Accueil du site > Comptes-rendus des CAPD > Archives 2007/2008 > CAPD du 23 octobre Promotions

CAPD du 23 octobre Promotions

publié le 23 octobre 2007

g

Déclaration liminaire du SNUipp

Cette CAPD a été reportée à la demande des organisations syndicales. Elle se tient au lendemain de deux journées importantes de mobilisation.
Le 18 octobre, des dizaines de milliers de grévistes de la fonction publique et des entreprises publiques se sont retrouvés dans les rues de Paris pour la sauvegarde du système de retraite et la défense des services publics.
Les enseignants des écoles parisiennes ont contribué à la réussite de cette journée.
Le SNUipp entend poursuivre la construction d’une mobilisation la plus large possible en faveur de l’école, des services publics, de la protection sociale et des retraites.
La journée de grève unitaire de la Fonction publique le 20 novembre est une étape de cette construction.
Hier, à Aix-en-Provence, se tenait le procès de notre collègue Florimond Guimard, ancien membre de cette CAPD et maintenant enseignant à Marseille, poursuivi devant la justice pour avoir participé à une action collective contre l’expulsion d’un père d’élève sans-papiers de son groupe scolaire.
Près de 4000 personnes ont participé à la manifestation de soutien organisée à Aix-en-Provence et plus de 200 personnes se sont rassemblées à Paris devant l’église Saint-Bernard pour demander sa relaxe.
Nous renouvelons tout notre soutien à Florimond Guimard, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui, coupables du délit de solidarité, sont mis en examen, tels les 4 syndicalistes de Méru dans l’Oise dont le procès se tient demain.

Concernant cette CAPD traitant des promotions, nous constatons
- que l’avancement des PE sortis des IUFM est freiné, voire bloqué à l’ancienneté à partir des 7ème ou 8ème échelons, échelons d’intégration des instituteurs,
- que près de 80% des enseignants partent en retraite sans être au 11ème échelon PE,
- que l’indice 783, indice terminal de la hors classe, est limité à un très petit nombre d’élus.
Pour le SNUipp, le système d’avancement actuel est injuste et inégalitaire. Il entraîne des différences de traitement considérables entre un collègue qui franchit tous les échelons au grand choix et un autre qui n’avance qu’à l’ancienneté (54 945 € d’écart sur l’ensemble de la carrière). 

Nous revendiquons la disparition de la hors classe et la création d’une classe unique à l’indice terminal 783 avec une progression de carrière identique pour tous au rythme le plus rapide.
Nous réaffirmons la nécessité de la disparition de la note pédagogique dans le barème.

Transmission des arrêts maladie

Dans une circonscription parisienne, en cas d’arrêt maladie, l’ICC souhaite recevoir les trois volets de l’arrêt de travail, dont celui personnel à conserver et à présenter en cas de visite par le médecin conseil.
Interpellée par le SNUipp, l’académie s’est engagée à régler le problème dès aujourd’hui et à rappeler les procédures en vigueur lors du prochain conseil d’ICC.

"Mutualisation des moyens" lors de la grève du 18/10

Dans une autre circonscription parisienne, jeudi 18 octobre, jour de grève, l’ICC a demandé à une école maternelle si elle pouvait enlever des enseignants de l’école pour « mutualiser les moyens » afin de les affecter sur d’autres écoles fortement touchées par la grève.
Interpellée par le SNUipp, l’académie, gênée, s’est engagée à contacter l’ICC concerné.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0