage.

Départs en formation continue

La diminution des moyens de remplacement a amené l’académie à annuler trois stages : « Enseigner l’allemand – niveau 1 », « Les enfants à haut potentiel intellectuel », « Scolarité et troubles du langage ».
Pour les mêmes raisons, 159 places en stages individuels ont été annulées. L’offre de départ en stage école a également été touchée par la politique de réduction budgétaire, et de nombreux stages ont été annulés.

Tableaux 108h

Face à l’insistance des élu(e)s du SNUipp, l’Inspecteur d’académie a précisé qu’il n’imposait pas la remontée de ces tableaux à la hiérarchie, mais que les enseignants devaient être en capacité de justifier leurs heures lorsque leur inspecteur le leur demande. Les enseignants pourront justifier de ces heures par le biais du tableau fourni par l’administration, ou de tout autre document réalisé par leurs soins. Il a également rappelé que cette tâche n’incombait pas aux directeurs d’école qui ne sont pas des supérieurs hiérarchiques.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0