Accueil du site > Comptes-rendus des CAPD > Archives 2011/2012 > CAPD du 14 octobre formation continue

CAPD du 14 octobre formation continue

publié le 14 octobre 2011

g

Déclaration liminaire

Monsieur l’Inspecteur d’académie,
Vous, ainsi que monsieur le directeur d’académie, n’avez eu de cesse de répéter que la rentrée 2011 à Paris se passerait dans les mêmes conditions que la rentrée précédente, malgré les coupes claires budgétaires. Un mois et demi après la rentrée, une seule question : maintenez-vous ces propos ? Impossible pour le SNUipp FSU au regard des énormes difficultés rencontrées par les enseignants et leurs élèves.

Depuis la rentrée, de nombreuses absences ne sont pas remplacées. Les élèves sont alors répartis dans des classes déjà surchargées ou pris en charge par le directeur ou la directrice. De nombreux ZIL sont bloqués sur des congés longs au détriment du remplacement des absences de « courte » durée. Des stages de formation continue ont été supprimés. D’ailleurs, même si dans un mail, le Rectorat indique aux ICC de tenir jusqu’à la rentrée des vacances d’automne et la venue des 24 enseignants en surnombre, la situation ne va qu’aller en se dégradant et vous le savez. Le rectorat a semble-t-il trouver une solution : l’embauche de personnels contractuels…. Le SNUipp FSU dénonce cette décision qui ramène l’école primaire des années en arrière : il s’agit d’une attaque contre le statut de la fonction publique, une attaque contre les élèves qui vont être face des personnels non qualifiés et non formés, et enfin, une attaque contre ces jeunes à qui le Ministère n’offre que la précarité comme moyen d’exercer ce métier. Le SNUipp FSU vous demande de renoncer à cette décision, d’autres solutions existent pour pallier le manque d’enseignants à Paris : un seul exemple, le recours aux enseignants demandant un inéat.

Un autre problème majeur en cette rentrée est le nombre important d’élèves en situation de handicap qui ne bénéficie pas de l’aide d’une AVS, alors même que la notification de la MDPH le prévoit. Ce sont les élèves concernés, les autres élèves de la classe et les enseignants qui pâtissent de la politique budgétaire gouvernementale.

Enfin, pour finir ce tableau bien sombre et non exhaustif, pouvez-nous indiquer dans quelle mesure un maître de Rased peut effectuer ses missions de prévention et de remédiation quand il est chargé de suivre une dizaine d’écoles… Pour le SNUipp FSU, c’est impossible et ce sont encore les élèves les plus en difficultés qui sont laissés sur le bas côté.

Le 27 septembre, plus d’un enseignant sur deux était en grève à Paris. Cela démontre leur détermination à combattre la politique de casse de l’école, à exiger l’arrêt des suppressions de poste et une autre politique éducative. Nous ne reviendrons pas sur les provocations inacceptables de Messieurs Chatel et Sarkozy au lendemain de cette journée, mais sachez-le, le SNUipp FSU continuera d’être à l’initiative de la mobilisation contre le budget prévu pour la rentrée 2012 et ses 5 700 suppressions de postes dans le premier degré qui vont avoir pour conséquence de dégrader encore plus les conditions de travail des enseignants et les conditions d’apprentissage des élèves. Il en sera de même de la mobilisation contre la mise en place des évaluations en grande section si celle-ci avait lieu. Ces évaluations sont à la fois absurde d’un point de vue pédagogique et dangereuse pour les élèves. Il s’agit d’un nouveau fichage inacceptable.

Stages d’initiative nationale

77 enseignants se sont portés candidats contre 92 l’an passé. L’académie permet à 33 enseignants de partir en stage d’initiative nationale (13 remplacés et 20 non remplacés) contre 55 l’an passé. Cette baisse est due bien évidemment aux suppressions de moyens de remplacement lors de la dernière carte scolaire. Comme l’académie propose des candidats qui ne seront pas retenus par le ministère, le SNUipp FSU est intervenu pour augmenter le nombre d’enseignants parisiens retenus. Ainsi, 5 propositions de départs supplémentaires seront effectuées auprès du ministère pour être sûr qu’il y ait bien 33 départs effectifs après sélection ministérielle.
Les enseignants affectés sur les postes E, G ou de psychologue scolaire, ainsi que les directeurs d’école ne seront pas remplacés.
Barème : (A + 36) – le nombre de semaines de stages effectuées depuis le début de la carrière (décomptées en jour). A = l’AGS est arrêtée au 1er septembre de l’année scolaire où se déroulent les stages.
En cas d’égalité de barème, les candidats sont départagés selon l’ordre décroissant d’âge.
Un candidat ne peut être retenu qu’à un seul module de formation d’initiative nationale.
Procédure : l’académie propose les candidatures des enseignants parisiens au Ministère qui arrêtera les enseignants retenus après la CAPN.

Stages de formation continue

Dans le plan académique de formation continue, 107 stages ont été proposés correspondant à 2634 places. Le SNUipp FSU a dénoncé la baisse de l’offre de formation continue cette année imputable aux coupes claires budgétaires et leur conséquence : la suppression de poste de remplaçants. Les enseignants peuvent connaître leurs résultats en se connectant sur Gaïa (https://gaia.orion.education.fr/gap...), un ordre de mission leur sera envoyé avant le stage. Barème : (A + 36) – le nombre de semaines de stages effectuées depuis le début de la carrière (décomptées en jour). A = l’AGS est arrêtée au 1er septembre de l’année scolaire où se déroulent les stages. Les stages hors temps scolaire ne sont pas décomptés des 36 semaines.

Manque d’AVS : réponses dilatoires de l’IA

Selon l’académie, les manques d’AVS constatés dans les écoles ne sont pas un problème de moyens budgétaires, mais sont dus à des problèmes de recrutement. Toutes les demandes seraient désormais traitées. En attendant, l’Inspecteur d’académie n’a aucune réponse à proposer aux collègues concernées. Le SNUipp FSU a dénoncé cette absence de réponse institutionnelle laissant les collègues et les élèves dans des situations ingérables.
En cas de difficultés, n’hésitez pas à contacter le SNUipp FSU pour qu’il intervienne auprès de l’IA.

Journée de solidarité et temps partiel

Le SNUipp FSU a demandé à l’Inspecteur d’académie de rappeler aux inspecteurs de circonscription que les 6 heures dues au titre de la journée de solidarité devaient être effectuées par les enseignants au prorata de leur temps de travail. Cela va être fait. Si l’application de la réglementation pose encore des problèmes, n’hésitez pas à contacter le SNUipp FSU pour que ses représentants interviennent auprès de la circonscription.

T1 : versement des primes

Lors de cette rentrée, les enseignants titularisés en septembre 2011 à Paris vont pouvoir bénéficier de deux primes cumulables :
- la prime spéciale d’installation est versée à tous les professeurs des écoles titularisés dans certaines régions de France, dont l’île de France. Les T1 de Paris bénéficient donc de cette prime d’un montant : environ 2055 €. Les enseignants concernés ont dû recevoir un courrier avec un formulaire à renvoyer au rectorat pour pouvoir bénéficier de la prime. Le Rectorat versera cette prime sur la paie du mois suivant la demande.
- la prime début de carrière de 1500 € instaurée par le ministre. La prime sera versée en deux fois : 750 euros seront versés en novembre 2011 et 750 euros en février 2012. Elle sera versée automatiquement sur le salaire des enseignants concernés.

Tutorat des EVS pas obligatoire

Après l’intervention du SNUipp FSU, l’Inspecteur d’académie a rappelé que les directeurs et directrices d’écoles étaient en droit de refuser d’être tuteur des EVS de leur école.


© SNUipp-FSU Paris | 11 rue de Tourtille 75020 | tél. : 01 44 62 70 01 | Nous écrire | SPIP | | | Suivre la vie du site RSS 2.0